Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Disparition

So Long, Marianne...

Photo Cohencentric : Leonard Cohen Considered, administré par Allan Showalter.

Elle restera pour toujours l'égérie de Leonard Cohen, qui en était tombé fol amoureux sur l'île grecque d'Hydra, dans les années 60. Le poète-troubadour canadien avait par la suite écrit pour cette muse norvégienne ses plus belles chansons, l'immortalisant à jamais dans sa ballade épique So Long, Marianne, en 1967, dans son premier album Songs of Leonard Cohen. Le monde avait ensuite été conquis par cette femme belle, radieuse, discrète, immaculée, notamment sur les photos cultes prises à Hydra et publiées en 1969 dans l'album Songs from a room.
« (...) J'ai découvert qu'elle était la Majesté impériale de la Forêt noire ou la Reine des Neiges –
quelque chose du Nord, faite de cristaux et de l'obscurité. Mis à part toutes ces choses mystiques, elle est, au demeurant, une très bonne ménagère », disait d'elle à l'époque le chanteur, avec son sens de l'humour et du paradoxe... Marianne Ihlen, diagnostiquée la semaine dernière d'une leucémie, a quitté ce monde jeudi 28. So Long, Marianne... Voici venu, à nouveau, le temps de commencer à en rire et en pleurer, en pleurer et en rire – une fois encore, et à jamais...


Elle restera pour toujours l'égérie de Leonard Cohen, qui en était tombé fol amoureux sur l'île grecque d'Hydra, dans les années 60. Le poète-troubadour canadien avait par la suite écrit pour cette muse norvégienne ses plus belles chansons, l'immortalisant à jamais dans sa ballade épique So Long, Marianne, en 1967, dans son premier album Songs of Leonard Cohen. Le monde avait ensuite...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut