Rechercher
Rechercher

Festival

Wickerpark, véritable ruche des talents libanais

Pour sa sixième édition, Wickerpark se tiendra le samedi (et plus le dimanche), et gardera le cap rock/pop en toute écologie.

Wickerpark est devenu un rendez-vous incontournable de la scène musicale pop/rock libanaise. Photo Roland Ragi

Il existe à Paris, dans le XVe arrondissement, au-dessus des légendaires Objets trouvés de la rue des Morillons, un quartier-village appartenant à la mairie et ayant pour rôle d'accueillir une soixantaine d'artistes de diverses origines. Ce quartier s'appelle La Ruche. Il existe depuis le début du XXe siècle et a vu passer des légendes telles que Modigliani, Brancusi, Soutine, les aquarelles de Marie Laurencin chères à Joe Dassin ou encore Marc Chagall.

La Ruche, en arabe weker, est le surnom que l'aîné de la fratrie Daou avait donné à l'atelier de Georges Junior (Junior pour les intimes) qui y recevait ses amis musiciens pour des improvisations mémorables. L'origine du nom wickerpark vient donc de ce surnom et son anglicisation s'est imposée comme un hommage aux roseaux qui entourent le terrain où a lieu chaque année, depuis 6 ans, le festival préféré de la jeunesse libanaise.

Créée en 2011 sous l'impulsion de Georges Junior, sa sœur Michelle et leur associé Omar Youssef, la première édition, qui avait quand même attiré 1 700 spectateurs, avait posé les jalons de ce qui est maintenant un rendez-vous incontournable, «le la» de la scène musicale pop/rock libanaise, et sans doute le premier festival à avoir mis en avant une volonté de respecter l'environnement, notamment par le biais d'un partenariat avec l'ONG Lebanese Green Again. Même si les diverses tentatives des organisateurs d'élargir ce mouvement à des financements de projets écologiques se sont toujours heurtées aux blocages administratifs propres au Liban, ils maintiennent le cap et innovent chaque année dans ce domaine.

 

(Pour mémoire : Wickerpark et ses secrets révélés : en route vers « un idéal poétique »...)

 

Accessibilité et valeurs sûres
Ayant pour mission artistique de proposer une production d'envergure, de soutenir des artistes tout en introduisant de nouveaux, le festival a également toujours mis un point d'honneur à rester abordable, aussi bien financièrement (les billets sont à 30$ pour pouvoir écouter plusieurs groupes) que dans son organisation sur un terrain en bord de mer, avec beaucoup d'activités familiales, aussi bien que de la nourriture et des boissons à des prix amicaux. Depuis sa création, le festival n'a cessé d'attirer plus de monde, avec un pic en 2014 et ses 4500 spectateurs, venus assister aux concerts des légendaires Scrambled Eggs, et à une performance toujours impressionnante des Mashrou' Leila. Ce sont en tout plus de 14 000 personnes et 100 artistes qui se sont présentés tout au long des 5 années devant et sur la scène du festival. L'organisation des Daou, tout en étant très professionnelle, met un point d'honneur à garder un aspect familial qui donne tout son caractère et sa personnalité au festival. Après tout, celui-ci se tient chez eux...

Cette année, le programme, très riche, se concentre sur la scène libanaise, et propose 8 groupes, dont des valeurs sûres comme Lumi et Wanton Bishop, qui proposent chacun un nouvel album et un nouvel EP (Maxi 45 tours), des artistes confirmés comme Safar, Loopstache et Etyen, et des formations moins connues, mais valeurs sûres pour le futur: Kid Fourteen, Filter Happier et un supergroupe, Interbellum, dont les membres sont tous aussi dans d'autres bands. Wickerpark n'oublie pas les amateurs de musiques électroniques, avec la présence du plus blond des DJ libanais Rami O, du puits de culture musicale Ziad Nawfal et du nouveau venu Jack the Fish. Mais la vraie nouveauté cette année est le déplacement du festival du dimanche au samedi, pour faciliter la logistique, permettre aux spectateurs de passer un week-end entier à la plage autour de Batroun, et d'attirer un public plus large.

Les tickets sont en vente sur place et sur Internet, ce qui facilite l'accès au festival. Les festivals saisonniers ayant touché à leur fin, Wickerpark offre un choix éclectique, différent et très alléchant, et souhaite que les artistes présents au weker de Batroun connaissent un succès aussi important que leurs collègues peintres de La Ruche à Paris.

* https://ihjoz.com/events/1846-wickerpark-music-festival-2016;
www.wickerparkfestival.com

 

Pour mémoire
L’électro-rock est dans le (Wicker)park


Il existe à Paris, dans le XVe arrondissement, au-dessus des légendaires Objets trouvés de la rue des Morillons, un quartier-village appartenant à la mairie et ayant pour rôle d'accueillir une soixantaine d'artistes de diverses origines. Ce quartier s'appelle La Ruche. Il existe depuis le début du XXe siècle et a vu passer des légendes telles que Modigliani, Brancusi, Soutine, les...

commentaires (0)

Commentaires (0)