X

Campus

« Alef, b » pour la langue et la culture arabes

Association
24/06/2016

De Paris jusqu'aux États-Unis et notamment la Virginie ou la Californie, l'association « Alef, b » sensibilise les jeunes et les moins jeunes à l'importance de maintenir la langue arabe, parlée par plus de 10 % de la population mondiale.
Forte de son expérience française – plus de 150 élèves y sont inscrits sur Paris et la région parisienne chaque année –, l'association « Alef, b » s'est implantée sur le territoire américain. La présidente et fondatrice Michelle el-Khoury Tager partage ses espoirs et confie ses désillusions. Elle sait que la tâche n'est pas facile.

Un curriculum de référence
Elle regrette qu'aux États-Unis « la langue arabe ne jouisse pas de la même aura que d'autres langues étrangères. Aussi, l'engouement pour son apprentissage est faible. Même parmi les enfants issus de familles d'origine arabe, il semble que la priorité des familles soit plus axée vers d'autres langues ou d'autres activités, comme par exemple le mandarin et le sport ». Aussi, le soutien institutionnel pour la langue arabe en général est faible, peu de moyens sont mis à disposition. Malgré cette situation, Michelle el-Khoury Tager explique que l'association continue à œuvrer pour motiver les familles et collaborer avec toutes les parties prenantes. Pour l'année 2016-2017, « Alef, b » va proposer son curriculum à une organisation libanaise du côté de Los Angeles en Californie. Actuellement, elle est présente à Washington DC et dans la région de San Francisco.
Elle est à la recherche active de professeurs et de coordinateurs passionnés pour ouvrir des centres un peu partout dans le monde. Cela est indispensable pour cette association qui tient à tout prix à maintenir la langue et la culture arabes chez les nouvelles générations à l'étranger. « Alef, b » a déjà formé une communauté de plus de 2 000 jeunes ayant suivi ses cours d'arabe. Michelle el-Khoury Tager a d'ailleurs elle-même enseigné le programme de l'association en tant qu'activité extrascolaire au sein de diverses écoles et lycées aux États-Unis. La présidente raconte : « Après 20 ans d'expérience dans l'enseignement de la langue arabe comme langue étrangère aux enfants par le jeu, nous travaillons pour que notre curriculum soit une référence. Nous tenons à ce que ce dernier soit assorti d'un programme de formation des enseignants et "complémenté" par l'intégration de l'outil informatique. Nous voulons qu'il soit conforme aux standards développés en Europe et aux États-Unis. Nous espérons que ce curriculum devienne une référence pour l'apprentissage de la langue arabe comme langue étrangère aux enfants. »
Si « Alef, b » arrive à ses fins dans son projet portant sur son curriculum, ce succès s'ajoutera aux autres qu'a connus l'association. Celle-ci propose déjà sur son site un livre interactif financé par une subvention de la Qatar Foundation. Et elle ne compte pas arrêter là son combat pour la culture arabe. Michelle el-Khoury Tager tend la main à toutes les personnes intéressées. « Elles sont les bienvenues de se joindre à notre équipe. Nous avons besoin de développeurs de curriculum, de graphic designers, de spécialistes en communication, et de développeurs de logiciels. »
Pour découvrir l'association, se rendre sur son site :
www.alefb.org/about/contact.html.

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants