Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Koweït : les personnes condamnées pour insulte à la religion ou à l'émir interdites d'élections législatives

Le Parlement koweïtien a adopté mercredi un amendement de la loi électorale qui interdit d'élections législatives les personnes condamnées pour insulte à la religion ou à l'émir de ce riche pays pétrolier du Golfe.

L'amendement va priver des dizaines de figures de l'opposition, y compris l'ancien député Musallam al-Barrak, qui purge actuellement une peine de prison pour insulte à l'émir, de se présenter aux élections de l'année prochaine. L'amendement a été voté par 40 députés, y compris les membres du gouvernement présents, et n'a été rejeté que par trois élus. Il doit entrer en vigueur une fois approuvé par le gouvernement et publié au journal officiel.
Le nouveau texte indique "que toute personne condamnée, en dernier recours, pour avoir insulté Dieu, ses prophètes ou l'émir sera interdite d'élection".

Au cours des dernières années, la justice a condamné des dizaines d'opposants pour insulte à l'émir et atteinte à son statut. M. Barrak qui dirige le mouvement de l'Action populaire et qui est considéré comme le chef de l'opposition, est en train de purger une peine de prison après avoir été condamné pour insulte à l'émir lors d'un meeting politique en 2012.

L'amendement intervient après une décision de plusieurs groupes de l'opposition, y compris le plus important, le Mouvement islamique constitutionnel, lié aux Frères musulmans, de participer aux prochaines élections.
Ces groupes, dont les libéraux et les nationalistes, ont boycotté les élections de 2012 et de 2013 pour protester contre un autre amendement de la loi électorale.

Ils avaient estimé alors que cet amendement, à l'initiative du gouvernement et qui a été confirmé par la Cour suprême, était destiné à produire un Parlement contrôlé par l'exécutif. L'opposition avait organisé alors plusieurs manifestations pour demander des réformes politiques et des gouvernements élus.
Mais depuis, l'opposition qui était majoritaire au Parlement en 2012, s'est fragmentée et a perdu beaucoup de son poids.


Le Parlement koweïtien a adopté mercredi un amendement de la loi électorale qui interdit d'élections législatives les personnes condamnées pour insulte à la religion ou à l'émir de ce riche pays pétrolier du Golfe.L'amendement va priver des dizaines de figures de l'opposition, y compris l'ancien député Musallam al-Barrak, qui purge actuellement une peine de prison pour insulte à...