Liban

Rifi n'entend pas sortir de la mouvance haririenne

Le ministre démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi, s'est plus que jamais identifié jeudi au "haririsme politique", affirmant qu'il n'avait pas l'intention de quitter cette mouvance.

"Je ne  suis pas membre du Courant du Futur", présidé par l'ancien Premier ministre Saad Hariri. "Mais je ne suis pas sorti pas de la ligne politique haririenne et je combattrai férocement tous ceux qui pensent pouvoir supprimer le haririsme politique", a-t-il déclaré devant la presse après avoir rencontré le mufti de la République, Abdellatif Deriane.

"Le mufti Deriane a un rôle d'unificateur et notre main est tendue vers tout le monde et vers toute personne qui respecte les constantes de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri", a ajouté M. Rifi.

Concernant l’absence de chrétiens et d'alaouites au sein du nouveau Conseil municipal de Tripoli, où M. Rifi soutenait la liste qui a remporté les municipales, dimanche dernier, il a indiqué avoir proposé un accord aux parrains de la liste adverse sur des noms de chrétiens et d'alaouites, mais qu'il n'avait pas été entendu. M. Rifi a aussi demandé que les voix soient à nouveau dépouillées à Tripoli parce qu'il a "des doutes en ce qui concerne les résultats". Selon les chiffres officiels, 16 des 24 membres de la liste M. Rifi ont été élus au conseil municipal.

M. Rifi a par ailleurs assuré qu'il ne reviendra pas sur sa décision de démissionner du gouvernement. "Je ne ressemble pas à ce gouvernement et ce gouvernement ne me ressemble pas", a-t-il dit.


Le ministre démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi, s'est plus que jamais identifié jeudi au "haririsme politique", affirmant qu'il n'avait pas l'intention de quitter cette mouvance.


"Je ne  suis pas membre du Courant du Futur", présidé par l'ancien Premier ministre Saad Hariri. "Mais je ne suis pas sorti pas de la ligne politique haririenne et je combattrai férocement tous...