Liban

Hariri revient à la charge : Que le meilleur gagne

Présidentielle

« La vacance à la tête de l'État constitue une atteinte à la Constitution », a estimé hier le leader du Futur depuis Bkerké.

OLJ
20/02/2016

Cinq jours après son retour au Liban, le chef du courant du Futur, Saad Hariri, a poursuivi ses consultations liées à l'élection présidentielle, marquées vendredi par un déplacement à Tripoli, au Liban-Nord, et une rencontre avec le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï. L'occasion pour M. Hariri de réitérer ses messages de soutien à la candidature du chef des Marada, Sleiman Frangié, ainsi que ses appels adressés aux députés qui n'assurent pas le quorum requis pour la tenue d'une séance en vue d'élire un nouveau chef de l'État.

Accueil chaleureux à Tripoli
Le leader du Futur a été chaleureusement accueilli à Tripoli par le mufti de la ville et du Liban-Nord, le cheikh Malek Chaar, qui a donné un déjeuner en son honneur, en présence de députés et de personnalités de la ville. Une visite au cours de laquelle M. Hariri a exprimé son attachement à la région.
« Tripoli et le Liban-Nord sont la ville et la région pour lesquelles Rafic Hariri a œuvré. Je suis aujourd'hui à Tripoli pour réaffirmer que cette ville et l'ensemble de la région sont dans nos cœurs », a-t-il déclaré lors d'un discours prononcé à l'occasion de ce déjeuner. « Je tiens à m'adresser aux habitants de la région : je vous rendrai visite ville par ville et aujourd'hui, je resterai parmi vous. Nous voulons que le Liban revive. De nombreux martyrs originaires de la région ont donné leur sang pour le Liban. Nous ne les laisserons pas tomber », a martelé Saad Hariri.
Le déplacement du leader du Futur à Tripoli avait commencé par la prière du vendredi à la mosquée al-Siddiq. Dans son prêche, le mufti Chaar s'est adressé à l'ancien Premier ministre, priant Dieu « de l'aider à poursuivre ses efforts pour le salut de la patrie et à mener la barque à bon port ».

« Partenariat national »
Ces retrouvailles entre Tripoli et le chef du Futur n'ont pas éclipsé le dossier de la présidentielle. « Il y a quatre candidats à la présidence. Nous en avons choisi un, en l'occurrence Sleiman Frangié, et nous continuons à le soutenir, a assuré Saad Hariri. Il est temps désormais de nous rendre au Parlement pour élire un président. Ceux qui entravent l'élection présidentielle paralysent le pays », a-t-il poursuivi, estimant que « ceux qui expriment leur attachement aux droits des chrétiens doivent se rendre au Parlement et élire un chef de l'État ».
Plus tôt dans la journée, M. Hariri avait réitéré les mêmes propos, après avoir été reçu en audience par le patriarche maronite Béchara Raï à Bkerké. « Nous devons faire pression sur les députés pour qu'ils exercent leurs droits constitutionnels et élisent un chef de l'État. Cette vacance présidentielle constitue une atteinte à la Constitution », a déclaré M. Hariri, assurant qu'il soutenait la candidature de M. Frangié. « Il faut désormais que le jeu démocratique puisse prendre place au Parlement. Dès lors que l'on accepte les règles du jeu, il y a aura inéluctablement un gagnant et un perdant », a-t-il rappelé.
L'ancien Premier ministre a ajouté que lorsqu'il avait rencontré le chef du bloc du Changement et de la Réforme à Paris, Michel Aoun, il lui avait dit : « Essayez de convaincre Samir Geagea et nous vous soutiendrons. » « Maintenant que c'est fait, à savoir que M. Geagea a soutenu M. Aoun, pourquoi les élections n'ont toujours pas lieu ? » Des propos qui ont aussitôt suscité une réplique d'Ibrahim Kanaan, député du même bloc parlementaire. « Nous respectons la Constitution et le pacte national. La vraie atteinte à la Constitution, c'est la façon dont ont été traités tous les postes dévolus aux chrétiens depuis 25 ans », a-t-il indiqué sur son compte Twitter, appelant à l'établissement d'un « partenariat national ».
Une 36e séance parlementaire consacrée à l'élection d'un nouveau président de la République a été fixée au 2 mars 2016. Ce poste est vacant depuis le 25 mai 2014.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

C'est déjà mieux! Comme ça il pourra redevenir PM. On se serait bien passé d'un pm comme lui qui a déjà démonter sa grande incapacité, mais bon, il faut bien donner leur part au saoudique et aux usiens pour atténuer leur pouvoir de nuisance. C'est comme quand tu paie à la mafia pour qu'elle ne tue pas ton fils. Et puis, le coté chrétien le + important de son camp à déjà fait son choix, donc...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

1 - QUE D,AUTRES CANDIDATS AUSSI SE PRESENTE ET QUE LE MEILLEUR GAGNE... MAIS REVER N,EST PAS DE LA POLITIQUE !
2 - L,EVALUATION DE LA DONNE AUSSI BIEN LOCALE QUE REGIONALE ET INTERNATIONALE DEVRAIT GUIDER LES CHOIX ET LES DECISIONS... ET NON LES SENTIMENTS...
3 - REUNION AU SOMMET ENTRE VOUS ET LE SAYED HASSAN NASRALLAH EST UNE NECESSITE NATIONALE ET HISTORIQUE LOIN DE TOUTE MEPRISE... POUR SAUVER CE QUI PEUT L,ETRE ENCORE...
4 - JE NE MENTIONNE PAS LES TROIS MOUSQUETAIRES ET DARTAGNAN DONT L,EMBLEME N,EST HELAS QUE : CHACUN POUR SOI... ET L,ENORMITE DES DOMMAGES QU,ILS ONT FAIT ET CONTINUENT DE FAIRE A TOUS LES CHRETIENS... ET AU PAYS MEME !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

L'adaptation de la tradition du "maronitisme" Strict à la réalité de ces Printanières est primordiale aujourd'hui !
Car, depuis le départ du Batrak Primordial Mâr Nasrallâh Bottrossé Sfééér, les maronites héritent du règne de ce Râëéééh dont la rigidité s'accuse au fil des nuits, jusqu'à presque mettre cette petite église en Péril ! Avec notamment sa "fameuse bulle" de l'Elysée qui tâchait de "comprendre" l'usage de la férocité contre les Sains Syriens par l'aSSadique d'à côté, et les 40 années éminemment despotiques des 2 aSSadiots père et fils ; "vitaux" pour la protection des "chrétiens?" de cette conTrée à ce qu'il parait…. Toujours d'après ce Râââëéh !
Le bilan de ce héraut du "maronitisme" Strict ; Râëéh ; est déjà fait, pour qu'il soit nécessaire d'encore s'y attarder !
On peut d'ailleurs disserter à l'infini sur l'adéquate place du curseur entre ses "revigorants" jamborées aux 4 coins de ce "maronitisme" Immigré de cette fertile campagne crevassée, sa communication qui rassure si fort, mahééék, les béjaunes et puînés (h)Amèèèrs et les bérets soi-disant encore déshérités : ils n'ont plus peur, les pâmés, le fakkîh Per(s)cé étant still à leurs côtés ; sa fierté maronitique retrouvée et, d'autre part, ses rendez-vous avec les 14 Sains libanais…. m a n q u é s !
Eux qui osent ne pas "comPrennndre" ces carnages bää bää bääSSyriens contre les Sains Syriens, sunnites, par ce (c)hébél-lionceau bääSSdiot bääSSyrien hypophysaire lilliputien perpétrés !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Sääd avait dit au caporal : Essayez de convaincre le Hakîm et nous vous soutiendrons. Maintenant que c'est fait, pourquoi les élections n'ont toujours pas lieu ?
Des propos qui ont aussitôt suscité une réplique de de Canaan : La vraie atteinte à la Constitution, c'est la façon dont ont été traités tous les postes dévolus aux chrétiens depuis 25 ans, a-t-il indiqué." !
Choû dakhal Thé-Eau-Zed bi Marhabâhhh, äâïynéééh !
Concentre-toi sur la présidentielle ! Ne digresse pas !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants