X

Cinéma

« L’Insulte » au tribunal

Tournage

Lieu : Palais de justice. Temps : matinée du lundi 25 juillet. Pas d'audience de tribunal ni de procès mais un film qui se tourne sous la direction du cinéaste libanais Ziad Doueiri. Et dans les coulisses, « L'OLJ ».

C.K. | OLJ
28/07/2016

Une équipe panachée : française (équipe caméra), et libanaise : acteurs, figurants, techniciens, du matériel et une histoire. Une ruche qui s'affaire. Planté à l'arrière du décor, on assiste à la 35e journée de tournage du film L'Insulte, le dernier film de Ziad Doueiri. Les cameramen sont prêts, le DOP, les graffers, les perches aussi ; les acteurs sont en place, les figurants qui s'étaient un peu assoupis sont assis sur les bancs de la salle du tribunal. Une retouche de poudre, de maquillage, de l'eau pour celui qui a soif. Diamand Bou Abboud en avocate de la défense donne la réplique à Camille Salameh, procureur, devant un témoin à la barre. Assis au premier banc Adel Karam, personnage principal de l'histoire, et Julia Kassar, siégeant en juge.

Action...
« Silence », crie Ziad Doueiri. La réalité s'efface tout d'un coup devant la fiction. On regarde le monitor de la scripte et on suit religieusement les grands mouvements de bras qu'effectue l'assistant réalisateur Gilles Tarazi. Dehors, Reine Razzouk, seconde assistante réalisateur, et Naï Tabbara, 3e assistante, qui ont veillé en amont à préparer les acteurs, à leur transport et autres exigences, assurent la garde pour que personne ne franchisse la porte de la salle du tribunal. Par la suite, elles rétabliront à nouveau le silence à l'extérieur pour la prise de son.

L'étincelle...
Une scène très courte et on arrête. « Réalisateur de rêve, car il donne de l'énergie », c'est ainsi que le définit l'une des productrices exécutives de Ginger Productions, Abla Khoury, présente sur le tournage. Quant à Joëlle Touma, sa coscénariste (sur quatre projets déjà) et « la partenaire idéale », selon Doueiri, elle a aussi l'œil sur le monitor. Le chef opérateur Tommaso Fiorilli, fidèle compagnon sur plusieurs tournages, atteste de vigilance. Il est à l'écoute des commentaires du réalisateur. Tout d'un coup, ce dernier crie : « C'est le début de l'étincelle » et puis, regardant Nicolas Gagniard aux manettes de la Steadycam, ajoute : « C'est bon, c'est bon, qu'est-ce que tu as fait pour que ce soit aussi bon ? » Mais inlassable, infatigable, il rebondit sur une autre scène. Encore une prise, pour que « les millimètres près » qui le séparent du « plus que bon » soient franchis.

L'envers du décor
Après plus de deux ans d'écriture, le projet de L'Insulte a vu le jour. Et aujourd'hui, après plusieurs lieux de tournage : Fassouh, camp palestinien de Mar Élias et le ring avec fermeture de circulation durant six heures, voilà que toute l'équipe du film se retrouve au tribunal. « Du jamais-vu au Liban », dira le cinéaste, puisque le permis de squatter les lieux, de transformer des salles entières, des couloirs en set de maquillage, de coiffure et d'habillage est inédit. Des petits instants de répit, échanges avec les acteurs et actrices et puis Ziad Doueiri crie : « Contrechamp. » Malgré quelques insistances du cameraman, le réalisateur pense que les acteurs sont épuisés et que plusieurs prises d'une même scène ont été retenues. C'est à nouveau le branle-bas. Tout le monde change de direction, certains acteurs vont se reposer, le matériel se déplace. Des filtres sont rajoutés aux projecteurs. En un instant on est à l'intérieur d'un autre plan. Il est déjà treize heures. Depuis six heures trente du matin, tout ce petit monde est là. Pause repas pour reprendre plus tard dans l'après-midi et cela jusqu'à 18h30. Cela va durer encore dix jours et le réalisateur avec son éternel bandana sur les cheveux semble satisfait... même plus que satisfait.

 

À la une

Retour à la page "Cinéma"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Iannucci, Diane

Bonjour, vous racontez très bien le tournage, mais pourquoi ne pas compléter avec un apercu du scenario et une critique de ce film magnifique qui vient de sortir à Paris?

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!