Dernières Infos

Syrie: l'alliance kurdo-arabe suspend sa participation aux négociations de Genève

AFP
01/02/2016

Le Conseil démocratique syrien (CDS), une alliance d'opposants kurdes et arabes, a décidé de ne pas participer aux négociations de Genève tant que six de ses délégués kurdes et turcoman n'auront pas été invités par l'Onu, selon un de ses membres.

"Nous avons décidé dimanche soir de suspendre notre participation aux négociations tant que cinq délégués kurdes et un turcoman de notre liste n'auront pas reçu une invitation de la part du médiateur de l'Onu Staffan de Mistura", a affirmé lundi par téléphone à l'AFP Haytham Manna, co-président du CDS.

Selon lui, une délégation d'opposants, différente de celle du Haut comité des négociations (HCN) qui regroupe des groupes clés de l'opposition syrienne, devait participer aux négociations de Genève et a présenté une liste de 35 noms, dont une vingtaine appartenant au CDS.

"Sur nos 20 noms, six ont été informés que leur participation sera examinée ultérieurement. Nous avons décidé dimanche soir à Genève avec nos amis kurdes, dont Saleh Muslim, le chef du principal parti kurde syrien (PYD), de suspendre notre participation", a expliqué Haytham Manna. Les délégués kurdes avaient quitté Genève samedi mais étaient revenus dimanche pour participer à cette réunion.

La participation ou pas des Kurdes aux négociations intersyriennes dans la ville suisse a suscité une controverse. La Russie, alliée du régime de Damas, estime qu'aucune négociation ne pourrait donner de résultats sans eux, tandis que la Turquie, qui redoute particulièrement les velléités d'indépendance kurde, juge leur présence inacceptable.

Le PYD est en pointe dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie mais il est considéré par Ankara comme une émanation du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), son ennemi numéro 1.

Au sein de la liste de 35 noms fournie par l'autre délégation d'opposants figurent notamment des personnalités syriennes comme Qadri Jamil, un ancien ministre proche de la Russie, et Randa Kassis, une opposante laïque.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Les Iraniens sont-ils allés trop loin ?

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants