X

Liban

Bouchra Khalil interdite de parler du dossier de Moussa Sadr

Justice
OLJ
02/09/2016

À la suite des propos de l'avocate Bouchra Khalil, recueillis dans plusieurs médias, concernant la disparition de l'imam Moussa Sadr, et selon lesquels le dignitaire chiite aurait été assassiné trois jours après son arrivée en Libye, en septembre 1978, la juge des référés de Beyrouth, Zalfa Hassan, a prononcé un jugement en vertu duquel elle a interdit à Me Khalil d'évoquer le dossier de la disparition de l'imam Sadr et ses compagnons dans les médias et sur les réseaux sociaux, sous peine de payer une amende de 50 millions de livres.
Ce jugement a été prononcé dans le cadre du procès intenté par Sadreddine Sadr, fils de l'imam disparu, contre l'avocate. Mme Hassan a motivé son jugement par le fait que, l'affaire Sadr étant toujours devant la justice, il ne convient pas d'annoncer des faits non prouvés et il ne faut pas porter atteinte à des personnes.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Collabos ou résistants ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants