Liban

Les employés licenciés du « Moustaqbal » appellent Hariri à leur payer leurs dus « immédiatement »

Médias
OLJ
08/11/2016

Les journalistes, techniciens et administratifs arbitrairement congédiés du quotidien al-Moustaqbal, le 26 septembre dernier, ont déclaré avoir reporté à une date ultérieure leur mouvement initialement prévu pour vendredi, visant à réclamer le paiement de leurs salaires accumulés et de leurs indemnités. Dans un communiqué, ils ont expliqué que cette décision a été prise pour « permettre au Premier ministre désigné, Saad Hariri, de former son gouvernement », soulignant dans ce cadre qu'ils ne voudraient pas « parasiter » les consultations qu'il mène, ni « le climat optimiste qui prévaut dans le pays ».
Le comité chargé de suivre le dossier a rappelé les circonstances dans lesquelles les journalistes, techniciens et administrés ont été congédiés. Ils ont ainsi expliqué que les personnes que cette décision avait englobées étaient « compétentes » ce qui va avoir un impact négatif sur le travail. De plus, un grand nombre des personnes licenciées sont soit affiliées au courant du Futur, soit des partisans et des défenseurs du parti. Ils affirment que le licenciement a été fait « sur une base arbitraire, dans le cadre de règlements de comptes » et qu'il a englobé des personnes malades, « ce qui est contraire à la loi ». « Un collègue a failli succomber à un infarctus cardiaque », a précisé le communiqué. Et de souligner que le renvoi a été accompagné d'une suspension de l'assurance médicale, « ce qui a constitué un fardeau financier supplémentaire que les licenciés ne peuvent pas supporter ».
Soulignant qu'un mois et demi après le licenciement, « aucune solution ne pointe encore à l'horizon », le comité chargé du suivi du dossier appelle M. Hariri à payer « immédiatement » les dus des journalistes, techniciens et administratifs, d'autant que « leur situation économique et sociale ne leur permet plus d'attendre ». Le comité l'a également appelé à « reconsidérer » la décision de licenciement et à ouvrir une enquête sur les critères adoptés à cet effet, et de permettre à ceux qui le désirent des licenciés de présenter leur démission, « comme une démarche humaine ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué