Rechercher
Rechercher

Culture - Édition

« Dispersés » d’Inaam Kachachi, Prix de la littérature arabe

Inaam Kachachi, auteure d'un roman bouleversant sur la tragédie des chrétiens d’Irak.

Le Prix de la littérature arabe 2016 (doté de 10 000 €), créé par l'Institut du monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère, a été décerné à Inaam Kachachi pour son roman Dispersés (Gallimard – janvier 2016), traduit de l'arabe (Irak) par François Zabbal.
Le jury, présidé par Pierre Leroy, cogérant de Lagardère SCA, et composé d'éminentes personnalités du monde des médias, des arts et de la culture ainsi que de spécialistes du monde arabe, a élu, par une très forte majorité, le texte d'Inaam Kachachi, saluant ainsi « un roman bouleversant sur la tragédie des chrétiens d'Irak, écrit dans un style prenant et poétique, avec beaucoup de justesse et de sensibilité ».
Le jury a également attribué une mention spéciale (dotée de 5 000 €) à Réda Dalil pour son ouvrage Best-seller (Éditions Le Fennec – janvier 2016) dont « l'écriture résolument actuelle témoigne d'un talent très prometteur ».
La cérémonie de remise du prix se tiendra le 12 octobre 2016 à l'Institut du monde arabe à Paris en présence de son président Jack Lang et de Pierre Leroy, des lauréats et de personnalités des arts et des lettres.
Inaam Kachachi, 4e lauréate du Prix de la littérature arabe, est née à Bagdad en 1952. Écrivaine, journaliste et correspondante de presse pour des journaux arabes, elle vit depuis une vingtaine d'années à Paris. Elle a dirigé une anthologie de littérature et poésie féminines irakiennes, traduite de l'arabe aux éditions Le Serpent à plumes en 2003. Elle est l'auteure de Si je t'oublie, Bagdad, traduit de l'arabe aux éditions Liana Levi en 2009 et retenu pour la sélection finale du prix international du roman arabe Booker. Dispersés est son deuxième roman publié en France. Il raconte l'histoire de Wardiya, 24 ans, qui a quitté à contrecœur son pays natal, l'Irak, pour aller vivre en France auprès de sa nièce. Wardiya a été une brillante gynécologue dans son pays. Femme pleine d'idéaux, elle n'a cessé de lutter pour l'amélioration des soins prodigués aux femmes dans une société profondément patriarcale. Attachée à sa terre, elle a vu la société entière se désagréger au fil des conflits, ce qui l'a obligée à fuir, comme ses propres enfants avant elle. Loin de la souffrance et des combats, Wardiya et ses proches restent marqués par les souvenirs de cet Irak natal terrassé, et découvrent en même temps les difficultés de la condition d'immigré...
Réda Dalil est un journaliste et écrivain marocain né à Casablanca en 1978. Son premier roman, Le Job, succès à la fois commercial et critique, a reçu le prix littéraire de la Mamounia en 2014. Best-Seller est son deuxième roman.
Créé en 2013 par la Fondation Jean-Luc Lagardère et l'Institut du monde arabe, le Prix de la littérature arabe est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe. Ce prix promeut l'œuvre d'un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d'un ouvrage écrit ou traduit en français. Valoriser et diffuser en France la littérature arabe en plein temps fort de la rentrée littéraire, telle est la volonté des deux fondateurs de ce prix.
Les membres du jury ont souligné la qualité exceptionnelle des livres également retenus dans la dernière sélection de l'édition 2016, à savoir : Des pierres dans ma poche, de Kaouther Adimi (Seuil) ; Le tambour des larmes, de Beyrouk (Elyzad) ; Villa des femmes, de Charif Majdalani (Seuil) ; À cœur ouvert, de Abdo Wazen (Actes Sud) ; et Le corps de ma mère, de Fawzia Zouari (Joëlle Losfeld).


Le Prix de la littérature arabe 2016 (doté de 10 000 €), créé par l'Institut du monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère, a été décerné à Inaam Kachachi pour son roman Dispersés (Gallimard – janvier 2016), traduit de l'arabe (Irak) par François Zabbal.Le jury, présidé par Pierre Leroy, cogérant de Lagardère SCA, et composé d'éminentes personnalités du monde des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut