Dernières Infos

Combats en Libye: plusieurs réservoirs pétroliers ont pris feu

AFP
06/01/2016

Au moins quatre réservoirs de brut ont pris feu dans le nord de la Libye, conséquence des combats entre des gardes des installations pétrolières et le groupe Etat islamique (EI), a indiqué mercredi la Compagnie nationale du pétrole (NOC).

Ces affrontements surviennent au moment où l'ONU s'efforce de mettre en place un gouvernement d'union nationale dans ce pays en proie au chaos où deux autorités rivales --l'une basée dans l'Est et reconnue par la communauté internationale, l'autre siégeant dans la capitale Tripoli -- se disputent le pouvoir.

L'émissaire de l'ONU Martin Kobler a de nouveau souligné la nécessité pour le Parlement libyen légitime, basé dans l'Est, d'approuver rapidement la formation de ce gouvernement, avertissant que tout retard profiterait au groupe extrémiste EI, qui contrôle déjà la ville de Syrte (450 km à l'est de Tripoli).

Selon un communiqué de la NOC (branche dépendant des autorités de l'Est) daté de mercredi, quatre réservoirs ont pris feu lundi en raison des combats autour du terminal d'al-Sedra, le plus grand site de stockage de pétrole en Libye, et celui de Ras Lanouf, situés à l'est de Syrte. "Nous avons perdu dix de nos hommes depuis le début de l'attaque" de l'EI lundi visant les terminaux, a indiqué à l'AFP un porte-parole des gardes des installations pétrolières présent à al-Sedra, Ali al-Hassi.

Il n'était pas clair dans l'immédiat si les combats, qui ont eu lieu aussi mardi, continuaient mercredi entre l'EI et les gardes des installations. Ces derniers reçoivent un appui aérien de la part des forces stationnées dans la base de Misrata, selon un responsable de l'armée de l'air de cette base située à 200 km à l'est de Tripoli. Cette base est contrôlée par Fajr Libya, une coalition de milices qui s'est emparée de Tripoli à l'été 2014 et y a installé un gouvernement, concurrent de celui exilé dans l'Est qui a ses propres forces armées.

Un accord politique a été signé sous l'égide de l'ONU le 17 décembre au Maroc entre des membres des deux Parlements rivaux et représentants de la société civile libyenne. Prévoyant la formation d'un gouvernement d'entente nationale basé à Tripoli, il doit être entériné avant le 17 janvier par le Parlement.

L'attaque de l'EI dans le "Croissant pétrolier" (qui regroupe les terminaux d'al-Sedra, de Ras Lanouf et de Brega) "doit rappeler à tous les Libyens la nécessité de mettre immédiatement en application l'accord politique et de former le gouvernement d'union nationale", a indiqué M. Kobler dans un communiqué dans la nuit.
Le diplomate allemand a averti que "chaque jour qui passe sans que l'accord soit entériné est un jour de gagné pour l'EI".
La Libye dispose des réserves pétrolières les plus importantes d'Afrique, estimées à 48 milliards de barils. Sa production était estimée à 1,6 million b/j en 2011 mais a chuté d'un tiers depuis.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué