X

Économie

Les Libanais toujours aussi amoureux de la Saint-Valentin

Liban - Consommation

Alors que les hôteliers, restaurateurs et commerçants tentent toujours d'attirer les couples pour célébrer la Saint-Valentin, les Libanais se laissent séduire, à la grande joie des professionnels.

14/02/2017

Ces derniers jours, impossible de ne pas remarquer l'approche de la « fête des amoureux ». La Saint-Valentin est à tous les coins de rue, avec ses peluches rouges géantes, et ses formules spéciales proposées par les restaurants et hôtels. Car la Saint-Valentin est surtout une aubaine pour les restaurateurs et hôteliers. « Ces dernières années, la Saint-Valentin a commencé à reprendre un certain positionnement sur le marché, et de plus en plus d'hôtels proposent des offres telles qu'une nuit et un dîner pour l'occasion », avance le président du syndicat des hôteliers du Liban, Pierre Achkar. « Les Libanais adorent la Saint-Valentin, même si tout le monde la qualifie de fête commerciale, et cela est parfois vrai, mais ils trouvent toujours une raison pour célébrer une nouvelle occasion », ironise Rita Saad, directrice des relations publiques à l'hôtel Le Gray.

Et ce positionnement se confirme cette année. « Nous avons enregistré une meilleure fréquentation de 20 à 25 % par rapport à la Saint-Valentin de l'année dernière », se félicite Pierre Achkar, en tant que propriétaire et gérant du Printania Palace à Broummana et du Monroe Hotel à Beyrouth. « Les restaurants ont eu de très bonnes fréquentations le week-end dernier, et nous attendons encore plus de monde aujourd'hui », ajoute pour sa part le président du syndicat des propriétaires de restaurant, Tony Rami.

 

(Pour mémoire : Le chocolat libanais, une valeur sûre à l’export)

 

Pas d'effet crise
« Pour l'instant, les dîners de samedi soir étaient complets, la formule qui proposait une journée de spa en couple a très bien marché, et nous avons beaucoup de réservations pour les soirées de lundi soir et mardi », se félicite Rita Saad. Pour les professionnels, un tel succès peut surtout s'expliquer par le fait que la Saint-Valentin a été précédée d'un week-end, les restaurants et hôtels ont ainsi pu proposer des formules qui se sont étalées sur quatre jours, au lieu de deux auparavant.

Et même en période de crise, les Libanais ne semblent pas regarder la dépense pour l'occasion. « Ils sont attirés par les formules plus que par les prix, et ceux qui profitent le plus de cette occasion sont les hôtels 4 et 5 étoiles, avec des formules qui oscillent entre 200 et 500 dollars la nuit », note Pierre Achkar. Une tendance aussi retrouvée chez les chocolatiers. « Cette année, nous avons eu de meilleures ventes que l'année précédente, cela est dû à la situation politique qui s'est détendue », explique Nazih Abou Saleh, directeur commercial de Patchi, qui ajoute que les Libanais dépensent au minimum 50 dollars pour des arrangements. « Les Libanais prévoient de beaux budgets pour la Saint-Valentin, et dépensent en moyenne entre 100 et 150 dollars », explique pour sa part Rima Koteiche el-Husseini, cofondatrice de Blessing, qui propose des cadeaux garnis de chocolats pour la Saint-Valentin. Les deux acteurs ajoutent que les Libanais achètent souvent des chocolats pour accompagner un autre cadeau.

 

Les fleuristes pas à la fête
Les fleuristes, une activité pourtant emblématique de la Saint-Valentin, ne sont, eux, pas à la fête. « Cette année, les ventes lors de la Saint-Valentin sont en baisse de 20 à 30 % par rapport à l'année dernière. Les Libanais qui achetaient 24 roses, n'en achètent plus que 12. Et ce alors que nous avons baissé nos prix par rapport à l'année dernière, un bouquet de 12 roses est passé de 40 000 ou 45 000 livres libanaises à 30 000 livres, ce qui réduit nos bénéfices », explique Élias Kamel, président du syndicat des fleuristes et producteurs de plantes et de fleurs au Liban. « Personne ne s'intéresse plus aux fleurs pour la Saint-Valentin, ils achètent une ou deux roses et préfèrent acheter d'autres cadeaux. Nous n'attendons plus la Saint-Valentin pour vendre », déplore Karim Hammoud, décorateur floral et propriétaire de l'enseigne Vert et Ciel. Car, pour le secteur, la Saint-Valentin est largement moins lucrative que la fête des Mères, le jour des plus fortes ventes.
Idem pour les articles cadeaux, segment dans lequel la Saint-Valentin est largement détrônée par les périodes de rentrée scolaire et de Noël. « Les Libanais préfèrent acheter des cadeaux plutôt que des gadgets typiques de la Saint-Valentin. Nous essayons donc de toujours proposer de nouveaux articles amusants, mais nous avons encore la journée d'aujourd'hui pour nous faire une idée », explique Rafka Achkar, directrice de Everythink.

De manière générale, les acteurs du secteur s'accordent tous à dire que la Saint-Valentin ne représente pas une part importante de leur chiffre d'affaires. « La soirée de la Saint-Valentin ne représente qu'une partie minime de notre chiffre d'affaires », explique Tony Rami, sans pour autant donner plus de détails. Pour les fleuristes, cette fête ne représente que 5 à 10 % du chiffre d'affaires du secteur. « La Saint-Valentin n'a jamais été une période importante en termes de ventes, nous ne comptons pas sur cette occasion, car le plus gros de notre chiffre d'affaires se fait via les grandes commandes pour des évènements », note pour sa part Rima Koteiche el-Husseini.

 

Pour mémoire

Liban : À la Saint-Valentin, quand on aime, on ne compte pas

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUEL EST LA DATE DE LA -SAINT DON JUAN- ? FAUT BIEN FETER CE BAROUD AUSSI...

LA TABLE RONDE

L'important est d'être amoureux À la St Valentin.
Et non pas DE ....

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué