X

Campus

Ils œuvrent pour illuminer le Liban, un village à la fois

Initiative

Des étudiants de l'AUB, membres du club Student for Sustainable Energy for All (SSEA), poursuivent un admirable projet écologique, social et citoyen qui vise à répondre d'une manière durable aux besoins énergétiques des villages libanais.

09/12/2016

« Light up a village » (LUV) est le titre du projet initié il y a quelques mois par des étudiants de l'Université américaine de Beyrouth (AUB) pour promouvoir les énergies renouvelables et fournir des solutions durables aux problèmes énergétiques auxquels font face certaines régions du Liban.

« Nous avons voulu sortir des murs de l'université et tendre la main à la communauté », confie Ibrahim Alassaad avec enthousiasme en expliquant la naissance de ce projet. Le jeune étudiant en génie de 19 ans, membre de l'équipe logistique de LUV, est convaincu, comme tous ses camarades du Student for Sustainable Energy for All (SSEA), de l'importance des ressources naturelles dans l'amélioration du cadre de vie des populations et de la nécessité de se tourner vers des acteurs locaux pour faciliter et accélérer le développement des villages défavorisés.
« LUV vise à mettre en place un environnement où les donateurs – des entreprises, des organisations, des institutions et des individus – ont la possibilité de contribuer au développement des localités mal desservies », affirme-t-il.

Une fois leur idée en tête, les futurs ingénieurs, médecins, historiens ou experts en marketing ont mené des recherches, consulté des professeurs, communiqué avec les municipalités, contacté des experts, cherché des sponsors pour parrainer et mettre en place leur projet. « Nous sommes allés à la rencontre de donneurs potentiels. Nous leur avons présenté notre idée et discuté avec eux des possibilités d'offrir des solutions énergétiques durables aux communautés qui font face à des problèmes d'approvisionnement en électricité », poursuit Ibrahim.

Les applications énergétiques que propose LUV varient, selon les besoins des localités, de l'éclairage des villages à l'approvisionnement en électricité pour le chauffage et la réfrigération. « En raison de contraintes politiques et économiques, certains villages au Liban ne sont pas approvisionnés en électricité de manière continue. En outre, ils ne sont pas assez soutenus financièrement pour conserver et renouveler leurs services publics et leurs infrastructures. Cela place les habitants dans des conditions hasardeuses et dangereuses », explique le jeune ingénieur en devenir.

Un projet à long terme
« Notre choix pour la phase pilote du projet s'est porté sur la région du Akkar et, particulièrement, sur le village de Majdel », indique Ibrahim. Situé au nord du Liban, Majdel est un village de 3 000 habitants confronté à un large flux de réfugiés syriens. Il souffre depuis longtemps de longues et très fréquentes coupures d'électricité. Le jeune étudiant, lui même originaire de Akkar al-Atika, poursuit : « Plus de 15 lumières LED (diodes électroluminescentes) hautement efficaces, alimentées par des panneaux solaires, seront installées dans les places les plus actives du village. Un éclairage efficace des rues est très important pour la sécurité des habitants la nuit. » Cette première étape du projet, désignée LUV1, est rendue possible grâce au dynamisme et à l'engagement des étudiants ainsi qu'à l'apport et à la générosité des partenaires et des donneurs. Dans la liste de ceux-ci figurent le projet Cedro de l'Union européenne et le Programme des Nations unies pour le développement, BankMed, Deloitte, la banque Byblos et la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture de Tripoli et du Liban-Nord.

LUV a été également soutenu par l'AUB et applaudi par son président Fadlo Khuri. « Notre projet a remporté la plus haute subvention du 150e anniversaire de l'AUB d'une valeur de 5 000 dollars américains », se réjouit Ibrahim avant de conclure : « LUV ne s'arrête pas là. Nous ambitionnons d'atteindre tous les villages défavorisés au
Liban. »
Prochaine étape LUV2, pour éclairer un autre village et améliorer le cadre de vie de ses habitants.

 

 

Pour mémoire
Youmna Abdallah nommée à Londres Young Lighter of the Year

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué