X

Dernières Infos

Laure, réceptionniste dans un hôtel à Nice : "Les gens disaient que le camion écrasait tout sur son passage"

témoignage
15/07/2016

La France frappée par un attentat en pleine fête nationale : au moins 84 personnes ont été tuées jeudi soir, lorsqu'un camion a foncé sur la foule qui assistait à un feu d'artifice à Nice.

Laure*, réceptionniste française de 24 ans dans un hôtel géré par sa famille et habitant tout près de la Promenade des Anglais, se trouvait à trois minutes à pied du lieu du drame. Plusieurs des clients de l'hôtel étaient sur la Promenade, mais tous s'en sont sortis indemnes.

"Dans ma rue, tous les passants se tenaient par la main et couraient, je devais rentrer chez moi, mais je n'ai pas osé redescendre la rue ne sachant pas ce qui se passait", raconte la jeune femme. "Les gens couraient dans la direction opposée et disaient simplement en français ou en anglais +They are shooting, there is a terrorist attack+ (Il y a des tirs, c'est une attaque terroriste).

"Des amis et des clients étaient sur les lieux et ont vu le camion, lancé à pleine vitesse sur une distance de 2 km sur la Promenade aussitôt fermée aux voitures. Les gens disaient que le camion écrasait tout sur son passage et que les victimes étaient projetées sur plusieurs mètres", poursuit-elle.

"On se doutait que quelque chose de très grave se passait, mais avant d'arriver à la maison on n'était sûr de rien. Beaucoup de fausses rumeurs couraient hier soir, on évoquait une prise d'otages mais les événements n'étaient pas clairs car on entendait des tirs". N'ayant pu rejoindre son domicile dans l'immédiat, Laure a préféré retourner sur son lieu de travail. Elle se dit extrêmement choquée ce matin qu'un attentat se soit produit à "quelques mètres" de chez elle. "Le nombre de victimes est effarant, notamment les enfants", lâche-t-elle.

Pessimiste, Laure confie qu'elle se doutait qu'après les attentats de Paris il allait y en avoir d'autres sur le sol français. Elle ne se dit pas surprise du fait que Nice ait été prise pour cible. "L'attentat d'hier ne sera probablement pas le dernier", conclut-elle.

 

* Le prénom a été changé à la demande de la personne interrogée.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.