X

Liban

Né(e)s autour de Noël : est-ce vraiment trop injuste ?

Focus

Recevoir tous ses cadeaux en même temps, voir son anniversaire perdu dans les autres festivités... Il n'y a pas que des avantages à être venu au monde fin décembre, mais pas que des inconvénients non plus.

24/12/2016

Pour la majorité d'entre nous, la semaine allant du 24 au 31 décembre est simplement celle des festivités, l'une des plus chargées de l'année. Mais pour ceux qui sont nés en cette période de l'année, cela risque souvent d'être moins drôle... ou d'autant plus festif! Cela dépend de la personnalité, mais surtout de l'âge. Plusieurs personnes se trouvant dans ce cas relatent à L'Orient-Le Jour leurs souvenirs, énumérant les pour et les contre d'être né le même jour, ou presque, que Jésus...

Issa Goraieb, éditorialiste et ancien rédacteur en chef de L'OLJ, est né un 24 décembre... à minuit ! « D'où mon prénom, fait-il remarquer. Né au Mexique, j'ai commencé par m'appeler Jesus (Jésus prononcé à l'espagnole), avant que mon prénom ne soit traduit par Issa quand nous sommes revenus au pays. »
Issa Goraieb se souvient d'avoir souffert, enfant, du fait de ne recevoir de cadeau qu'une fois par an. « Psychologiquement, c'était dur, même si mes parents faisaient tout pour compenser ce manque », dit-il. À l'âge adulte, la date ne pose plus problème, évidemment. Les anniversaires deviennent synonymes de réunions de famille. « Nous sommes une famille de cinq enfants, très unis. Étant l'aîné des garçons, j'ai repris la tradition familiale des dîners du 24 décembre, qui réunissent tous mes frères et sœurs et leurs enfants. Cette année, pour la première fois, c'est mon fils aîné qui reprend le flambeau... »
Cerise sur le gâteau d'anniversaire : l'aînée des petits-enfants de Issa Goraieb, Aya, 16 ans, est elle aussi née un 24 décembre ! « Nous fêtons dorénavant nos anniversaires ensemble », dit-il.

 

(Lire aussi : Hello, y a quelqu’un ?, Un peu plus de Médéa AZOURI)

 

Le gâteau ? Une bûche...
Être né à Noël a toujours été vécu comme une bénédiction par Philippe Abi-Akl, journaliste et correspondant de L'OLJ, propriétaire de l'agence al-Markaziya. « Je suis né un 24 décembre à 23h35 exactement, précise-t-il. On me demande toujours si je ne suis pas déçu de fêter mon anniversaire et Noël en même temps, or je n'ai jamais réfléchi de la sorte. Bien au contraire, quand j'ai décidé de me marier, j'ai également voulu que la date soit proche, même si nous avons dû, ma femme et moi, nous résoudre à un 21 décembre pour des raisons logistiques. Jusqu'au jour d'aujourd'hui, cette semaine, qui concentre en elle toutes les célébrations, me remplit chaque année de joie. »
Sa naissance en cette période de l'année revêt une profonde signification pour le journaliste chevronné. « C'est comme si Dieu a voulu me doter de cette personnalité calme et douce, qui déteste les conflits et fuit les excès », dit-il.

Pour Caroline Massaad, 40 ans, qui fête son anniversaire le 26 décembre, le souvenir le plus marquant est... la bûche de Noël en guise de gâteau à partir de 15 ans. « Et pourtant, je n'en ai jamais mangé », fait-elle remarquer, non sans humour. Elle ajoute : « Je me souviens aussi qu'un 26 décembre, tout le monde est fatigué, ou n'a plus envie de faire la fête, ou a trop mangé... J'ai toujours peur que ce ne soit un poids pour les autres. Aujourd'hui, quand des enfants autour de moi sont nés à une date trop proche de Noël, je conseille vivement à leurs parents de leur organiser une fête d'anniversaire à plusieurs jours de la Nativité, afin de la rendre plus spéciale et d'avoir la possibilité de leur offrir des cadeaux à plus d'une reprise. »
Mais Caroline ne voit pas que des inconvénients à être née à Noël. « Une fois adulte, on apprécie le fait que tout le monde a l'esprit en fête de toute façon, que l'entourage soit de bonne humeur », affirme-t-elle.

 

(Lire aussi : Comment les femmes et les hommes politiques libanais fêtent Noël...)

 

« J'adore Noël ! »
Née, ainsi que sa sœur jumelle, un 24 décembre, Stéphanie, 31 ans, a toujours trouvé que « la célébration de l'anniversaire, dans ce cas, se perd dans les festivités de Noël ». Voilà pourquoi les deux sœurs préfèrent souvent décaler la date de leur anniversaire. « Nous recevons plusieurs cadeaux, mais d'un seul coup, ce qui pouvait nous contrarier quand nous étions enfants, dit-elle. Toutefois, on découvre avec le temps les avantages de cette situation, notamment le fait que l'on célèbre toujours son anniversaire avec la famille réunie. »

Marc Karam, lui, n'est pas né à Noël, mais plus proche du Nouvel An, un 30 décembre, il y a trente ans. « Enfant, j'aurais préféré que ma date d'anniversaire soit davantage à l'écart des fêtes de fin d'année, étant donné que je recevais tous mes cadeaux en même temps, dit-il. Mais plus tard, on reconnaît les bons côtés comme, par exemple, le fait que personne n'oublie mon anniversaire ! À part ceux qui me fêtent naturellement le 31 décembre, comme si l'idée d'être né le 30, entre les deux fêtes, est trop saugrenue pour être vraie... »
Le jeune homme apprécie également l'atmosphère de fête qui règne naturellement autour de son anniversaire, le retour de tous les amis émigrés... D'autant plus que les soirées entre amis sont dans tous les cas de mise au Nouvel An. La date de sa naissance n'est pourtant pas anodine, comme le prouve cette anecdote de son enfance. « Dans le système scolaire français, tous les enfants nés après une certaine date butoir, le 27 ou le 28, sont considérés comme natifs de l'année d'après, se souvient-il. Cela était un désavantage pour moi. Mes parents ont tenté de contourner la difficulté en changeant ma date de naissance, mais ça n'a pas marché. »

Les adultes égrènent leurs souvenirs d'enfance, mais qu'en disent les enfants d'aujourd'hui ? Lisa-Maria, 10 ans, n'est pas du tout fâchée d'être née un 27 décembre. « Il est vrai que je reçois tous les cadeaux en même temps, que mon anniversaire est célébré en même temps qu'une grande fête, dit-elle. Mais ça ne me dérange pas, j'adore Noël ! »

 

 

Lire aussi

Pourquoi personne ne m’envoie de lettres ?

Les Libanais dépensent-ils moins pour les fêtes de fin d’année ?

 

Les Libanais du monde et leur sapin de Noël

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ulivi Emanuela

M. Goraieb, moi aussi j’ai un problème similaire, bien que je n’étais pas né pour Noël, et lorsque j’étais enfant, je n’étais pas prêt à recevoir un cadeau en moins.....

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants