X

Liban

La référence du Hezbollah au « maronitisme politique » révélerait son « embarras »...

Focus
S. N. | OLJ
29/03/2016

Le président du comité législatif du Hezbollah et délégué de Ali Khamenei au Liban, le cheikh Mohammad Yazbeck, a multiplié en fin de semaine dernière ses mises en garde contre ce qu'il a qualifié de résurgence du « maronitisme politique ».

Alors qu'il parrainait dimanche une réconciliation entre les familles Dandache et Behlock dans le village d'al-Aïn dans la Békaa, il est revenu à la charge. « Lorsque je disais dans le passé que nous ne voulions pas retourner à l'époque du maronitisme politique, tous m'attaquaient pour en avoir parlé. Mais je le dis et le redis : oui, nous ne voulons pas retourner au maronitisme politique, ni aux entités qui provoquent des divisions et qui affaiblissent la nation », a-t-il asséné. Il a, dans ce contexte, stigmatisé la fameuse expression attribuée au fondateur des Kataëb, Pierre Gemayel, celle de « la force du Liban résidant dans sa faiblesse ».
« Lorsque j'avais affirmé que c'est dans le triptyque armée-peuple-résistance que réside la force du Liban, et non dans sa faiblesse, mes propos avaient fait de nombreux mécontents parmi ceux qui ourdissent des projets contre l'État et contre notre unité », a-t-il poursuivi. Il n'a pas manqué d'assurer à cet égard que « nous continuerons de faire contrepoids aux complots, afin que le Liban demeure pour tous les Libanais ».

Samedi, le cheikh Yazbeck avait tenu un discours similaire lors d'une cérémonie organisée par le Hezbollah dans le village de Ali Nahri. « Nous ne pouvons ramener le pays vers l'époque où prévalait le maronitisme politique, ni nous n'acceptons que soit accolée à ce maronitisme une désignation actualisée. Nous refusons également le retour de la vieille rengaine qui veut que la force du Liban soit dans sa faiblesse. La force du Liban réside dans sa résistance, son armée et son peuple. »


(Pour mémoire :  Le nouveau document politique du CPL s'articule autour du thème de la force)

 

Le fait que le Hezbollah dénonce le maronitisme politique a été interprété par certains, au regard de son timing, comme visant l'entente de Meerab. Plus précisément, le Hezbollah chercherait à faire comprendre aux Forces libanaises et au Courant patriotique libre que leur entente ne suffira pas à faire élire un président. Contredisant l'appui déclaré du parti chiite à la candidature de Michel Aoun, ce message serait un nouvel indicateur de la volonté du Hezbollah de maintenir le boycottage de la séance électorale. Il révélerait surtout sa difficulté grandissante à assumer ce boycottage. Des sources concordantes indiquent en effet que si le tandem CPL-FL venait à exécuter le projet de descendre dans la rue pour réclamer « un réajustement du partenariat national », notamment sur la présidentielle, le Hezbollah en serait « réellement gêné ». Des sources proches du parti citées par la MTV confirment que le Hezbollah « n'appuie pas le recours à la rue auquel a appelé le bloc du Changement et de la Réforme ». « Le parti a d'ailleurs renvoyé des signes dans ce sens aux personnes concernées », ajoutent ces sources. Des milieux chiites indépendants précisent néanmoins à L'Orient-Le Jour que cette « gêne » du Hezbollah de voir son allié descendre dans la rue « n'est pas à liée à l'entente de Meerab, dont le Hezbollah n'est pas mécontent ». Ces milieux font état d'un « embarras » plus global du parti de devoir subir des pressions de toutes parts pour débloquer la présidentielle. Dans ce sens, c'est le compromis autour de la candidature du député Sleiman Frangié, « parrainé par la troïka Hariri-Berry-Joumblatt », qui serait la source principale de ces pressions. Et la référence du cheikh Yazbeck au « maronitisme politique » serait un renvoi à « l'alliance maronite-sunnite » qui avait dicté la gouvernance du pays de 1943 jusqu'en 1975.

Le crime de Btedii
Notons par ailleurs que le cheikh Yazbeck s'est rendu samedi à Btedii, au domicile de Sobhi et Nadima Fakhri, assassinés en novembre 2014 par un groupe de criminels en cavale de la tribu Jaafar de Dar el-Wassi'a, recherchés jusqu'à l'heure actuelle par la justice. Entre-temps, le dossier a été transféré à la Cour de justice par une décision prise à l'unanimité en Conseil des ministres, comme l'a rappelé Patrick Fakhri, fils des deux victimes – proches du Parti syrien national social – qui recevait hier Mohammad Yazbeck, « un ami de la famille ».
Ce dernier a affirmé qu'il s'était réuni deux jours avant sa visite avec les tribus de la région. Se disant « satisfait que l'affaire soit en de bonnes mains », le cheikh Yazbeck s'est nommément adressé au patriarche maronite Mgr Béchara Raï, le priant de « continuer de prêter attention à cette affaire ».
Le Hezbollah avait prévu de parrainer, avec l'évêque maronite de Baalbeck, une solution tribale en vertu de laquelle la famille Jaafar renoncerait à abriter les fugitifs, selon nos informations obtenues quelques jours après le crime.


Pour mémoire
Présidentielle : les chrétiens divisés sur le recours à la rue

Geagea : Le Hezbollah ne fait rien pour l'élection de Aoun

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

BOSS QUI BOSSE

Quand un grand frère parle on l'écoute.
Et on apprend.

Pourquoi s'en faire le heezb résistant est sur le.point de disparaître bientôt. Non ?
loooooollllll. ..

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il est très clair que la référence du Per(s)cé à son slogan "divin" de 06, ne prépare que la guerre : intérieure contre ces "mauvais" ; les "maronitiques politiques" en l’occurrence, mahééék ; et extérieure contre "ces autres?"…. Les "réfugiés"…. Sunnites et/ou Takfirîîîstes !
Il place ainsi le débat d'opinion entre deux de ses "propres" désastreuses orientations : d'un côté son unanimisme "divin" et guerrier, et de l'autre côté les crispations confessionnelles qu’elles soient maronitiques, chïïtiques ou même balloûtes qui constituent un autre archaïque barrage totalement rétrograde.
Tout en passant volontiers, évidemment sous silence, le caractère "résistant" en définitive déterminant ; qu'il le veuille ou pas, le Per(s)cé ; des résistants.... non- chïïtiques.
Il suppose en fait, et c'est pourquoi sa démarche est absolument tautologique, que le problème de la "question libanaise" a déjà ainsi été résolu.
Et c'est à ce "Liban unifié" presque inexistant dans les faits qu’il déclare, le Per(s)cé, qu'il faudrait être fidèle….
Yâ hassértéééh !

Pierre Hadjigeorgiou

Ce sont les derniers soubresaut de ce parti pourri que nous voyons s’étaler devant nous. Patience et l'heure du renouveau arrive.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVIS AUX SUIVISTES ET AUX PARAVENTS : CHRETIENS ARRETEZ DE DEMANDER VOS DROITS... SUIVEZ LES VOLONTES ET LES CHOIX FAKIHISTES... VOUS SEREZ DE BONS CITOYENS... C,EST CE QU,ON VOUS PROPOSE !

Halim Abou Chacra

Comme le Liban est fatigué de ce tryptique pur mensonge!

Henrik Yowakim

« nous continuerons de faire contrepoids aux complots, afin que le Liban demeure pour tous les Libanais »

LE LIBAN POUR TOUS LES LIBANAIS, MAIS A CONDITION QU'ILS S'ECRASENT DEVANT LA BOTTE,LES MENACES ET LES CHANTAGES DU HEZBOLLAH.AUTREMENET C'EST LA GUERRE CIVILE QUI LES ATTEND AVEC SON CORTEGE DE VOITURES PIEGEES ET SON LOTH D'ASSASSINATS POLITQUES.

EN SERIE.

Henrik Yowakim

Le président du comité législatif du Hezbollah et délégué de Ali Khamenei au Liban, le cheikh Mohammad Yazbeck, a multiplié en fin de semaine dernière ses mises en garde contre ce qu'il a qualifié de résurgence du « maronitisme politique

LE LIBAN PEUT DIFFICILEMENT SUPPORTER L'HEGEMONIE POLITIQUE SIMULTANEE DE 2 COMMUNAUTEES

C'EST SOIT LE MARONITISME POLITIQUE QUI DOMINE

SOIT LE CHIISME POLITIQUE QUI PREDOMINE

ET COMME LE CHIISME POLITIQUE QUI EST EN PLUS ARMEE,CONTRIOLE PRATIQUEMENT TOUS LES ROUAGES DE L'ETAT ET GRIGNOTE LENTEMENT MAIS SUREMENT LE TERRITOIRE DES AUTRES COMMUNAUTEES ET SURTOUT DE LA COMMUNAUTEE MARONITE,

IL PEUT SE PAYER LE LUXE D'INTERDIRE AU MARONITISME POLITIQUE DE "RESURGIR" . LES MARONITES DOIVENT DONC IMPERATIVEMENET SE CONTENTER DU SURGISSEMENT SAISONNIER DE LEURS "GENERAUX" MERCENAIRES COMME LAHOUSS, SLEIMANE OU DU LE DERNIER PRESIDENTIABLE EN DATE,TAWOUN LA PESTE ORANGE.

ET GARE AUX MARONITES RECALCITRANTS :ILS DOIVENT SE SOUMETTRE OU AFFRONTER DE NOUVOS 7 MEEEES DANS LES REGIONS MENACEES.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah de plus en plus convaincu d’un complot dirigé contre lui

Un peu plus de Médéa AZOURI

Frères et sœurs d’armes

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants