Rayya Morcos

Ce qu'en dit la famille

La famille de Rayya Morcos.

15/06/2016

Ramzi Morcos, le papa

Rayya a depuis toujours été attirée par les défis. Elle est déterminée et réussit la plupart du temps à atteindre son but, même si la barre est mise très haut. Je me rappelle qu'au début, elle voulait devenir pilote. Je lui ai expliqué que sa vie serait très dure et qu'il valait mieux se trouver une profession plus terre à terre ! Elle a choisi la mode. Sans vouloir la vexer, je lui ai proposé de commencer par une profession plus sûre et ensuite, si elle était toujours intéressée, de continuer dans la mode. Après son BA en architecture d'intérieur, elle a obtenu son diplôme en stylisme et modélisme, et je crains toujours que son envie d'être pilote la rattrape !

Samira Morcos, la maman

Rayya étant née durant les dures années de la guerre civile au Liban, nous avons essayé de notre mieux de lui donner un semblant de vie « normale ». Elle a vécu parmi des artistes et designers qui étaient restés au Liban pendant la guerre et qui formaient son entourage. « Les enfants de la guerre ne sont pas des enfants », disait Aznavour. À l'âge de 5 ans, elle a exposé ses dessins à la boutique IF et a même écrit une lettre à Yohji Yamamoto quelques années plus tard en lui proposant des interprétations de son travail ! À l'école, elle ornait ses « devoirs » de dessins de personnages féminins de profil, portant des jupes triangulaires.

Raja Morcos, le frère

Malgré notre différence d'âge, ma sœur et moi aimons nous retrouver pour discuter et inventer des projets fantastiques, surtout après une séance passée à regarder des émissions scientifiques à la télévision. Sauf que Rayya n'a aucun sens de la simplicité ! Elle peut détourner n'importe quelle idée en projet compliqué non exécutable, et réclamer à tout prix qu'on lui trouve une solution. Un vrai casse-tête (que j'avoue apprécier en secret) !

Karim B., le petit ami

Nous étions en classe ensemble dès l'âge de 5 ans. Je lui ai même offert un vol au coucher du soleil avec son premier petit ami pour la Saint-Valentin ! Rayya me semble une styliste hors du commun : elle vous parlera de l'univers, des étoiles et de leur formation, des galaxies, de nouvelles technologies fascinantes qu'elle marierait avec des techniques artisanales, mais presque jamais de mode !

Toffee, le shih-tzu de la famille

Rayya... Oui, la fille de maman, elle est pas mal. Mais elle ne partage pas sa tablette de chocolat avec moi, moi qui ai tellement envie d'en avoir un petit bout. Alors je m'approche d'elle, je lui fais les doux yeux, je lui parle avec des petits sons tout gentils, je me mets juste sous sa bouche au cas où... mais rien ! Elle me masse, et c'est une excellente masseuse, surtout le matin avant ma tartine de fromage. J'aime aussi jouer avec elle, elle est pleine d'énergie comme moi. C'est elle qui m'a offert mon doudou, le panda en peluche que je garde près de moi quand je dors. Dans sa chambre, il y a toujours de très beaux tissus sur lesquels je suis toujours tenté de faire ma sieste. Mais sans raison valable, dès que je me pose dessus, elle les retire. C'est dur, une vie de chien...

 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.