X

Moyen Orient et Monde

« Israël et le gouvernement de Netanyahu sont dans une phase dangereuse »

Interview express

« L'Orient-Le-Jour » a interrogé l'expert Barah Mikaïl sur les raisons de la démission du ministre de la Défense, Moshé Yaalon.

21/05/2016

Le ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon, a démissionné hier avec fracas et a remis ouvertement en cause la crédibilité du Premier ministre Benjamin Netanyahu. « J'ai dit au Premier ministre qu'étant donné son comportement au cours des derniers évènements et mon manque de confiance en lui, je démissionnais du gouvernement et de la Knesset (Parlement), et je prenais mes distances avec la vie politique », a annoncé Moshé Yaalon sur Twitter. Devant la presse, M. Yaalon s'en est pris ensuite à ces « éminents politiciens » animés par « le cynisme et la soif de pouvoir », et gouvernés par « les échéances électorales et les sondages » plutôt que les valeurs morales. Des mots qui semblent directement adressés à MM. Netanyahu et Avigdor Lieberman. Il a dit ensuite son inquiétude pour la démocratie israélienne : « Malheureusement, des éléments extrémistes et dangereux ont pris le contrôle d'Israël et du Likoud, et menacent la société », a-t-il affirmé. Pour finir par ajouter : « Je reviendrai prendre part à la compétition pour la direction d'Israël. »

Il s'agit d'une attaque retentissante de la part d'un homme estimé en Israël pour avoir combattu lors de la guerre de 1973, pour avoir commandé ensuite la prestigieuse brigade parachutiste et gravi tous les échelons, jusqu'à la tête de l'état-major puis de ce ministère capital dans un pays constamment sur le pied de guerre.
Le monde politique israélien est en effervescence depuis que M. Netanyahu a proposé mercredi le portefeuille de la Défense à M. Lieberman, actuellement dans l'opposition. En retour, il était envisagé d'offrir les Affaires étrangères à M. Yaalon. Le but du Premier ministre est d'élargir sa majorité parlementaire, qui ne tient qu'à une voix. Mais la décision de M. Netanyahu de proposer la Défense à M. Lieberman a également été largement interprétée par les commentateurs comme une manœuvre destinée soit à sanctionner M. Yaalon, soit à écarter un potentiel rival au sein du Likoud, leur parti. De profonds différends opposaient dernièrement MM. Netanyahu et Yaalon sur la liberté de parole des généraux.
Barah Mikaïl, spécialiste du Moyen-Orient et directeur du centre Stractégia à Madrid, répond aux questions de L'Orient- Le Jour sur les enjeux de cette démission.

Comment expliquer la démission du ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon?
Dans son communiqué, Moshé Yaalon a justifié sa démission par « un manque de confiance » envers le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Il est difficile de savoir si ce sont des considérations d'ordre personnel qui ont été privilégiées ou si c'est un désaccord concernant l'intérêt d'Israël. Que ce soit par opportunisme politique ou pour des considérations personnelles, le fait est qu'il y a un malaise effectif. Ce que cette démission souligne, c'est la confirmation qu'Israël et le gouvernement de Netanyahu sont dans une phase dangereuse. D'une part, il y a un blocage total au niveau du conflit israélo-palestinien. Et d'autre part, il y a une constante droitisation de la scène politique israélienne.

Cette démission peut-elle affaiblir Benjamin Netanyahu ?
Cela fait des années qu'on annonce son affaiblissement, et il s'avère qu'il est encore là. Donc je resterai très prudent. Mais cela diminue peut-être sa marge de manœuvre alors qu'il est lui-même bloqué sur pas mal d'aspects parce qu'il est obligé de travailler avec divers partis politiques.

La possible nomination d'Avigdor Lieberman, connu pour ses diatribes antiarabes, au poste de ministre de la Défense répond-elle à des considérations internes ou est-ce un message adressé à la communauté internationale?
Cette option, si elle se confirme, est à la jonction des considérations internes et externes. Les considérations de type électoraliste se combinent avec les positionnements de Netanyahu sur la scène internationale. En nommant Lieberman, Netanyahu veut marquer le coup et montrer qu'Israël sera intransigeant quant aux conditions des futures négociations de paix israélo-palestiniennes. Lieberman est connu pour être très intolérant vis-à vis des Palestiniens, il a même scandalisé des personnes au sein de la classe politique israélienne. Netanyahu est clairement dans une attitude jusqu'au-boutiste. Il poursuit une option maximaliste, même si les considérations populistes sont toujours là.


Lire aussi
Lieberman, un ancien videur annoncé au ministère de la Défense

Initiative de paix : Netanyahu met en doute l'impartialité française devant Ayrault

Netanyahu propose un cours d'histoire au personnel de l'Onu: non merci, répond leur chef

À Jérusalem, Ban Ki-moon dénonce un « conflit qui dure depuis trop longtemps »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

C'est la pire situation qu'Israel nous offre
plus aucune limite à la folie de BN
Ce n'est palus inquietant,
c'est effrayant

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST QU,ILS ONT LA TROUILLE DES MENACES VIDES DE L,IRAN CHIITE ET DE SES ACCESSOIRES QUI ONT PERDU SA ROUTE ET LA CHERCHENT TOUT AUTOUR SANS LA TROUVER...

ACE-AN-NAS

Depuis 48 création du hold up du siècle sur une terre sunnito chrétienne, l'état qui se déclare juif jouit d'une impunité inexplicable de la part des parrains arabes du golfe et chrétiens d'Europe.

Les seuls à avoir décidé qu'il en sera autrement sont les chiites perses Iran qui ont aidé les libanais à se débarrasser d'une usurpation certaine de leur terre du sud. On connaît le résultat retentissant de la victoire du hezb et la débandade des voleurs de terre.

Et on sait combien le juif est oh combien il est rancunier.

Pierre Moise

Si Lieberman venait a être confirmé et avec la radicalisation de l'opinion publique israélienne, je redoute une nouvelle aventure de la droite israélienne entraînant l'armée israélienne dans une nouvelle aventure militaire.


Gaza est une autre option pour une opération mais les égyptiens faisant très bien le boulot en "bouchant" et en "innondant" les fameux tunnels, je crains que les faucons israeliens ne cherchent a profiter, de l'affaiblissement du soutien du camp arabe.

Ce camp arabe longtemps décrit comme modéré avec les pays du Golfe et l'Arabie Saoudite en tête, ont toujours plus ou moins soutenu la "resistance libanaise " ne serait ce que pour temperer l'ardeur de leurs opinions publiques et des Live from Al jazeera ou autres TV arabes.

Les faucons israeliens sont tout à fait capables de créer l'étincelle mettant le feu à une nouvelle poudrière, afin d'essayer d'en venir a bout du hezbollah dans "la phase délicate" que ce parti traverse actuellement....avec une bienveillance US année électorale oblige, le silence encourageant de Poutine grand maître du jeu syrien et l'inefficacité de la diplomatie européenne.

Les prochains mois semblent réellement incertains avec tous ces facteurs régionaux qui ne cessent d'etre exacerbées de par et d'autre.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué