L'éditorial de Issa GORAIEB

Les crocs de l’entente

L’éditorial
Issa GORAIEB | OLJ
21/12/2016

Formé dimanche au terme d'interminables marchandages de bazar, le nouveau gouvernement reflète assez fidèlement l'actuel équilibre des forces politiques. Équilibre imparfait, certes, qu'annonçait déjà l'élection à la magistrature suprême d'un homme qui fut un des piliers du 8 Mars, même si Michel Aoun se veut sincèrement le président de tous les Libanais. Équilibre des plus instables, en outre, puisque sous couvert d'unité ou d'entente nationale, l'on s'est ingénié à rassembler en un machin hétéroclite la quasi-totalité des sensibilités, seul manquant à l'appel le parti Kataëb, privé en effet de ministère en titre. Sujets épineux et motifs de désaccord ne manquant guère, on peut donc redouter un retour à ces périodes de blocage qui avaient miné le gouvernement sortant.


Mais à chaque jour suffit sa peine, et il est décemment trop tôt pour présumer des batailles homériques qui vont opposer toutes ces Excellences à propos de la nouvelle loi électorale ou du budget. Sans doute est-il tout aussi prématuré de s'interroger sur l'avenir des rapports avec le Tribunal spécial pour le Liban avec l'entrée en force, dans le gouvernement, de personnages connus pour leur défiance à l'égard de cette institution onusienne : à leur tête, comme pour faire exprès, le nouveau ministre... de la Justice.


Pour l'heure donc, on se bornera à regretter que tant d'énergie dépensée à construire, morceau par morceau, troc par troc, le puzzle gouvernemental n'ait pas toujours conduit à placer, pour le moins, l'homme qu'il faut à la place qu'il faut : l'homme ou bien la femme, tant qu'on y est, puisque l'on a tout de même pensé à inclure dans les trente une – une seule – représentante du sexe féminin. Médecin de carrière, bardée de diplômes, Inaya Ezzeddine aurait pu faire une fort compétente ministre de la Santé, plutôt que d'avoir à parcourir les labyrinthes sans fin de la Réforme administrative. Non moins fantomatique est la tâche assignée aux cinq autres ministères d'État, dans un cabinet appelé à préparer des élections législatives et dont la longévité ne devrait pas excéder quelques mois. Ces charges sont fort convenablement assumées bien sûr ; elles sont dédiées à de nobles causes, telles que les droits de l'homme et ceux de la femme ; mais il faut bien constater qu'elles n'ont été émises en série, passant ainsi de deux à huit, que pour solde des quotas dont se prévaut chacune des parties en présence.


Parce qu'il faut bien que dans tout ce méli-mélo l'humour conserve ses droits, on gardera pour la fin le canular de l'année, à savoir un ministère d'État pour la lutte contre la corruption. C'est dépourvu de troupes, sans soutien logistique, sans même disposer d'un bureau peut-être que le téméraire devra aller traquer une pourriture qui gangrène la quasi-totalité des services publics et qui éclabousse, sans que cela les embarrasse trop, nombre de puissants.


Souhaitez quand même bonne chance au mouton se hasardant dans la tanière des loups !

Issa GORAIEB
igor@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Éditorial"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants