Rechercher
Rechercher

Liban - partis

Geagea aux « ennemis du Liban » : N’essayez pas de nous mettre à l’épreuve une nouvelle fois

À l'occasion de la messe annuelle en mémoire des martyrs de la résistance libanaise, le leader des FL a mis l'accent sur le terrorisme pratiqué par le régime Assad, soulignant par ailleurs que face au blocage institutionnel, la seule issue possible est l'élection de Michel Aoun à la présidence et la désignation de Saad Hariri au poste de Premier ministre.

La cérémonie religieuse s’est tenue à Meerab, en plein air, au voisinage d’un espace forestier.

La messe traditionnelle annuelle en mémoire des martyrs de la résistance libanaise a été célébrée samedi après-midi à Meerab (Kesrouan) sous le thème « À chaque fois que le danger pointe à l'horizon, les Forces libanaises sont là » (slogan tiré d'un chant partisan des Forces libanaises à l'époque de la guerre). Placé sous le patronage du patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, et célébré en plein air, en bordure d'un espace forestier, l'Office divin a été précédé de témoignages filmés de parents de martyrs et d'une parade – la première du genre – des scouts FL.
De nombreuses personnalités ont assisté à la cérémonie, notamment des représentants des différentes composantes du 14 Mars et du bloc du chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt, ainsi que plusieurs ministres, nombre de députés du Courant patriotique libre, les députés et hauts responsables FL, et les parents des martyrs (voir par ailleurs la liste des principales personnalités présentes). L'ensemble de la cérémonie a été retransmise en direct sur les ondes de la MTV, la LBC, l'OTV (chaîne du CPL) et Radio Liban Libre.
L'Office divin a été célébré par le représentant du patriarche Raï, le père Hanna Tayyar, directeur de la branche du Chouf de l'Université Notre-Dame de Louaïzé, entouré de nombreux prêtres représentant plusieurs communautés. Dans son homélie prononcée au nom du patriarche maronite, le père Tayyar a notamment souligné que « les martyrs de la résistance libanaise font partie des martyrs du Liban qui nous ont quittés pour défendre le pays et chacun de nous ». S'adressant à M. Geagea, il a souligné qu'il est appelé à « prendre des décisions sages afin de sauver les chrétiens et les Libanais et de défendre leurs droits dans ce pays ». Mettant l'accent sur la nécessité de respecter le sacrifice des martyrs, le père Tayyar a appelé dans ce cadre à « consolider toutes les réconciliations ». Il a rendu hommage à la réconciliation entre les FL et le CPL, invitant toutes les parties à suivre la même voie en « bâtissant sur ce qui unit, en trouvant des solutions aux conflits et en rejetant le recours aux armes, la haine et l'individualisme ».
Au cours de la messe, le député Ibrahim Kanaan (représentant le général Michel Aoun et le chef du CPL, Gebran Bassil) a lu l'une des intentions en hommage aux martyrs de la résistance libanaise, déclarant, dans un geste politiquement symbolique : « Personne n'aurait imaginé jusqu'à un passé très récent, et compte tenu de ce que je représente, que je serai là pour prier à l'intention des martyrs des Forces libanaises. Pour ceux qui ont la foi, le temps des miracles n'a pas de fin, nous prions aujourd'hui, et tous les jours, à l'intention des martyrs de l'institution militaire et des Forces libanaises. Nous vivons dans la grâce des martyrs et dans la grâce de la réconciliation, de la paix et de la résurrection du Liban. »

Le discours de Geagea
Au terme de la cérémonie religieuse, et sous les ovations de ses partisans, le leader des FL s'est rendu à la tribune pour prononcer un discours dans lequel il a réaffirmé son attachement aux constantes nationales de sa ligne de conduite politique, dans le cadre du projet de la révolution du Cèdre, tout en adoptant une posture particulièrement ferme à l'égard de ceux qu'il a qualifiés « les ennemis du Liban », stigmatisant notamment « le terrorisme du régime Assad ».
Le leader des FL a commencé par rendre un vibrant hommage aux « martyrs de la résistance libanaise, les martyrs de la cause nationale, les martyrs de la République libanaise », soulignant en substance que sans leur sacrifice, le Liban aurait sans doute changé de visage. Il a évoqué dans ce cadre les martyrs des différentes régions du pays, en consacrant une mention spéciale « aux derniers en date des martyrs, ceux du village de Qaa », dans la Békaa.

« Lorsque le danger pointe à l'horizon... »
Rappelant la longue lutte contre les occupations, M. Geagea a déclaré : « Lorsqu'ils ont essayé de nous soumettre par les armes de l'occupant et de l'étranger, nous avons tenu bon. Lorsqu'ils nous ont poussés à choisir entre le ministère octroyé dans l'humiliation ou la cellule en préservant notre dignité, nous avons opté pour ce second choix (...), et les barreaux de la prison se sont transformés en flambeaux qui ont allumé la révolution en vue de la liberté au Liban. Nous sommes les fils de cette école de comportement et nous le resterons jusqu'à la fin des temps. Que l'équilibre des forces dans la région soit modifié ou non, que les cartes de la région soient modifiées ou non, notre foi et nos constantes restent pérennes. Notre position ferme et immuable puise sa puissance dans la force du droit, et non pas dans un axe par-ci ou des équilibres politiques par-là. Quant à vous, ennemis du Liban, quelle que soit votre identité ou votre appellation, regardez soigneusement la liste de nos martyrs, et ne nous mettez pas à l'épreuve une nouvelle fois... »
Et de poursuivre : « À chaque fois que le danger pointe à l'horizon... Effectivement, tout récemment, lorsque le danger a pointé à l'horizon aux portes de Qaa, tout le village s'est soulevé et a fait face au danger en un très court laps de temps. Certes, le prix a été lourd du fait du martyre de Maged Wehbé, Joseph Layyous, Georges Farès, Fayçal Aad et Boulos Ahmar (tués dans l'attentat terroriste qui a visé le village). Mais ce prix qui a été versé a sauvé le village de Qaa et la Békaa, de même qu'il a préservé le Liban (...). Cela a été réalisé car au Liban, les gardiens n'atténuent pas leur vigilance. Et les gardiens ne diminueront jamais leur vigilance. Et chaque fois que le danger pointe à l'horizon, nous sommes tous au service du Liban... Forces libanaises. »

Le blocage institutionnel
Le leader des FL a ensuite dressé « le tableau sombre » qui caractérise la conjoncture présente dans le pays, tant sur le plan politique que socio-économique, qu'au niveau du blocage des institutions constitutionnelles, dénonçant dans ce cadre, dans une allusion à peine voilée au Hezbollah, ceux qui considèrent qu'une « République forte signifie un parti faible, et une République faible signifie un parti fort ».
Face au blocage institutionnel qui persiste depuis plus de deux ans, M. Geagea a affirmé que la seule issue possible est l'élection du général Michel Aoun à la présidence de la République et la désignation « de notre allié Saad Hariri » à la présidence du Conseil. « D'aucuns s'interrogent sur le programme du général Aoun et ses alliances ou sa ligne de conduite, a déclaré le leader des FL. À ceux-là, je leur demande de me donner une solution de rechange qui soit réellement réalisable. À ceux qui craignent l'arrivée d'un candidat fort à la première magistrature, je leur dis qu'en définitive, nous avons une Constitution que nous devons tous respecter(...). Certes, le partenariat sans souveraineté n'a pas de sens, mais dans le même temps, la souveraineté sans partenariat n'a pas de sens, aussi. Il faut mettre un terme à la situation créée par l'ère de la tutelle. »
Le leader des FL a réaffirmé en outre la nécessité d'élire un président de la République avant les élections législatives, tout en soulignant sa détermination à aboutir à une nouvelle loi électorale, afin de ne pas aboutir à un Parlement ayant le même profil que la Chambre sortante.

Les réconciliations et la Syrie
M. Geagea a par ailleurs évoqué la réconciliation entre les FL et le CPL, précisant qu'elle n'est dirigée contre aucune partie et qu'elle ne vise en aucun cas à marginaliser une quelconque faction. Il a relevé dans ce cadre que la réconciliation FL-CPL s'inscrit dans le prolongement de la réconciliation de la Montagne et de « la grande réconciliation du 14 Mars ». « Nous rendons un grand hommage au patriarche Nasrallah Sfeir et au député Walid Joumblatt (les deux piliers de la réconciliation de la Montagne), ainsi qu'à la mémoire du président Rafic Hariri et à celle de tous les martyrs de la révolution du Cèdre », a souligné le leader des FL.
M. Geagea a indiqué à cet égard que la réconciliation FL-CPL « n'est nullement conjoncturelle, elle n'est nullement limitée à la question de la présidence, et elle aura un impact sur la vie politique nationale ». « Elle dépasse le cadre de la simple réconciliation et elle a posé la base d'un accord politique fondé sur les dix points du document d'entente signé entre les FL et le CPL. » Il a lancé un appel sur ce plan au parti Kataëb, l'invitant à se joindre à ce processus de réconciliation, affirmant que la réconciliation avec le CPL « complète l'alliance avec le courant du futur ». « Nul ne peut ébranler les fondements de la révolution du Cèdre, et nul ne pourra remettre en question ce que le martyre, notamment le martyre de Rafic Hariri et de Bachir Gemayel, a construit », a affirmé le leader des FL.
Abordant enfin le dossier régional, M. Geagea a stigmatisé l'attitude de ceux qui combattent en Syrie aux côtés du régime Assad « sous prétexte de lutter contre le terrorisme ». « Les Libanais savent parfaitement, plus que quiconque, que le régime de Bachar el-Assad est par essence terroriste, de même qu'il parraine et alimente, plus que toute autre partie, le terrorisme », a déclaré le leader des FL qui a évoqué, à l'appui de son point de vue, les principaux actes terroristes attribués au régime Assad, notamment, entre autres, « les assassinats de Kamal Joumblatt, Bachir Gemayel, du mufti Hassan Khaled, du président René Moawad, de Rafic Hariri, et de tous les martyrs de la révolution du Cèdre », sans compter, a ajouté M. Geagea, l'utilisation « à deux reprises, au moins, d'armes chimiques, entre 2014 et 2015 », ainsi que le double attentat contre deux mosquées sunnites à Tripoli, dans lequel deux officiers des services de renseignements syriens ont été mis en cause il y a quelques jours par la justice libanaise.
Tout en soulignant la nécessité impérieuse de lutter contre le terrorisme, M. Geagea a déclaré que ce terrorisme constitue « la conséquence, et non pas la cause » de la crise qui secoue la région. « Les causes des crises en Syrie ou en Irak sont à la base politiques et ont débouché sur des guerres civiles qui ont eu diverses conséquences, dont l'un d'elles est le terrorisme », a relevé le leader des FL qui a dénoncé ceux qui exploitent la lutte impérative contre le terrorisme pour servir des intérêts et des agendas qui n'ont rien à voir avec le terrorisme.


La messe traditionnelle annuelle en mémoire des martyrs de la résistance libanaise a été célébrée samedi après-midi à Meerab (Kesrouan) sous le thème « À chaque fois que le danger pointe à l'horizon, les Forces libanaises sont là » (slogan tiré d'un chant partisan des Forces libanaises à l'époque de la guerre). Placé sous le patronage du patriarche maronite, le cardinal...

commentaires (4)

MERCI ET GRAND MERCI CHER GEAGEA. ON NE VEUT PLUS ENTENDRE NI LE NOM DE AOUN NI LE NOM DE HARIRI. ON VEUT ACHRAF RIFI. PAS DE MERCENAIRES MERCI.

Gebran Eid

15 h 32, le 05 septembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • MERCI ET GRAND MERCI CHER GEAGEA. ON NE VEUT PLUS ENTENDRE NI LE NOM DE AOUN NI LE NOM DE HARIRI. ON VEUT ACHRAF RIFI. PAS DE MERCENAIRES MERCI.

    Gebran Eid

    15 h 32, le 05 septembre 2016

  • DU COMME-CI... ET DU COMME-CA... CERTES, VOUS AVEZ MIS LE HEZB AU PIED DU MUR EN APPUYANT LA CANDIDATURE DU GENERALISSIME... MAIS ON N,A PAS ENTENDU JUSQU,AUJOURD,HUI SON MEA CULPA... VOUS DIVAGUEZ TRES SOUVENT HAKIMOFF !

    OLJ, SOUTENEZ-NOUS POUR QUE NOUS VOUS SOUTENIONS.

    12 h 45, le 05 septembre 2016

  • Il a du boire la potion magique notre geagix véritable butin de guerre de la résistance du hezb et alliés.

    FRIK-A-FRAK

    10 h 40, le 05 septembre 2016

  • digne d'un chef d'état !!

    Bery tus

    03 h 42, le 05 septembre 2016

Retour en haut