X

À La Une

Attentats: la menace des cyber-marionnettistes de l'EI

Sécurité

"Ils peuvent opérer de n'importe où, avec pour seules armes un ordinateur et une connexion internet (...) L'Occident doit se préparer à subir des attaques longtemps après la chute du Califat".

OLJ/Michel MOUTOT/AFP
09/02/2017

En recul sur le terrain, ses sanctuaires en Syrie et Irak menacés, le groupe État islamique (EI) compte de plus en plus sur la manipulation, via internet, d'apprentis-jihadistes pour passer à l'action dans le monde entier, préviennent des experts.

Ces attaques ou tentatives d'attentats sont parfois attribuées aux fameux "loups solitaires", mais les enquêtes démontrent que dans presque tous les cas leurs auteurs ont été motivés, encouragés, aidés, téléguidés, parfois à la minute et au mètre près, par des cyber-marionnettistes passés maîtres dans l'art d'inciter leurs adeptes à "frapper les infidèles".

Les routes vers les "terres du Califat", occupées en Syrie et Irak par l'EI étant de plus en plus contrôlées, ils incitent leurs adeptes à frapper là où ils habitent, quitte à mener des actions plus artisanales mais qui n'en sont pas moins, comme à Nice ou à Berlin avec de simples camions, mortelles et terrorisantes.

Dans un rapport publié lundi, des experts de l'Onu assurent que "de nombreuses attaques qui semblent avoir été inspirées et revendiquées par l'EI sont initialement attribuées à des acteurs solitaires, mais les investigations qui les suivent démontrent que leurs auteurs ont souvent reçu le soutien ou l'aide matérielle d'autres extrémistes".

Le véritable "loup solitaire" qui ne confie ses intentions à personne, ne contacte personne, n'a besoin de personne pour choisir sa cible, trouver ses armes puis passer à l'action est, du coup, certes indétectable mais très exceptionnel.

"Le plus souvent", écrit dans une note récente le cabinet d'expertise new-yorkais Soufan Group, "un parent proche ou un ami de l'auteur de l'attaque savait quelque chose à l'avance, ou bien le jihadiste avait reçu via internet des encouragements, des motivations ou avait communiqué quelque chose à propos de son projet".

Au cours des derniers mois des attentats ont été menés, ou des tentatives déjouées à la dernière minute notamment en France, en Australie, en Allemagne, en Indonésie, en Inde, en Malaisie et au Bangladesh par des apprentis-jihadistes directement pris en main, via internet, par des manipulateurs de l'EI spécialisés dans ces tâches, basés en Irak ou en Syrie et opérant via des applications cryptés.

 

(Pour mémoire : La menace jihadiste grandit aussi sur internet)

 

'Déchire ton billet'
"Bien que la reprise (par la coalition anti EI) des territoires que le mouvement jihadiste contrôle soit cruciale pour parvenir à affaiblir l'organisation, elle va sans aucun doute trouver les moyens de s'adapter", souligne Bridget Moreng, analyste au sein du cabinet Valens Global, basé à Washington.
"L'emploi de coordinateurs virtuels est une stratégie à laquelle le groupe peut avoir recours à long terme, poursuit-elle. Ils peuvent opérer de n'importe où, avec pour seules armes un ordinateur et une connexion internet (...) L'Occident doit se préparer à subir des attaques longtemps après la chute du Califat".

L'un des marionnettistes de l'EI les plus réputés, et les plus redoutables, est le Français d'origine algérienne Rachid Kassim, 29 ans. Son nom, ses pseudonymes, les traces de ses connections ont été trouvées par les enquêteurs dans plusieurs affaires, notamment l'assassinat fin juillet en France, par deux jeunes jihadistes, d'un prêtre dans son église.

Une quinzaine de personnes, souvent jeunes voire mineures, ont été interpellées et inculpées depuis cet été pour des menaces ou des projets d'attentats inspirés par ses appels au meurtre, le plus souvent publiés sur la messagerie cryptée Telegram.

"Déchire ton billet pour la Turquie, le firdaws (paradis) est devant toi" lançait-il en juillet dans une vidéo. "Tu manipules deux ou trois voyous, tu trouves une arme dans n'importe quel quartier".

Au cours d'une enquête au long cours diffusée jeudi, des journalistes de l'émission télévisée française Envoyé Spécial se sont fait passer pour des jeunes filles radicalisées et ont contacté Rachid Kassim.
"Au niveau des actions que tu voudrais faire, il y en a deux", leur a-t-il lancé dans un message audio: "Soit tu essaies de venir ici, soit tu fais un truc de ouf là-bas, si tu vois ce que je veux dire".

 

Lire aussi

Lutte contre le cyberjihadisme : une course sans fin

L'Afrique doit mener une cyberguerre contre les groupes jihadistes

Les Américains utilisent des armes informatiques contre le groupe EI

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

De quelle violence parle-t-on ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants