Dernières Infos

Syrie: onze combattants pro-régime tués à Deir ez-Zor

AFP
23/12/2015

Onze combattants pro-régime ont été tués et 20 autres blessés mercredi dans trois attaques suicide à la voiture piégée du groupe État islamique (EI) à Deir ez-Zor, dans l'est de la Syrie, selon une ONG.

"Onze soldats et miliciens pro-régime ont trouvé la mort et 20 autres ont été blessés dans le quartier industriel, situé dans l'est de la ville, dans l'explosion de trois véhicules conduits par des kamikazes de l'EI", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Depuis 2013, les combattants de l'EI contrôlent la quasi-totalité de la province pétrolière de Deir ez-Zor, mais la moitié de la capitale provinciale du même nom est toujours aux mains des forces gouvernementales. La ville est située à 450 km au nord-est de Damas.

Selon l'OSDH, les jihadistes ont pu avancer mais les avions russes et syriens ont violemment frappé leurs positions. De violents combats opposaient au sol les deux camps dans la zone industrielle et aux alentours de l'aéroport.

L'agence officielle Sana a confirmé les attaques à la voiture piégée, mais a assuré que les combattants de l'EI avaient été repoussés.

Par ailleurs, le bilan des raids de dimanche, probablement russes sur la province septentrionale d'Idleb (nord-ouest), s'est alourdi passant de 36 à 58 morts, en majorité des combattants ainsi que six juges du tribunal islamique d'Ahrar al-Cham, une des organisations islamistes alliées au Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations pacifiques, le conflit en Syrie s'est complexifié avec une multiplication d'acteurs, dont des grandes puissances, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Plus de 250.000 personnes ont péri et plusieurs millions ont fui leur foyer.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué