Rechercher
Rechercher

Liban

Rifi appelle le gouvernement à se démarquer du chef de l’État

L'ancien ministre de la Justice Achraf Rifi a estimé hier que la reconnaissance par le président de la République Michel Aoun de la légitimité des armes du Hezbollah « est une monumentale erreur ».
M. Rifi a ainsi demandé au président de revenir sur ses propos car, selon lui, la déclaration de M. Aoun a chargé le Hezbollah de « la mission de défendre le Liban, ce qui est contraire à la Constitution et à tous les traités et conventions internationales ». Et d'ajouter que « le silence, la réserve ou le désaccord timide par rapport aux propos tenus par M. Aoun ne suffisent pas. Et ils ne doivent pas empêcher le gouvernement libanais de prendre position en réaffirmant son attachement aux décisions internationales, notamment les résolutions onusiennes 1559 et 1701 ».
M. Rifi a ajouté que la politique officielle du gouvernement doit clairement se démarquer de la position affichée par le président Aoun en ce qui concerne la légitimité des armes du Hezbollah. « En plus du rejet de la position du président de la République, nous mettons en garde contre cette tendance qui va conduire à l'aliénation de l'État et de ses institutions », a martelé l'ancien ministre de la Justice, avant d'affirmer qu'il craint que le non-respect des résolutions onusiennes ne mette en péril le renouvellement de la mission de la Finul.

L'ancien ministre de la Justice Achraf Rifi a estimé hier que la reconnaissance par le président de la République Michel Aoun de la légitimité des armes du Hezbollah « est une monumentale erreur ».M. Rifi a ainsi demandé au président de revenir sur ses propos car, selon lui, la déclaration de M. Aoun a chargé le Hezbollah de « la mission de défendre le Liban, ce qui est contraire...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut