Rayya Morcos

Ce qu'en dit le maître - Rabih Kayrouz

15/06/2016

La première fois que j'ai rencontré Rayya, je faisais partie d'un jury de concours à Esmod, sur le thème de la jupe. J'étais en train d'examiner les travaux quand je l'ai vue arriver avec une espèce de belle arrogance mêlée de nonchalance et de timidité. Elle avait réalisé une jupe totalement clownesque. J'ai pensé que cette fille était décidément intéressante. Je lui ai dit qu'il fallait profiter des années d'école pour faire ces choses. Plus tard, les impératifs du marché auraient raison de cette spontanéité.
En fin d'année, je lui ai proposé de rejoindre ma maison de couture. J'étais moi-même intimidé et je voulais vraiment qu'elle travaille avec moi. Elle a sauté de joie, littéralement, ce qui m'a fait très plaisir. J'aime en elle sa pudeur en même temps dépourvue de tabous. Elle m'a suivi quand j'ai ouvert ma maison parisienne. Cette authentique Beyrouthine m'a poussé à tourner le dos aux codes bourgeois, ce qui est une tentation quand on travaille dans la mode. Le moment venu, je l'ai poussée à se lancer seule. Elle était prête. Depuis, j'ai eu beaucoup de collaborateurs intéressants, mais je n'ai jamais connu de « personnage » comme elle.

Rabih Kayrouz est styliste et couturier.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.