X

Moyen Orient et Monde

Quand Obama reconnaît, à demi-mot, son échec en Syrie...

Éclairage

La politique du président américain, à l'inverse de celle de son prédécesseur, a mis en évidence le prix de la non-intervention.

24/09/2016

Cela ressemble à un mea culpa. Ou au moins à une volonté de faire l'autocritique de son bilan avant que les autres ne s'en chargent. Pour la première fois, Barack Obama a reconnu, à demi-mot, que sa politique en Syrie était un échec. « La situation en Syrie me hante en permanence », a confié le président américain dans un entretien publié par Vanity Fair jeudi, alors que la trêve parrainée par Washington et Moscou a volé en éclats au bout d'une semaine.

« Savoir que des centaines de milliers de personnes sont mortes, des millions ont été déplacées ; tout cela me pousse à m'interroger sur ce que j'aurais pu faire différemment au cours des cinq ou six années écoulées », explique M. Obama qui quittera le pouvoir en janvier. Le premier président noir de l'histoire des États-Unis ne manque pas d'une certaine lucidité. Il sait que le dossier syrien est le talon d'Achille de son bilan en politique internationale. Que l'histoire retiendra que son inaction a eu comme double conséquence de laisser le régime syrien et ses alliés continuer de bombarder aveuglément les populations civiles et de permettre aux groupes les plus radicaux de prendre de l'ampleur à la faveur du chaos.

Le président américain admet son impuissance, mais refuse, pour autant, d'en assumer toute la responsabilité. « Les arguments classiques sur ce qui aurait pu être fait sont faux », assène-t-il. Il exprime ainsi son « scepticisme » face à l'idée selon laquelle fournir plus d'armes aux rebelles modérés aurait favorisé le renversement d'Assad ou que lancer des frappes aériennes contre le régime lorsque l'utilisation d'armes chimiques a été établie aurait eu un impact « décisif ».

 

 

(Pour mémoire : Les enjeux d’un accord russo-américain en Syrie)

 

 

Renoncement
Si les États-Unis tentent aujourd'hui, coûte que coûte, de relancer le processus de paix en Syrie, leur pouvoir d'influence par rapport aux acteurs régionaux et locaux s'est considérablement réduit à mesure que la guerre s'est prolongée. Ceux-ci n'ont pas digéré les renoncements de M. Obama à essayer de changer la donne en Syrie. Son refus de mettre en place une no-fly zone, son aide conditionnée aux rebelles (les Américains ont accepté de former des rebelles à condition qu'ils combattent uniquement les groupes jihadistes), sa focalisation sur le combat contre l'État islamique (EI) et son soutien aux Kurdes syriens auront contribué à détériorer son image auprès des Turcs, des Saoudiens et de l'opposition syrienne.

Le moment le plus marquant de ce renoncement restera l'été 2013, où M. Obama avait annoncé que les États-Unis étaient prêts à frapper des cibles du régime syrien après une attaque à l'arme chimique – ligne rouge qu'il avait lui-même fixée – avant d'abandonner cette option. Il avait, dans un premier temps, fait part de sa décision de soumettre la question de l'intervention à un vote du Congrès, écartant de facto une action militaire à court terme, puis avait accepté une proposition russe de destruction des armes chimiques syriennes. M. Obama a-t-il manqué de courage ou disposait-il d'informations suffisantes pour le convaincre que l'intervention n'était pas la meilleure option ? C'est la seconde option que le président américain met aujourd'hui en avant sans être très convaincant pour autant.

 

(Pour mémoire : La véritable erreur d’Obama en Syrie)

 

Trop/pas assez d'Amérique
Parce qu'il a passé une grande partie de ses deux mandats à tenter de corriger les erreurs de son prédécesseur, M. Obama connaît le prix d'une intervention militaire dans le monde arabe. Les facteurs historiques ont certainement dû peser lourd dans la tête du dirigeant de la première puissance mondiale au moment de prendre sa décision. Sans doute a-t-il estimé que le risque était trop important par rapport aux possibilités de résultats. Mais en revenant sur sa parole, M. Obama a perdu une grande partie de sa crédibilité dans le monde arabe, alors que son arrivée au pouvoir, flanquée du discours du Caire, avait créé une forte attente à son égard. Et sa politique, à l'inverse de celle de son prédécesseur Georges W. Bush, a mis en évidence le prix de la non-intervention.

« D'habitude, je suis plutôt bon pour examiner différentes options et prendre les décisions qui sont, à mon sens, les meilleures du moment en fonction des informations dont je dispose », explique le président américain. « Mais il y a des moments où j'aurais aimé avoir pu imaginer d'autres solutions », ajoute-t-il.

« Je me demande régulièrement: y avait-il une initiative à laquelle nous n'avons pas pensé ? Y avait-il une voie, au-delà de celles qui m'ont été présentées, que Churchill ou Eisenhower auraient imaginée ? » s'interroge le président américain. C'est cet équilibre entre l'intervention musclée et l'inertie totale, entre le trop d'Amérique et le pas assez, que le président américain n'a jamais réussi à trouver en Syrie. En axant toute sa stratégie sur le combat contre l'EI, sans pour autant proposer une alternative politique aux sunnites, Washington a limité sa marge de manœuvre à des objectifs à court terme. En refusant de faire pression sur le régime, Washington s'est retrouvé isolé, critiqué par les deux camps et sans allié fiable sur lequel s'appuyer sur le terrain.
« J'ai échoué mais je ne sais pas s'il était possible de faire mieux », dit aujourd'hui, en quelque sorte, le président américain, dans un exercice de confession-réflexion qu'il affectionne particulièrement.

Dans un article publié par le journal Le Monde intitulé « Le jour où Obama a laissé tomber Hollande », publié le 24 août 2016, le président français résumait les enjeux de la non-intervention avec honnêteté: « Je ne sais pas ce que cela aurait donné si on avait frappé, peut-être qu'on se reverrait et que vous me diriez : "Vous avez frappé, mais il y a Daech qui est là, c'est de votre faute." Ce que je peux dire, c'est qu'on n'a pas frappé... et il y a Daech. »
Une façon de répondre aux doutes du président Obama : sérieusement, comment la situation pourrait-elle être pire ?

 

 

 

Lire aussi

Surmonter les divisions interaméricaines pour sauver l’accord avec Moscou

Clinton pourrait-elle changer la donne en Syrie ?

 

Pour mémoire

Obama promet de détruire l'EI, déplore l'action de Poutine en Syrie

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

on s'en tape de ce qui se passe en irak et ailleurs nous ce qui nous intéressent c'est le liban et ses voisins Obama aurait du frapper fort les criminels du regime syrien et aurait degager assad ... mais maintenant il y a une connivence entre russe et americain ASSAD ET L'IRAN EN PAYERONT LES FRAIS !!

Irene Said

Monsieur Obama, ce n'est pas avec des pleurnicheries que vous ferez revenir les milliers de civils morts en Syrie !!!
Fallait réfléchir avant, et surtout vous entourer de conseillers connaissant bien cette région du Moyen-Orient, la mentalité des dirigeants etc., de même que l'histoire de leurs pays.
On ne traite pas avec les Arabes comme avec les Américains ou les Européens.
En clair, Monsieur Obama, vous vous êtes fait avoir sur toute la ligne...
Dommage pour tous ceux qui en ont payé le prix avec leur vie !!!
Irène Saïd

FAKHOURI

Bush une catastrophe
Obama une catastrophe
L'Iran a profité de la mollesse d'Obama
Le criminel de Damas et l'Iran ont beaucoup contribué à la création de Daesch
l'emploi de gaz toxique par Damas, les tonneaux d'explosifs , tuant aveuglement des civils innocents est inacceptable et Obama a laissé faire....
F.Hollande , avec son verbiage habituel, a fait croire qu'il allait intervenir ....
Pendant ce temps, la guerre civil pourrissait sur le terrain et le petit Hitler bien soutenu par l'Iran
Et maintenant, Poutine en profite pour montrer ses muscles. Qui trinquent ? des civils innocents
Et aucun état dans le Monde, l'ONU en tête, ne fait rien. Ils comptabilisent les morts....
Et maintenat tout ce beau monde envisage de s'attaquer à Daesch... Il fallait éradiquer dès le début de la formation barbare...
Et pour conclure cette belle catastrophe humaine, le criminel de Damas pavoise, revendique et ravage encore plus son pays avec l'aide russe
Enfin, il n'y a pas que la région qui souffre des divagations d'Obama. La communauté noire des USA a beaucoup de reproches à lui faire...

BOSS QUI BOSSE

Bush a frappé en Irak et en afghanistan, quel EST le résultat AUJOURD'HUI ?

Sarko et bhl ont frappé en Lybie, quel EST le resultat AUJOURD'HUI?

SI LES US ET LA FRANCE N'ONT PAS FRAPPÉ EN SYRIE, FAUT PAS SE LEURRER, C'EST QU'IL ÉTAIT IMPOSSIBLE D'ARRIVER AU RÉSULTAT ESCOMPTÉ .
En d'autres termes si en frappant ils auraient pu obtenir un résultat, ils l'auraient fait sans hésiter une seule seconde .

C'est pas à nous de leur offrir les mouchoirs pour sécher les larmes d'une politique fiasco du complot raté.
LES RUSSES SE SONT REMIS EN MARCHE POUR ÊTRE UNE PUISSANCE INCONTOURNABLE EN ACTIVITÉ , ET ÇA AVEC OU SANS FRAPPE SUR LA SYRIE ON NE POURRA PLUS RIEN Y FAIRE .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TERGIVERSATIONS ET HESITATIONS IMPARDONNABLES ONT ENCOURAGE LES MASSACRES ET LES BARBARIES QUI SE DEROULENT SUR TOUS LES TERRAINS DU MOYEN ORIENT....

Jihad Mouracadeh

Une façon de répondre aux doutes du président Obama : sérieusement, comment la situation pourrait-elle être pire ?

Bonne question Mr Samrani. Je m empresse de poser le corollaire.
Quel aurait ete ke resultat d une intervention militaire americaine sur le terrain ou d une serie de frappes par missiles sur les depots d armement chimiques et certains aeroports syriens. Quelle aurait ete la reaction russe? Celle de la communaute internationale? Sans compter l enorme retentissement dans les milieux anti americains tant dans cette region que dans le monde?
Tous ceux qui ont critique la politique syrienne d Obama n ont jamais serieusement envisage les consequences d une politique plus agressive. Il est vrai qu ils n en auraient pas eu a en assumer la responsabilite.
La seule chose qu il aurait du entreprendre des le debut et bien avant l epouventail Daesh etait de serieusement armer l opposition comme le reccomendait l ambassadeur americain en Syrie Robert Ford qui a quitte son poste degoute ainsi que Clinton, le chef d etat major et de la CIA

George Khoury

son erreure c'est de mal connaitre a quel niveau les assad pensent que la syrie est leur pays et combien les iranien travaillent dans la duplicite

M.V.

Obama et Hollande même fiascos ...encore et encore ,il faut d'abord compter que sur nous -même ...! alors que F. Holland ne se mêle pas de nos affaires avec des conférences et du blablas ...pour Obama c'est ok ,dans 60 jours il part en vacances avec son administration...

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants