X

Économie

Comment les conflits du Moyen-Orient ont dopé l’armement bulgare

Focus
OLJ
11/06/2016

Après des années de vaches maigres, l'industrie militaire bulgare relève la tête, les usines d'armement de l'ère soviétique tournent à plein régime dans le centre du pays, ranimées par les conflits au Moyen-Orient.
À Iganovo, dans le centre du pays, les ouvriers manipulent avec précaution des munitions pour les redoutables lance-roquettes antichar de conception russe RPG-7. Pour la première fois depuis très longtemps, l'usine recrute et forme une nouvelle main-d'œuvre à ces gestes de précision.
« La demande dépasse nos capacités (...). Nous avons produit autant au 1er trimestre qu'en 18 mois les années précédentes », se félicite lors d'une visite sur place Ivan Guetsov, directeur général de l'entreprise VMZ Sopot.
Spécialisée dans la production d'armes légères et de munitions, « la Bulgarie produit des modèles russes pas chers et faciles à manier », explique Tihomir Bezlov, expert en sécurité au Centre d'étude de la démocratie de Sofia. La reprise, particulièrement sensible depuis un an et demi, est « nourrie par les conflits en Syrie et en Irak », affirme-t-il. Les États-Unis ont récement reconnu que des entreprises américaines achetaient à la Bulgarie des munitions destinées aux entraînements de l'opposition syrienne.
Mais, selon l'expert en sécurité Slavtcho Velkov, « des armes et munitions bulgares légalement exportées tombent (aussi) entre les mains de l'État islamique (EI) ». Une étude des munitions utilisées par l'EI dans le nord de l'Irak et de la Syrie, effectuée en 2014 par le centre d'analyse britannique Conflict Armement Research, a conclu que sur 161 cartouches récupérées et fabriquées de 2010 à 2014, 47 étaient de production bulgare.

Augmenter la production
Avec l'Irak, l'Inde et l'Afghanistan, l'Arabie saoudite figure également parmi les gros clients du pays. Selon une récente enquête du réseau d'investigation journalistique Balkan Investigative Reporting Network, le pays pourrait fournir ces armes aux groupes combattants qu'il soutient en Syrie et au Yemen. Car l'armée saoudienne « en général utilise des armes occidentales et non du bloc de l'Est », souligne pour l'AFP Jeremy Binnie, de la revue de défense britannique IHS Jane's Defense Weekly.
La Bulgarie, qui reste un producteur d'armes légères d'importance moyenne, assure respecter tous les embargos internationaux. « Les produits ont un certificat pour leurs destinations finales. La Bulgarie ne peut pas être tenue responsable de ce qui se passe (...) », a déclaré le ministre de l'Économie Bojidar Lukarski cette semaine.
En attendant, VMZ, la dernière entreprise d'armement publique en Bulgarie, a récemment ouvert à Iganovo deux nouvelles unités pour augmenter de moitié sa production. L'entreprise a embauché un millier d'ouvriers depuis sept mois, portant son effectif à 3 600, et elle cherche encore à pourvoir 500 postes. Dans la ville voisine de Kazanlak, les 7 300 ouvriers de l'entreprise privée Arsenal, fabriquant notamment la « Kalachnikov bulgare », profitent aussi de cette embellie.
Depuis 1989 et l'effondrement du bloc soviétique, l'industrie militaire bulgare a vu ses effectifs diviser par dix. À l'époque du pacte de Varsovie, la Bulgarie vendait pour 800 millions de dollars d'armes en moyenne par an. Réduites à un niveau symbolique dans les années 2000, les exportations ont atteint 80 millions d'euros en 2008 puis 404 millions d'euros en 2014 pour atteindre 640 millions (727 millions de dollars) en 2015, malgré des infrastructures vieillissantes et un manque chronique d'investissements.

Vessela SERGUEVA/AFP

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants