X

Moyen Orient et Monde

En Syrie, des Pokemon en larmes parmi les ruines

Focus

Des artistes se servent du nouveau jeu pour attirer les regards sur leur pays en guerre.

OLJ
23/07/2016

Un Pokemon pleurant dans un quartier dévasté, un autre aux côtés de jihadistes : des artistes syriens utilisent des créatures du jeu qui passionne la planète pour sensibiliser aux horreurs de la guerre en Syrie. Les petites créatures imaginaires apparaissent également sur des pancartes brandies par des enfants syriens qui lancent un appel à les sauver de l'enfer d'une guerre qui a fait plus de 280 000 morts, selon des photos partagées cette semaine sur Internet. Le jeune graphiste et Web designer syrien Saif Aldeen Tahhan a monté des photos où le smartphone n'affiche plus les personnages Pikachu et consorts, mais un ours en peluche près d'un corps sans vie, un livre au milieu d'une classe dévastée par des bombardements ou encore une bouée de sauvetage qui flotte près d'un canot pneumatique rempli de réfugiés. Cet artiste de 26 ans qui a quitté son pays en 2011 vers l'Égypte a lui-même pris la mer en août 2014 – comme des millions d'autres réfugiés – pour gagner l'Italie avant de s'installer au Danemark. « J'espère que le message parviendra au monde entier », a-t-il écrit sur sa page Facebook. « Je voulais attirer l'attention sur la souffrance des Syriens dans cette guerre », explique-t-il.

La guerre se banalise
Hier, un autre artiste syrien, Khaled Akil, a publié sur son blog des photos de presse détournées où apparaissent Aquali dans une rue dévastée par les bombardements, Dracaufeu sur un tank auprès de jihadistes du groupe État islamique (EI) qui sème la terreur en Syrie et ailleurs, et Pikachu triste près d'une voiture calcinée. « L'idée m'est venue en lisant les infos et en voyant l'actualité syrienne côtoyer celle de Pokemon Go », explique M. Akil, la trentaine. « J'ai recherché des photos de destruction de ma ville Alep et j'ai imaginé le jeu Pokemon Go en syrie et l'impact de la guerre sur ces créatures », poursuit-il. « C'était un projet simple, mettre en lumière les événements en Syrie. Mais malheureusement après cinq ans de conflit, la machine de guerre est devenue une information banale de tous les jours », déplore-t-il. Des militants syriens ont aussi profité de la folie Pokemon pour partager sur les réseaux sociaux des photos d'enfants brandissant des appels à l'aide via ces créatures virtuelles. « Je suis de Kafranbel, sauvez-moi », affirme par exemple un Pikachu sur une pancarte brandie par un garçon. Cette localité se situe dans la province d'Idleb (Nord-Ouest). Tenue par la branche syrienne d'el-Qaëda et ses alliés rebelles, cette province est quotidiennement bombardée par les avions du régime syrien et de son allié russe. Ces photos, postées par le réseau militant des Forces révolutionnaires de syrie (RFS), montrent aussi des enfants de Kafar Zita ou Kafar Nabouda, des localités du centre de la Syrie, aux mains de rebelles opposés au président Bachar el-Assad. Ce même réseau a tweeté une photo avec un Pikachu en larmes aux côtés d'un enfant devant un immeuble portant les séquelles d'un bombardement, avec le hashtag #PrayForSyria (Priez pour la Syrie).
La chasse virtuelle des petits monstres enfièvre adolescents et trentenaires de la planète, les joueurs de Pokemon Go les capturant sur leur smartphone grâce à la réalité augmentée, une technologie qui fait apparaître des éléments virtuels dans le monde réel.
Si le jeu n'est pas officiellement disponible en Syrie, il est accessible via un serveur proxy, mais il est moins prisé que dans le reste du monde. Les joueurs syriens font face à de nombreux obstacles en plus des combats. Un joueur a ainsi confié avoir poursuivi un Pokemon à Damas, avant de réaliser que la créature se trouvait près d'une voiture aux vitres teintées appartenant aux redoutés services de renseignements. « J'ai décidé qu'il valait mieux laisser filer » le Pokemon.
Rana MOUSSAOUI/AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants