Diplomatie

Pour la France, trois priorités : la Syrie, le conflit israélo-palestinien et la crise libyenne

Jean-Marc Ayrault se rend au Caire pour y rencontrer ses homologues arabes.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, au Caire pour y rejoindre ses homologues arabes. Dominique Faget/AFP

À la veille du départ du ministre français des Affaires étrangères et du Développement économique, Jean-Marc Ayrault, pour Le Caire où il va rejoindre ses homologues arabes, une source diplomatique a défini hier les trois priorités de la politique étrangère française.

Jean-Marc Ayrault rencontrera ses homologues arabes réunis en conférence dans la capitale égyptienne pour leur expliquer et discuter avec eux des initiatives de paix françaises et les inciter à y souscrire.
Première priorité de la France : la Syrie qui est pour la France et l'Europe une crise existentielle, en sus du problème qu'elle pose au niveau de la vague migratoire vers le Vieux Continent. « Une partie de l'avenir de la région se joue actuellement en Syrie », affirme cette source qui ajoute que la France soutient l'accord américano-russe en vue d'instaurer une solution politique sur des bases crédibles et solides. Pour Paris, il s'agit de trouver un équilibre pour que les conditions de réussite du processus politique soient réunies avec une contribution française et européenne à l'initiative de Washington et de Moscou en vue de contrôler la cessation des combats.
La France a pris contact avec toutes les parties concernées par la guerre en Syrie, y compris l'opposition modérée, a encore indiqué cette source diplomatique ajoutant que Paris fait passer des messages pour la poursuite des efforts de paix en Syrie « dans un format déterminé » afin que les négociations se déroulent sur des bases saines.
Deuxième priorité pour la France : une reprise des efforts en vue d'une solution du problème israélo-palestinien par le moyen de contacts, au printemps prochain, avec des pays concernés par ce problème puis, dans une seconde étape, des rencontres directes entre Israéliens et Palestiniens. Un ambassadeur de France, Pierre Dumont, a été chargé de suivre le processus de paix israélo-palestinien et la reprise des négociations directes entre les deux parties.
Avant de quitter le Quai d'Orsay, Laurent Fabius avait déclaré à des journalistes que si la France ne parvenait pas à mettre en marche ce processus de paix en raison de blocages de la part des Israéliens, Paris n'hésiterait pas à reconnaître l'État palestinien.
Enfin, pour ce qui est de la Libye, troisième priorité, la source diplomatique française rappelle qu'un début d'entente nationale est en cours, mais que « de petites formations radicales soutenues par des étrangers » bloquent cette entente.


À la veille du départ du ministre français des Affaires étrangères et du Développement économique, Jean-Marc Ayrault, pour Le Caire où il va rejoindre ses homologues arabes, une source diplomatique a défini hier les trois priorités de la politique étrangère française.


Jean-Marc Ayrault rencontrera ses homologues arabes réunis en conférence dans la capitale égyptienne...

commentaires (3)

D'autres hauts commandants de la rébellion syrienne ont rejoint les rangs de ceux qui respectent la trêve. 8 commandants clés de l’opposition et de la rébellion, s’alignent depuis les 24 dernières heures, sur la trêve. Avec ces adhésions, 30 groupes d'opposition respectent désormais le cessez-le-feu. De mêmes les négociations avec les commandants et les représentants de 6 autres groupes d'opposants armés syriens déployés dans les provinces de Damas, Homs et Deraa, sont toujours en cours. Des consultations ont également eu lieu avec les représentants de trois autres régions syriennes sur la trêve et le cessation des hostilités ainsi que sur l'acheminement des aides humanitaires. Le ministère russe de la Défense a d'autre part fait part de la conclusion de 42 accords pour la cessation des hostilités et le respect de la trêve entre les représentants du gouvernement syrien et divers groupes armés et de rébellions.

FRIK-A-FRAK

11 h 03, le 09 mars 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • D'autres hauts commandants de la rébellion syrienne ont rejoint les rangs de ceux qui respectent la trêve. 8 commandants clés de l’opposition et de la rébellion, s’alignent depuis les 24 dernières heures, sur la trêve. Avec ces adhésions, 30 groupes d'opposition respectent désormais le cessez-le-feu. De mêmes les négociations avec les commandants et les représentants de 6 autres groupes d'opposants armés syriens déployés dans les provinces de Damas, Homs et Deraa, sont toujours en cours. Des consultations ont également eu lieu avec les représentants de trois autres régions syriennes sur la trêve et le cessation des hostilités ainsi que sur l'acheminement des aides humanitaires. Le ministère russe de la Défense a d'autre part fait part de la conclusion de 42 accords pour la cessation des hostilités et le respect de la trêve entre les représentants du gouvernement syrien et divers groupes armés et de rébellions.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 03, le 09 mars 2016

  • Faut 'il rire ou pleurer ..? La France dans le conflit israélo/palestinien ...mais est-ce une priorité ? et pour qui a part la France...? pour la Syrie la France pèse pas grand chose dans ce dossier ..! encore moins avec l'embargo saoudien à l'égard du Liban sur les armes commandées par l'armée...Alors attention ! aux socialistes français aux abois et en fin de règne ...! ils ne sont pas crédibles...;

    M.V.

    09 h 17, le 09 mars 2016

  • TROIS PRIORITÉS OUI, MAIS POUR FAIRE QUOI ET POUR L'INTERET À QUI ? SUREMENT PAS POUR LE LIBAN.

    Gebran Eid

    02 h 29, le 09 mars 2016