Liban

Le CPL et le Futur annoncent leur soutien à Hariri pour la présidence du Conseil

Partis
OLJ
02/11/2016

Le bloc du Changement et de la Réforme, qui était présidé par Michel Aoun jusqu'à son élection hier à la présidence de la République, a annoncé hier son soutien à la candidature de Saad Hariri à la présidence du Conseil.
« Après le soutien du bloc du Futur à Michel Aoun, nous avons décidé d'appuyer la candidature de Saad Hariri à la présidence du Conseil car cela est tout à fait naturel », a annoncé le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, à l'issue de la réunion hebdomadaire du bloc aouniste. « Nous soutenons celui qui nous soutient, et tous nos votes iront à M. Hariri (...) », a-t-il dit, avant d'ajouter : « Toutes nos voix lui seront dévolues et nous serons à ses côtés pour l'aider à affronter les difficultés. » Le chef du CPL a souhaité dans ce cadre que « les concertations aboutissent rapidement à sa désignation, en vue de former un gouvernement dans les plus brefs délais ».
Répondant à une question sur l'éventualité d'un blocage de la formation du gouvernement, M. Bassil a affirmé en avoir eu vent, mais l'a toutefois écartée. « Les retards se produisaient lorsque les droits n'étaient pas reconnus, mais aujourd'hui l'idée est que chacun obtienne ses droits », a-t-il noté. Et sur la nature des futures relations entre le Courant patriotique libre d'un côté et le chef du Parlement, Nabih Berry, et le leader des Marada, de l'autre, M. Bassil a fait part de son désir de continuer à suivre la politique de la main tendue, souhaitant que « les ententes réalisées avec certaines parties soient complétées par des ententes avec tous ».
Le chef du CPL a par ailleurs réitéré ses remerciements à toutes les parties qui ont soutenu le général Michel Aoun dans sa bataille électorale pour la présidence de la République. Il a cité dans ce cadre le Tachnag « qui représente l'exemple même de l'allié solide », le Hezbollah « qui a tenu parole en dépit des pressions externes et internes et qui donne son plein sens au concept du partenariat national », les Forces libanaises « qui croient à l'importance de l'unité interchrétienne, prélude à l'unité nationale », et le courant du Futur « avec lequel va se parfaire cette entente nationale en vue de la préservation du pacte et de la Constitution ». M. Bassil a également remercié le Parti socialiste progressiste et le Parti syrien national social, avant de déplorer le caractère « non sérieux » qu'ont voulu donner certains députés à travers leurs votes fantaisistes lors de la séance électorale, décrivant ces actes comme « un mépris à l'égard du peuple libanais ». Enfin, M. Bassil, qui avait appelé lundi à participer dimanche prochain à un « mouvement populaire » devant le palais présidentiel, a demandé aux participants de n'arborer que les seuls drapeaux libanais.

Le Futur et la neutralité
Quant au bloc parlementaire du Futur, il a naturellement – et officiellement – annoncé lui aussi, lors de sa réunion hebdomadaire hier, son soutien à la candidature de Saad Hariri, à la tête du prochain gouvernement.
« Nous nous tenons aux côtés de M. Hariri dans sa mission à la tête du futur gouvernement et aspirons à voir les résultats positifs de sa coopération avec le président Michel Aoun, conformément aux dispositions de la Constitution et de l'accord de Taëf », indiquent les députés du bloc dans un communiqué publié à l'issue de leur réunion présidée par M. Hariri. « Le bloc du Futur, comme tous les Libanais, espère que l'élection présidentielle constituera une percée sérieuse pour relancer le travail des institutions et réhabiliter le rôle de l'État, son autorité et son prestige, ce qui permettra au Liban de compenser les pertes accumulées aux niveaux national, économique et socioéconomique, ainsi qu'au niveau de la confiance dans l'État et ses institutions », poursuit le communiqué.
« Nous saluons le contenu positif du discours d'investiture de Michel Aoun et en particulier le fait qu'il a souligné le respect de la Constitution, des lois et de la mise en œuvre de l'accord de Taëf sans discrimination, ainsi que la nécessité de renforcer l'unité nationale et de faire prévaloir le discours national rassembleur sur le discours sectaire et religieux. Dans son discours, M. Aoun a également promis de s'engager à préserver la neutralité du Liban en ce qui concerne les conflits régionaux, a souligné le rôle de l'armée libanaise dans la défense du Liban, le respect des conventions et résolutions internationales et de la Charte de la Ligue arabe, et la nécessité d'appliquer des réformes pour s'attaquer aux problèmes accumulés », conclut le bloc du Futur.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants