X

À La Une

Face à Ankara, Damas s'allie aux Kurdes dans le nord

Syrie

"Pour le gouvernement comme pour les Kurdes syriens, l'ennemi c'est Erdogan. Il s'agit de contrer son projet d'invasion des territoires frontaliers", a affirmé le rédacteur en chef d'al-Watan.

OLJ/AFP/Sammy KETZ
01/03/2017

Le régime et les Kurdes syriens se sont unis de facto pour bloquer dans le nord du pays l'armée turque et ses alliés rebelles, qui ne peuvent plus avancer sans entrer en guerre contre eux.

"Pour le gouvernement comme pour les Kurdes syriens, l'ennemi c'est (le président turc Recep Tayyip) Erdogan. Il s'agit de contrer son projet d'invasion des territoires frontaliers", a affirmé à l'AFP le rédacteur en chef d'al-Watan, quotidien proche du pouvoir à Damas.
"Il est tout a fait normal que les forces présentes sur le terrain s'allient pour contrer toute avancée turque à l'intérieur du territoire syrien. Désormais les forces turques sont encerclées de toutes parts", ajoute Wadah Abed Rabbo.

Cette alliance apparaît en pleine lumière après la prise jeudi dernier par les troupes turques et leurs alliés rebelles de la ville d'al-Bab, bastion du groupe État islamique (EI) dans le nord de la province d'Alep. Bloquée par les Russes qui lui ont interdit de s'emparer d'al-Bab en raison d'un accord avec Ankara, l'armée syrienne a choisi une autre tactique, celle d'encercler les Turcs en avançant vers l'est pour faire sa jonction avec les forces kurdes. En quinze jours, elle s'est emparée d'une vingtaine de villages, dont Tadef, au sud d'al-Bab, et pris le contrôle de 600 km2 dans cette partie de la province d'Alep.

 

 

"Les autorités ont déclaré que la présence turque est une violation de la souveraineté du pays et que le rôle de l'armée est de protéger le territoire contre toute intervention étrangère", explique à l'AFP une source de sécurité de haut niveau à Damas.

"Lundi, l'armée syrienne a avancé rapidement et a rejoint la zone kurde" au sud-ouest de la ville de Manbij, "coupant ainsi la route de l'est aux rebelles pro-turcs", note le géographe français Fabrice Balanche, un expert de la Syrie. "La route de Raqqa via al-Bab est donc coupée pour les Turcs. Ils ne peuvent pas non plus attaquer Manbij par le sud", précise ce chercheur au Washington Institute.

 

(Lire aussi : « Une guerre totale entre les Kurdes et Assad est peu probable »)

 

Alliés de circonstance
Le président Erdogan a pourtant répété mardi qu'Ankara voulait participer à l'opération visant à chasser l'EI de son bastion de Raqqa, en excluant toute coopération avec les milices kurdes syriennes qu'il qualifie de "terroristes".

Quant à la ville de Manbij, elle est depuis août 2016 aux mains des Forces démocratiques syrienne (FDS), qui regroupent majoritairement des autonomistes kurdes alliés à des combattants arabes et soutenus par la coalition antijihadistes menée par les États-Unis.

Face à la Turquie, dont ils ont tout à craindre car Ankara vomit le régime de Damas et qualifie les combattants kurdes de "terroristes", les alliés de circonstance ont mis sous le boisseau leurs divergences concernant l'autonomie revendiquée par les Kurdes.
"La Syrie ne reconnaît pas les FDS car la Constitution stipule que la seule présence militaire en Syrie est l'armée syrienne bien qu'actuellement plusieurs organisations légitimes et illégitimes soient impliquées dans le conflit syrien", ajoute la source de sécurité.
Pour M. Balanche, "le régime est contre l'autonomie des Kurdes, mais il n'a pas les moyens de reprendre les territoires kurdes".

Un dirigeant des FDS, Nasser Hajj Mansour, partage cet avis: "Le régime n'a pas changé et quand il le peut, il nous attaque mais aujourd'hui les circonstances internationales et locales ne le permettent pas". Il affirme cependant à l'AFP le fait qu'il n'y a pas "d'accord avec le gouvernement car il est contre le projet d'autonomie kurde".

 

(Lire aussi : Les Kurdes de Syrie se dotent d'une Constitution pour leur "région fédérale")

 

"Risque d'affrontement"
Pour le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, la situation est périlleuse pour les Turcs et leurs alliés rebelles.

"Ils sont bloqués et encerclés de toutes parts. Les Kurdes se trouvent à l'est, au sud-est et à l'ouest et le régime est au sud. Ils n'ont aucune route pour aller à Raqqa sauf via les territoires kurdes ou par ceux tenus par l'armée", dit-il. "S'ils veulent vraiment y aller, ils n'ont que deux options: entrer en guerre avec l'armée ou les Kurdes, ou arriver à un accord avec eux", selon lui.

Il faudrait pour cela que la Russie, allié du régime et amie de la Turquie, ou les États-Unis, alliés d'Ankara et amis des Kurdes, forcent la main de leurs protégés.
"Il y a effectivement un risque d'affrontement. Mais si l'armée turque se dirige vers Raqqa, ce sera à la suite d'un accord avec les États Unis", assure Sinan Ülgen, président du Center for Economics and Foreign Policy (Edam) à Istanbul.

 

Lire aussi

Les Kurdes de Syrie ébauchent leurs projets politiques

À Raqqa, combattants kurdes et étrangers, main dans la main, pour combattre les jihadistes

Les Kurdes de Syrie rebaptisent des villages arabisés

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Talaat Dominique

Erdogan, se prend pour le nouveau sultan ottoman, il veut la main mise sur la Syrie

M.V.

Comme quoi , la démagogie d'Erdogan a des limites ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants