X

Les 101 ans du génocide arménien

Aram Ier à « L’OLJ » : La Turquie doit se réconcilier avec son histoire

Entretien
23/04/2016

Il y a tout juste un an, le monde entier commémorait le centenaire du génocide arménien. Les Libanais d'origine arménienne, qui forment l'une des plus grandes communautés arméniennes du Moyen-Orient, ne manqueront pas de rappeler, ce 24 avril, la portée de cet événement tragique qui continue à marquer les descendants de ceux qui ont survécu à l'un des plus grands génocides de l'histoire moderne. Pour eux, obtenir la reconnaissance de cet événement par la Turquie reste une priorité. Interviewé par L'Orient-Le Jour, le catholicos des arméniens-orthodoxes, Aram Ier, dénonce encore et encore le déni turc face à la réalité du génocide, invitant la Turquie « à se réconcilier avec son histoire et avoir le courage d'accepter la vérité ». « La vérité dérange, mais en même temps réconcilie », souligne-t-il.
« Le centenaire du génocide aurait pu être une occasion pour la Turquie de faire quelque chose, d'entreprendre une action concrète envers la reconnaissance de cette tragédie et d'ouvrir ainsi une voie pour la réconciliation entre les deux peuples. Malheureusement, la position turque est toujours celle du déni », déplore Aram Ier qui dénonce une « stratégie négationniste » adoptée par la Turquie. « L'histoire dit clairement que les grands-pères des Turcs ont assassiné les grands-pères des Arméniens, et nous sommes les descendants de ceux qui ont survécu à ce génocide, explique-t-il. Ce n'est pas une imagination ni une interprétation ; on ne peut pas changer les faits historiques », indique le catholicos.
« Pour le peuple arménien, le combat pour la reconnaissance est une priorité. Le génocide est une réalité historique. Comment peut-on ignorer ou oublier cette page tragique de notre histoire ? » explique Aram Ier. « On ne peut pas imaginer un Arménien dans ce monde qui ne connaisse pas le génocide. Les Arméniens s'identifient avec cette tragédie et ses répercussions », confie-t-il.

L'unité dans la diversité et la diversité dans l'unité
Aujourd'hui, la diaspora arménienne est dans le monde entier, sauf que « cette réalité n'est pas une décision que les Arméniens ont prise. La dispersion leur a été imposée », souligne Aram Ier. Il ajoute toutefois que les Arméniens se sont rapidement intégrés dans leurs sociétés d'accueil, notamment au Liban. « La communauté arménienne du Liban est l'une des sept communautés majeures du pays. Nous sommes, avec notre religion, nos valeurs, notre culture et notre langue, bien intégrés dans la société libanaise et je considère le Liban comme une famille porteuse de diversité », indique-t-il.
Pour Aram Ier, l'importance du Liban réside dans sa composition pluricommunautaire ; un aspect à préserver de toute urgence, selon lui. « Le Liban a cette particularité d'être un pays formé de plusieurs communautés et c'est là un aspect qu'il faut à tout prix préserver. Pour reprendre un principe œcuménique, je dirais qu'il faut cultiver au Liban l'unité dans la diversité et la diversité dans l'unité », explique-t-il.
« Le grand défi est de donner une expression plus riche à cette diversité, mais en même temps de transcender cette diversité pour exprimer plus concrètement notre libanité. Nous sommes libanais et notre libanité doit être au-dessus des communautés religieuses. Notre libanité, c'est un peu le parapluie sous lequel on va s'abriter tous ensemble », précise le catholicos.
Il souligne par ailleurs le fait que « l'identification des Libanais d'origine arménienne avec la cause libanaise est une priorité ». « Pour les Arméniens, le Liban n'est pas seulement un endroit où ils vivent, c'est un pays auquel ils s'identifient. Nous avons une gratitude et un grand respect envers le Liban et la Syrie qui ont accueilli les Arméniens au Moyen-Orient », souligne Aram Ier.
« La communauté arménienne au Liban est considérée comme le cœur de la diaspora arménienne dans le monde parce que nous avons ici nos institutions centrales y compris le siège du catholicossat. Tous les évêques de la communauté, quel que soit le pays dans lequel ils officient, sont nés au Liban et ont été formés ici », explique le catholicos. Les arméniens-orthodoxes dirigent un monastère à Antélias et un autre à Bickfaya, ainsi qu'un séminaire pour la formation du clergé à Bickfaya. La communauté a également un archevêché à Beyrouth et un autre à Bourj Hammoud.

« Notre libanité doit primer sur tout »
En observateur lucide de la scène politique libanaise et régionale, le catholicos insiste sur l'importance de l'unité chrétienne face à la montée des tensions et des extrémismes. « Il faut rester au Liban et dans le Moyen-Orient. C'est notre politique et celle de toutes les Églises, nous sommes enracinés dans cette région », explique-t-il. Aram Ier confie qu'il ne peut pas imaginer le Liban « sans la coexistence islamo-chrétienne qui y existe ». Il dénonce toutefois « l'extrémisme et le terrorisme qui posent problème à la fois aux chrétiens et aux musulmans dans le monde » et invite les Libanais « à approfondir la convivialité islamo-chrétienne ». « Il est important de préserver l'unité chrétienne dans cette région où nous sommes constamment encerclés par les tensions et les conflits », dit-il en précisant qu'il ne s'agit pas uniquement d'une unité dogmatique mais d'un « être ensemble » face aux problèmes.
Le catholicos avoue apprécier « la stabilité que nous avons plus ou moins au Liban ainsi que la politique de distanciation du pays face aux conflits régionaux ». Il n'hésite pas non plus à inviter les Libanais à donner la priorité à leur libanité en mettant fin à la vacance présidentielle. « L'élection présidentielle est une priorité absolue. Le président n'est pas uniquement le représentant de la communauté maronite ou chrétienne, son absence doit être le problème de tout le monde », indique-t-il. « Je comprends que la présidentielle libanaise puisse avoir des répercussions régionales, mais, au final, il s'agit de notre président. Je ne comprends donc pas qu'il y ait tous ces problèmes concernant l'élection présidentielle », confie-t-il, avant d'ajouter : « Les autres doivent rester en dehors de cette élection. »
Aram Ier, qui préfère se tenir à égale distance de la scène politique, affirme en outre que tous les partis arméniens au Liban sont à égalité pour lui. À la question de savoir si le rapprochement récent du Tachnag avec le Hezbollah est relié à l'appui iranien à l'Arménie dans le cadre du conflit qui l'oppose dans le Haut-Karabakh à l'Azerbaïdjan, le catholicos précise qu'il faut séparer les alliances électorales libanaises de la politique arménienne. « Je ne pense pas qu'il y ait une relation directe ou organique entre ces deux situations. Il n'y a pas de stratégie quelconque au niveau des partis arméniens au Liban concernant le conflit qui se déroule en Arménie. Il est important de séparer les alliances électorales des alliances politiques », explique encore Aram Ier qui souligne que l'Arménie entretient des relations normales avec l'Iran et la Russie.
« Le conflit du Haut-Karabakh a été un moment de prise de conscience pour l'Arménie. Il lui a permis de déterminer qui étaient ses amis et qui ne l'étaient pas. Nous croyons que, directement ou indirectement, la Turquie a facilité cette agression de la part des Azéris », indique-t-il. Le catholicos, qui a visité cette région il y a une semaine, précise qu'il y a décelé « un esprit de résistance très fort » et salue la mobilisation de la diaspora arménienne pour ses compatriotes encerclés dans le Haut-Karabakh.

À la une

Retour au dossier "Les 101 ans du génocide arménien"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué