Dernières Infos

Tunisie : trois jihadistes tués à Ben Guerdane (officiel)

AFP
10/03/2016

Trois jihadistes ont été tués jeudi lors d'opérations sécuritaires à Ben Guerdane, près de la Libye, où des extrémistes avaient lancé lundi des attaques sans précédent contre des installations sécuritaires, ont annoncé les autorités tunisiennes.

Ces incidents portent à 49 le nombre de jihadistes tués depuis les assauts de lundi à l'aube contre une caserne militaire, un poste de police et un poste de la garde nationale à Ben Guerdane. Huit assaillants ont été également arrêtés en tout.

Jeudi, deux "terroristes" ont été abattus, un a été arrêté et quatre Kalachnikov ont été saisies dans la région de Hassi al-Nour, dans la région de Ben Guerdane (sud-est de la Tunisie), ont indiqué les ministères de l'Intérieur et de la Défense dans un communiqué commun.

Un jihadiste a par ailleurs été tué à Zokra, dans la même région, après avoir tiré sur une patrouille mixte de la police et de l'armée, selon la même source. Sa Kalachnikov a été saisie.
Treize membres des forces de l'ordre et sept civils ont aussi été tués lors des attaques de lundi, selon un bilan officiel.

Ces assauts n'ont pas été revendiqués jusqu'à présent, mais les autorités les ont imputés au groupe extrémiste Etat islamique (EI), accusé de chercher à créer un "émirat" dans cette région frontalière de la Libye.

Des opérations de ratissage ont lieu depuis lundi, et Ben Guerdane, une ville de quelque 60.000 habitants, reste sous couvre-feu nocturne et haute surveillance sécuritaire.
Un haut responsable local a été limogé, ont annoncé les autorités jeudi, sans toutefois donner les raisons de cette décision.

La Tunisie est confrontée depuis sa révolution en 2011 à l'essor d'une mouvance jihadiste responsable de la mort de dizaines de policiers et de soldats ainsi que de touristes

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué