X

Liban

Samy Gemayel en appelle à Aoun

Loi électorale

Le chef des Kataëb accuse les responsables de se dérober à leurs responsabilités.

OLJ
17/01/2017

Le leader des Kataëb, Samy Gemayel, s'est élevé contre le fait que ni le Parlement ni le gouvernement n'accordent la priorité à l'élaboration d'une nouvelle loi électorale, mettant en garde contre le maintien de la loi de 1960.
M. Gemayel a tenu hier au siège de son parti, à Saïfi, une conférence de presse qu'il a consacrée au dossier électoral, rappelant d'emblée la levée de boucliers de l'ensemble des parties politiques contre le texte actuellement en vigueur et les menaces de recourir à la rue si jamais elle est maintenue. « Non seulement la loi de 1960 consacre les bulldozers électoraux, mais elle porte un coup à la représentation chrétienne et la capacité des réformateurs et des forces qui prônent le changement à se faire représenter au Parlement », a-t-il averti.
Il s'est étonné de ce que l'examen d'une nouvelle loi électorale ne figure pas à l'ordre du jour de la réunion parlementaire qui doit se tenir durant deux jours à partir de mercredi, avant de rappeler l'engagement pris par le gouvernement dans sa déclaration ministérielle à accorder la priorité à ce point. « Depuis que le gouvernement a été formé, ce point n'a figuré à l'ordre du jour d'aucune réunion. Idem pour le Parlement. Aucune sous-commission parlementaire n'examine ce dossier. Mais qu'est-ce qui se passe ? » s'est-il exclamé, jugeant « inacceptable » cette façon de « se dérober à ses responsabilités vis-à-vis des promesses faites aux Libanais ».
Samy Gemayel en a appelé au chef de l'État, en se fondant sur son serment d'investiture. Selon lui, le nouveau régime « ne peut pas démarrer par un coup porté aux engagements qu'il a pris, notamment la promesse d'assurer un partenariat authentique au niveau du pouvoir ». « Nous serons à ses côtés et nous soutiendrons chaque mesure qu'il prendra pour assurer la promulgation d'une nouvelle loi électorale », a-t-il insisté, en rappelant qu' « historiquement, les lois électorales étaient proposées par le président de la République ».
« Que personne n'essaie de nous faire croire qu'une représentation authentique des chrétiens peut être assurée grâce à des alliances déterminées. Celles-ci restent ponctuelles et provisoires. Ce ne sont pas les personnes qui présentent des garanties, mais les institutions et les lois », a encore dit le chef des Kataëb, qui a exhorté le président Michel Aoun à barrer la voie aux atermoiements au niveau de ce dossier.
« Nous voulons un Parlement au sein duquel toutes les composantes de la société seraient représentées, notamment les réformateurs », a martelé Samy Gemayel, avant d'ajouter : « Nous comptons pour cela sur le chef de l'État et nous espérons qu'il assurera pleinement son rôle à ce niveau. Nous savons qu'il souhaite l'adoption d'une nouvelle loi. »
Après avoir indiqué que son parti s'apprête à s'engager dans la bataille électorale, il a assuré que les Kataëb continueront de lutter pour obtenir la promulgation d'un nouveau texte : « Nous continuerons de proposer des formules électorales et de débattre avec toutes les parties. »
Selon lui, chacune d'elles « doit assumer la responsabilité de ses choix ». « Nous ne ferons pas de procès d'intention, mais nous jugerons les actes. Nous sommes ouverts à toutes les propositions et prêts à discuter aussi bien de la proportionnelle que de la circonscription uninominale pour que le pouvoir de décision des Libanais cesse d'être hypothéqué et pour qu'ils soient correctement représentés à l'Assemblée nationale », a-t-il soutenu, en rappelant que les Kataëb et le CPL avaient dans le passé mené ensemble les batailles pour l'élaboration de nouvelles lois électorales.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL A LA VOLONTE MAIS NON LA MATURITE !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Yâ hârâââm !
Ils sont devenus une "quantité?" tellement Négligeable.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants