X

Nos Lecteurs ont la Parole

Kerry-Lavrov : un nouveau Sykes-Picot ?

Jana JABBOUR
OLJ
24/03/2016

Cinq ans après le début de la révolution syrienne, et alors que les négociations de Genève sont bloquées, les contours d'un règlement de la « question syrienne » se dessinent en coulisses dans les capitales occidentales. Le remède et la solution « magique » aux maux de la Syrie seraient, aux yeux de Washington et de Moscou, une partition du pays. S'exprimant devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, le secrétaire d'État américain John Kerry a suggéré qu'en cas d'échec des négociations, le Plan B serait la partition de la Syrie. Quant au représentant de la Russie au Conseil de sécurité de l'Onu, il a affirmé à son tour qu'une solution fédérale est envisageable, avec « un centre politique au pouvoir très limité et une grande autonomie accordée aux différentes régions ». Au-delà des déclarations et des projets élaborés en huis clos, la réalité sur le terrain en Syrie pointe, elle aussi, vers la même direction. Les Kurdes syriens ont déjà établi, de facto à défaut de de jure, une région autonome kurde au nord de la Syrie. Saisissant le soulèvement syrien comme une fenêtre d'opportunité pour s'affirmer et s'autonomiser, ils n'ont cessé depuis la bataille de Kobané à l'été 2014 de réaliser des avancées remarquables sur le terrain. L'intervention militaire russe leur a indirectement donné un coup de main : en attaquant un grand nombre de groupes rebelles syriens et en les délogeant de leurs bases, les Russes ont contribué à « nettoyer » le nord de la Syrie, le laissant ainsi au contrôle des Kurdes. Ces derniers ont alors déclaré un « système fédéral démocratique » dans le district du Rojava, comprenant les trois « cantons » de Afrine, Kobané et Jazira. On s'imagine aujourd'hui dans les capitales occidentales que d'autres petites régions autonomes peuvent être crayonnées pour les alaouites, les sunnites, les druzes et les chrétiens, sur le même modèle de Rojava. La partition de la Syrie est sans doute une solution facile et pratique pour les puissances occidentales. Elle satisfait leurs intérêts et les absout de leurs responsabilités. Ainsi, à l'heure où les États-Unis souhaitent se détourner du Moyen-Orient et entreprendre un « pivot vers l'Asie », et à un moment où ils préfèrent le « leading from behind » à tout engagement réel dans la région, la partition de la Syrie apparaît à leurs yeux comme une solution commode qui les débarrasserait du « casse-tête » syrien. Les Russes, de leur côté, voient en une solution fédérale en Syrie le moyen de sauver Bachar el-Assad, même dans un mini-État, et de maintenir ainsi à travers lui une présence au Moyen-Orient. Surtout, en négociant une solution fédérale, Moscou cherche à obtenir la reconnaissance de Washington, en se montrant comme une puissance « bienveillante » qui accepte de faire des concessions, de coopérer et de partager le fardeau.
Or, si la partition et la configuration fédérale accommodent les puissances occidentales, elles ne sont ni une « solution » à la question syrienne ni une option réaliste. D'une part, au lieu de stabiliser et de pacifier la Syrie, la partition risque d'attiser le conflit et d'alimenter de nouvelles tensions. Les précédents historiques en offrent un parfait exemple : du Vietnam jusqu'à l'Inde en passant par le Soudan, Chypre et la Corée, le bilan des partitions est loin d'être positif. D'autre part, au lieu de créer de petits États solides, la partition risque de conduire à un effritement étatique. Une fois un territoire partagé, l'on découvre qu'il est divisible et partageable en de plus petits cantons, ce qui pose le danger d'un effet de cascade et de « spill-over », comme l'exemple soudanais l'illustre bien. De plus, toute partition a des effets désastreux sur les plans démographique et humanitaire en conduisant à des déplacements forcés de populations. Ceci sans mentionner le risque de « ghettoïsation » et d'enfermement communautaire qui mettrait fin à la diversité et le vivre-ensemble. Par ailleurs, la partition de la Syrie est une option irréaliste car elle n'a aucune chance d'être acceptée par toutes les parties au conflit et les acteurs régionaux voisins de la Syrie. D'une part, la Turquie s'opposera avec ferveur à toute solution fédérale qui laisserait la voie libre à l'autonomisation et l'institutionnalisation d'une région kurde en Syrie. Habitée par le « syndrome de Sèvres », c'est-à-dire par la crainte que son territoire soit désintégré et dépecé comme lors de la signature du traité de Sèvres en 1920, Ankara a peur de l'effet domino que l'autonomisation des Kurdes syriens pourrait avoir à l'intérieur de la Turquie en ravivant les velléités séparatistes des Kurdes turcs. Tout « empowerment » réel des Kurdes de Syrie pourrait causer une escalade de la violence entre le PKK et l'armée turque, menant ainsi à une guerre civile et replongeant le pays dans l'atmosphère morose des années 1980. D'autre part, une région kurde autonome en Syrie risque de ne pas emporter l'adhésion du voisin irakien, ni même celle des Kurdes irakiens. En effet, ces derniers ne sacrifieront pas leurs excellentes relations avec la Turquie sur l'autel du nationalisme kurde : la Turquie est la fenêtre d'Erbil sur le monde, et son seul partenaire économique et énergétique crédible ; il est ainsi peu probable qu'Erbil mette en péril ce partenariat pour défendre un Grand Kurdistan. Et ceci d'autant plus que les Kurdes irakiens ne partagent avec les autres Kurdes ni la même expérience historique ni la même langue (les Kurdes parlent des dialectes différents selon leur pays d'origine). En ce sens, le nationalisme kurde du XXIe siècle est plus une chimère qu'une réalité. L'accord de Sykes-Picot a commis l'erreur de priver la nation kurde d'un État. Aujourd'hui, un siècle plus tard, le potentiel accord Kerry-Lavrov entend combler les failles de Sykes-Picot en concédant aux Kurdes un État et en divisant la Syrie de façon à gérer sa diversité, dans l'espoir que cela apaiserait et stabiliserait la région. Or, Kerry et Lavrov oublient que le péché de Sykes et Picot réside ailleurs : leur accord, en plus d'avoir laissé une nation sans État, a créé des États sans nation.
C'est là le fond du problème : les maux du Moyen-Orient ne sont pas dus à la diversité (qui n'est pas nécessairement source de conflictualité !), mais proviennent plutôt de l'incapacité desdits « États-nations » arabes créés de façon artificielle et devenus progressivement des États faillis et des coquilles vides. Aujourd'hui, la vraie solution pour la question syrienne et le Moyen-Orient plus généralement serait dans l'invention d'une nouvelle formule de gouvernance et d'un contrat social fonctionnel qui permettent l'intégration de toutes les parties, et instillent une vraie citoyenneté et un sentiment national partagé.

Jana JABBOUR
Docteure en sciences politiques,
professeure à l'USJ et Sciences po Paris

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ENTENDEMENT -CONNIVENCE- ENTRE CES DEUX ET LEURS MAITRES CONTINUE... LE NOUVEAU MOYEN ORIENT ANNONCE PAR LE LUNATIQUE... LE DEMEMBREMENT POUR GARANTIR L,EXISTENCE D,ISRAEL... INITIE PAR LA CONNIVENCE ET EXECUTE PAR LES STUPIDES REGIONAUX DES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE ET LEURS ACCESSOIRES... SIED AUX U.S. TOUT COMNE AUX RUSSES... LES PREMIERS SONT LES DEFENSEURS DE L,ENFANT GATE... ET LES SECONDS ANCIENS ET NOUVEAUX SOVIETS... DE TOUJOURS ALLIES DES MOUMANA3ISTES... LES PLUS GRANDS POURVOYEURS DE COLONS JUIFS...

Salim Dahdah

Excellente analyse que je partage certainement quant au fond. Mais là ou le bât blesse dans votre développement,c'est une partie de votre diagnostic ou vous omettez de parler des considérations de "Real politic"que les E.U.ont adoptées vis à vis du projet existentiel d'Israel, sa viabilité et son avenir au M.O., ainsi et surtout,l'engagement de l'Occident à garantir sa sécurité et la vision stratégique de son intégration dans un monde arabe hostile.Cette attitude pourrait en effet expliquer le programme de démentèlement régional entrepris systématiquement depuis 1948...!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants