Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Nominations au Conseil militaire : un accord a été trouvé

"Je ne comprends pas pourquoi celui qui détient 70 voix va se retirer en faveur de celui qui détient 40 voix", affirme Frangié.

Les responsables politiques prenant part à la 14e séance du dialogue national à Aïn el-Tiné. Photo Sami Ayad.

La quatorzième séance du dialogue national qui a débuté mercredi vers midi à Aïn el-Tiné a été levée moins de trois heures plus tard. Selon les déclarations des représentants politiques présents à la réunion, le dossier de la présidentielle n'a pas été abordé. Un accord semble toutefois avoir été trouvé en ce qui concerne les nominations au Conseil militaire, sans toutefois que l'on en connaisse les détails. Une quinzième séance doit avoir lieu le 17 février.

"La réunion d'aujourd'hui était sérieuse et productive, plusieurs points ont été abordés et le plus important est l'accord sur les nominations au Conseil militaire", a déclaré le député Ali Fayad, représentant le Hezbollah, à l'issue des discussions. Le secrétaire général du parti Tachnag, Hagop Pakradounian, a pour sa part fait état d'une "quasi unanimité" à ce sujet.

"Nous ne saboterons pas les nominations au sein du Conseil militaire", a affirmé quant à lui le ministre du Tourisme Michel Pharaon. 

Par ailleurs, en quittant Aïn el-Tiné, le chef des Kataëb, Samy Gemayel, a affirmé que "l'atmosphère était bonne".
Selon des informations rapportées par la LBCI, le chef du bloc du Futur, Fouad Siniora, a abordé la question du Tribunal militaire, dont le rôle est de plus en plus contesté depuis la récente relaxe de l'ancien ministre Michel Samaha, dont le procès en cassation pour transport d'explosifs en vue de perpétrer des attentats se poursuit.

Frangié toujours candidat
Sur le dossier de la présidentielle, interrogé par la presse au moment de quitter Aïn el-Tiné, le chef des Marada, Sleiman Frangié a affirmé qu'il maintenait sa candidature à la présidence de la République, malgré le soutien du leader des Forces libanaises, Samir Geagea, à la candidature du chef du bloc du Changement et de la réforme, le général Michel Aoun.

"Le dossier de la présidentielle n'a pas été évoqué lors de la séance du dialogue. Je suis toujours candidat à la présidence de la République. Notre engagement est notre force", a déclaré M. Frangié. "Je ne comprends pas pourquoi celui qui détient 70 voix va se retirer en faveur de celui qui n'en a que 40", a-t-il poursuivi. 

"Bienvenue au général Michel Aoun, il sait qu'il est chez lui à Bnechaai (résidence du chef des Marada), a encore dit M. Frangié. Si pour lui nous sommes un plan B, alors il se considère comme un plan A, s'il n'accepte pas le plan B nous ne reconnaissons pas le plan A". "Nous, nous faisons de la politique, nous ne sommes pas une association de bienfaisance", a-t-il ajouté.

Les critiques de Joumblatt
Il convient de préciser que Michel Aoun et le leader du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, étaient absents de la table du dialogue. Alors que la séance se déroulait, M. Joumblatt s'est livré sur twitter à des critiques en règle contre l'Iran et, implicitement, le Hezbollah.

"La table de dialogue est devenue semblable a une commission chargée de diagnostiquer les intérêts du régime iranien", écrit-il. Et aussi, au sujet de la présidentielle: "Peut-être qu'ils ne veulent ni d'Henri Hélou ni de Sleiman Frangié ni de Michel Aoun. Peut-être qu'ils ne veulent pas de président. Cela est également un choix démocratique à la manière de la République islamique".

Le député Henri Hélou, M. Frangié et M.Aoun, sont tous les trois candidats à la présidence de la République, vacante depuis le 25 mai 2014.

 

Lire aussi
Présidentielle : le boycott, à l'instigation du Hezbollah, reste roi

Ban appelle à « intensifier les efforts pour résoudre la crise présidentielle »

« Démarches du Vatican pour accélérer l'élection du chef de l'État », affirme le patriarche maronite

Pharaon : « Ce qui unit Geagea et Hariri est plus important que ce qui les sépare »

 


La quatorzième séance du dialogue national qui a débuté mercredi vers midi à Aïn el-Tiné a été levée moins de trois heures plus tard. Selon les déclarations des représentants politiques présents à la réunion, le dossier de la présidentielle n'a pas été abordé. Un accord semble toutefois avoir été trouvé en ce qui concerne les nominations au Conseil militaire, sans toutefois...

commentaires (2)

DAME LA MARQUISE ET DAME LA MAINMISE DRAMATISENT... SE COURTISENT... PUIS DE NOUVEAU S,ANATHEMATISENT !

PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

21 h 41, le 28 janvier 2016

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • DAME LA MARQUISE ET DAME LA MAINMISE DRAMATISENT... SE COURTISENT... PUIS DE NOUVEAU S,ANATHEMATISENT !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    21 h 41, le 28 janvier 2016

  • AÏN EL-TINÉ C'EST LE PARLEMENT OFFICIEL LIBANAIS. LE PROPRIÉTAIRE DES LIEUS S'APPELLE BERRI ET L'ENDROIT EST BOURRÉ DE MICROS.

    Gebran Eid

    22 h 40, le 27 janvier 2016

Retour en haut