X

Liban

Baabda appelé par le Hezbollah et le Futur à prendre position sur les questions stratégiques

La situation
03/12/2016

Comme les dernières ondes des cercles concentriques formés, sur la surface de l'eau, par les ricochets d'un projectile, les promesses de nouvelles initiatives à même de délier les nœuds au niveau de la formation du cabinet se font rares et diffuses. Un air de déjà-vu se dégage des discours, notamment de responsables du Hezbollah qui pressent les parties à former au plus vite un cabinet, de la même manière qu'ils avaient, sous la vacance présidentielle, appelé les parties qui ne boycottaient pas la séance électorale à élire au plus vite un président.
Le blocage du gouvernement, confirmé par les milieux du courant du Futur, tient de moins en moins au portefeuille des Marada – même si le nœud à ce niveau persiste.

Le député Sleiman Frangié reste attaché à sa position de départ : obtenir l'un des trois portefeuilles de service importants (les Télécommunications, l'Énergie ou les Travaux publics), quitte à ne pas prendre part au cabinet. Selon des milieux proches des Marada, cette position ne se veut en aucun cas une entrave à la mise sur pied du cabinet. Parce que, au lieu de s'attacher à un portefeuille précis, similaire à l'attachement du ministre Gebran Bassil aux Affaires étrangères, « retardant de dix mois la formation du cabinet Salam », le courant des Marada propose un éventail de trois ministères et garde surtout ouverte l'option de ne pas prendre part au cabinet, le cas échéant. Une option qu'auraient toutefois rejetée en chœur le président de la Chambre Nabih Berry, le Hezbollah, ainsi que le Premier ministre désigné, Saad Hariri, « les trois partageant le souci commun, dès le début des négociations, d'inclure les Marada dans la formation ministérielle ».

L'on rapporte en outre que les Marada « n'ont aucun problème avec les Forces libanaises », et que la seule embûche à leur participation reste Gebran Bassil qui, « au lieu d'orienter le nouveau mandat vers l'ouverture, a fait prévaloir une politique exclusiviste ». Il s'opposerait à toute participation des Marada, y compris par le biais de l'Éducation (même si ce portefeuille a été décliné par les Marada, apprend-on de sources concordantes). Jusqu'à hier soir, rien de nouveau n'a directement été proposé aux Marada pour tenter un nouveau déblocage.
Tout cela reste un détail dans le cadre plus général des négociations.
Certes, le courant du Futur appuie la participation des Marada, mais le fait sans vraiment avoir le choix, cette participation étant liée à celle du tandem chiite au cabinet, que le courant du Futur aurait tout intérêt à ménager. Loin de Saad Hariri, mais aussi du chef de l'État, semble-t-il, l'idée « donquichottesque » de décider d'un cabinet de fait accompli, selon le terme d'une source du courant du Futur.
Et cela même si le tandem chiite continue de tergiverser sur la formation du cabinet, y incorporant chaque jour, directement ou indirectement, une nouvelle condition.
Il y a d'abord la condition que le président de la Chambre tente d'imposer dès le départ, celle de prendre part aux négociations ministérielles au même titre que le président de la République et le Premier ministre. « Il ne se contente pas de négocier sa propre quote-part, mais invoque sa compétence à négocier celle d'autres parties », soulignent les milieux du courant du Futur.

Une autre condition émerge officieusement de milieux du 8 Mars, celle de lier la formation du cabinet à un accord préalable sur une nouvelle loi électorale et sur la tenue des prochaines législatives.
Or, pour une source du courant du Futur proche des négociations, « ni la loi électorale n'est évoquée en marge des négociations ni les parties qui y appellent, comme le Hezbollah et le président de la Chambre, ne font montre d'une disposition à en débattre ». Sinon, pourquoi le président de la Chambre, qui avait défendu dans un premier temps le mode de scrutin mixte, défend-il désormais la proportionnelle, bien que celle-ci ait peu de chances d'être approuvée par toutes les parties ? Pour une source du courant du Futur, il ne fait plus de doute qu'« aucune entente ne sera obtenue sur une nouvelle loi électorale ». Quid de la tenue des prochaines législatives ? Cette échéance serait, elle aussi, « un détail pour le Hezbollah », ce dernier n'ayant jusque-là manifesté, aux yeux du courant du Futur, qu'une volonté de « transposer la vacance présidentielle au niveau du cabinet ».

Ainsi, la stratégie avérée du vide soutenue par le Hezbollah (pris de court par le compromis Aoun) a aujourd'hui des motifs supplémentaires : attendre que se précise la nouvelle stratégie régionale de Washington, et attendre la chute probable d'Alep afin d'en mesurer les retombées diplomatiques et militaires sur l'Iran et le régime.
En attendant, le seul enjeu du Hezbollah au Liban serait de s'assurer que le pseudo-vide continue de jouer en sa faveur. D'où l'objectif – et le seul, semble-t-il, à ce stade – de garantir que le locataire de Baabda soit avant tout l'allié de l'Iran. Non que le chef de l'État soit près de se recentrer – loin de là –, mais le Hezbollah se doit de reconfirmer, à qui veut l'entendre, que c'est lui le grand arbitre de toutes les échéances, y compris l'élection de Michel Aoun. Et le moyen le plus rapide de le faire ne serait ni par l'instauration subtile d'une répartition par tiers ni par quelque garantie au niveau de la configuration du cabinet Hariri, mais bien par le biais de Baabda.

Dans ce contexte, une réunion aurait eu lieu jeudi soir entre le ministre Gebran Bassil et Wafic Safa, responsable de la sécurité du Hezbollah. Selon nos informations, les échanges « à cœur ouvert » auraient conduit le second à questionner son interlocuteur sur l'assouplissement de ses positions, et celles du chef de l'État, en faveur des pays du Golfe. D'ailleurs, comme pour faire écho à ces échanges, certains milieux proches du 8 Mars rapportaient hier à L'OLJ les questionnements du Hezbollah sur la disposition déclarée du chef de l'État à se rendre « en premier » en Arabie saoudite... Du reste, la réunion Bassil-Safa aurait été positive, annonçant même un début d'éclaircie au niveau du cabinet.

Une source du courant du Futur estime que le chef de l'État et son camp « ont cru en la possibilité de réaliser l'impossible, c'est-à-dire de concilier deux axes stratégiquement antinomiques ». Or il s'est avéré que « la formation d'un cabinet est impossible sans une prise de position claire et tranchée, de la part de Baabda, en faveur d'un axe ou de l'autre », poursuit la source.
C'est donc une position franche que le président est appelé à prendre ouvertement. À partir de là, toute autre démarche à première vue problématique, comme la visite hier au palais Bustros du ministre turc des AE, qui s'est prononcé avec virulence contre Bachar el-Assad, se réduirait à un détail de pure forme.

 

Lire aussi
Après l'élection présidentielle, un paysage politique confus..., le décryptage de Scarlett Haddad

Bassil adopte une attitude de neutralité sur la question du sort d'Assad

Çavuşoğlu : Assad ne peut plus rester au pouvoir

 

Pour mémoire
L'alliance CPL-FL accuse le tandem Amal-Hezbollah de vouloir fragiliser Baabda

Ni « tuteur » ni « défaiseur de nœuds », les priorités du Hezbollah sont ailleurs, le décryptage de Scarlett Haddad

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tony BASSILA

Le Président Aoun est courageux et patriote et je lui fais confiance. Le népotisme et le favoritisme par contre, ne doivent pas s'enraciner dans la vie politique. Quant au Hezbollah, il faut une fois de plus le dénoncer car il continue de se comporter comme le porte-parole du régime iranien des mollahs et ayatollah intolérants.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Questions libanaiiises "stratégiques?" !
Comme c'est drolatique, hihihihihi.

Viken Hannessian

Mais qui doit appeler qui?

Honneur et Patrie

"L'attachement de Gébran Bassil aux Affaires étrangères..." (sic). Tous les ministères sont des ministères régaliens aucun n'appartient à qui que ce soit. C'est au chef de l'Etat et au Premier ministre d'attribuer les ministères selon les compétences et non selon leur appartenance politique ou religieuse. L'Etat et le gouvernement appartiennent à TOUS les Libanais.
Je ne vois pas le Chef de l'Etat français, nommer son gendre à tel ministère et son neveu à tel autre. Cessez votre danse "chakar-bakar" dans le seul but, celui de vous emparer du trésor public.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le Caporal-"président" appelé à prendre position....
A quoi bon ? Pour débiter encore une infinité de Riens, mieux que personne dans ce patelin !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA BOUSSOLE... MESSIEURS... A CHANGE DE 180 DEGRES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

BOSS QUI BOSSE

La stratégie de la fourmilière.
On ne change pas une stratégie qui gagne depuis 1982.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MARADAS AVEC LA FAMILLE CPL/FL/FUTUR/KATAEBS SINON ON COMMET UNE GRAVE ERREUR D,ABANDONNER UN PARAVENT CHRETIEN AUX BOYCOTTEURS...

Bery tus

maintenant vous allez voire ... que Baabda ne tranchera pas et ira voire l'arabie saoudite "en premier" quitte a ce que l'autre partie foute la merde (ce qui ne sera pas dans son intérêts du tout) mais le mal est deja fait le 8 mars a montrer a la base du CPL qu'il n'a pas confiance c'est pour cela qu'Il demande au president de trancher dans sa position !!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants