X

Campus

Les étudiants de l’AUT exposent leurs créations à Byblos

Art

Du 25 février au 1er mars, s'est tenue une exposition de masques que les étudiants ont créés, s'inspirant de différents carnavals à travers le monde.

Carole AWIT | OLJ
03/03/2017

Pendant cinq journées qui ont coïncidé avec les dates du carnaval de Rio de Janeiro, les étudiants en première année de design graphique et d'architecture d'intérieur de l'AUT ont pu présenter au grand public des créations artistiques surprenantes d'originalité. Il s'agit de trente-deux masques inspirés de cultures diverses et de l'histoire des bals masqués. Ces créations intrigantes, exotiques, extravagantes et colorées, qui donnent envie de voyager, ont été rassemblées pour faire l'objet d'une exposition dans les bureaux du Festival international de Byblos.
Le travail des étudiants a duré plusieurs mois et a commencé au premier semestre de l'année académique 2016-2017. Dans le cadre du cours d'illustration dispensé par leur professeur Maroun Azouri, un véritable travail de documentation a été mené par ces étudiants qui ont dû s'intéresser à l'histoire de l'art et à celle des masques à travers le monde. « Nous avons collecté des images de masques issus de pays et de continents divers pour noter les points communs et les différences dans leur conception. Nous avons remarqué finalement qu'une culture peut influencer une autre de différentes façons », raconte Rita Sfeir, étudiante en architecture d'intérieur. Sous la supervision de M. Azouri, les jeunes ont travaillé sur les dessins et les modèles de ces masques qu'ils ont ensuite minutieusement confectionnés. « Nous avons essayé de retenir chacun ce qui nous intéressait de ces diverses cultures que nous avions observées afin de les présenter dans un même masque, et cela a produit un résultat inattendu et original », explique Rita Sfeir.
Les étudiants avaient la liberté d'utiliser des matériaux de leur choix comme la pâte, la peinture, des plantes, des plumes, du bois et même des objets qu'ils ont recyclé. Bon nombre d'entre eux ont décidé de recommencer le travail à plusieurs reprises tant il était possible d'être créatif dans l'élaboration de ces masques. « Pour créer mon masque, je me suis inspirée des cultures chinoise, japonaise et brésilienne. En plus du temps consacré au travail de recherche, une semaine complète a été dédiée à la confection de l'objet. Chaque création qui a été exposée à Byblos est chargée de culture et d'histoire, c'est ce que nous avons tenté d'expliquer aux visiteurs », précise Michèle Assaf, étudiante en architecture d'intérieur et en design graphique.

Public conquis
Le lancement de l'exposition s'est déroulé le 25 février, dans les bureaux du Festival de Byblos, en présence de Jorge Kadri, ambassadeur du Brésil au Liban. Cet événement a attiré un nombre important de visiteurs qui ont pu admirer, jusqu'au 1er mars, le travail remarquable des étudiants. « Nous sommes ravis que des gens qui ne s'y connaissent pas forcément en art aient eu un coup de cœur pour nos créations, et que ces dernières soient considérées comme des objets d'art à part entière. Cela prouve que nous pouvons avoir du potentiel même si nous sommes tous des étudiants de première année », note Rita Sfeir. Michèle Assaf a remarqué, elle aussi, que les visiteurs de l'exposition sont tombés sous le charme de leurs œuvres. « Aucune création ne ressemble à l'autre, et le fait de s'inspirer de deux ou de trois cultures rend chaque travail unique, assez original et surprenant. Certains voulaient même acheter nos masques pour les exposer chez eux, et cela nous motive pour confectionner d'autres œuvres que nous allons pouvoir peut-être mettre en vente », conclut la jeune étudiante, qui dit avoir beaucoup appris grâce à cette expérience.

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Sommet de Helsinki : le Liban attend aussi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué