X

Liban

Un repas contre la solitude des seniors à Noël

Social

Marginalisées, des têtes blanches tentent de retrouver une ambiance familiale avec l'aide de l'association Rifaq el-Darb.

16/12/2015

Il est 16h à l'église Saint-Joseph de la rue de l'USJ. La cour se remplit peu à peu de personnes âgées. De petits groupes se forment rapidement. On prend des nouvelles des uns, on s'inquiète de l'absence des autres, on se raconte le quotidien, on partage des souvenirs. À l'heure de l'appel, tout le monde se rassemble autour de Joe Taoutel, cofondateur de l'ONG Rifaq el-Darb (Les compagnons de route). On entend les noms défiler avec le soleil couchant, puis les visages, émaciés par le temps, se baissent le temps d'une prière. Enfin, le repas peut commencer.


Rifaq el-Darb est une association fondée par le père jésuite Victor Assouad en 1993 et offre chaque mois un repas pour les personnes âgées et sans famille de Beyrouth. Marie vient ici avec sa mère depuis la mort de son père. « On vient plutôt pour l'ambiance. Depuis la mort de mon père, je fais en sorte que ma mère ne se sente pas seule », raconte Marie, la voix douce et un peu hésitante.
Midham, à la moustache saillante et aux cheveux soigneusement peignés, vient ici depuis un an. « Ce que j'apprécie surtout, c'est le fait de pouvoir rencontrer des gens. On se retrouve de manière conviviale autour d'un repas chaud. Je n'ai pas de famille et j'ai le sentiment de partager un repas de famille ici. La société libanaise a oublié ses vieux, et c'est triste ». Pour lui, le repas mensuel de Rifaq el-Darb est une victoire contre cette gangrène qu'est la solitude dans laquelle il vit.


Le visage poli par le temps, les cheveux clairsemés, Raymond s'étend sur les difficultés que rencontre un « doyen » pour subvenir à ses besoins : « Nous sommes très reconnaissants à Joe et à l'association. Nous n'avons rien, mais un simple dîner nous redonne le sourire et nous permet de voir d'autres personnes. On se sent moins seul et oublié. » « On ne naît pas miséreux, on le devient », poursuit-il d'une voix rauque. La solitude revient tel un leitmotiv dans le discours des convives de Rifaq el-Darb. Professeurs, fonctionnaires, voire businessmen, plusieurs parmi eux ont eu un emploi. Arrivés toutefois au crépuscule de leur vie, ils ont vu leurs ressources diminuer comme peau de chagrin. La solitude s'est ensuite insidieusement installée, rongeant petit à petit leur quotidien. Aux vieux saints, on n'allume plus de cierges.

 

Les plus vulnérables
Mais les visages taillés par la vie se raniment ce soir. Les yeux éteints se rallument, les langues se délient et des sourires longtemps oubliés réapparaissent.
Joe Taoutel est connu de tous ici. L'idée première derrière la fondation de l'association était de s'occuper des personnes marginalisées par la société, mais celle-ci a vite réalisé que le troisième âge était la catégorie la plus vulnérable. L'objectif de l'association est alors devenu de s'occuper des vieilles personnes souvent solitaires et laissées pour compte. Aujourd'hui, la principale action de l'association consiste à rendre visite aux personnes âgées chez elles afin de s'assurer qu'elles ne sont pas isolées et qu'elles vivent dans des conditions salubres. Rifaq el-Darb leur propose également des activités diverses et leur assure un suivi médical au quotidien. « Je rends visite chaque week-end à deux personnes âgées. C'est aussi le cas pour les autres bénévoles. Et chaque mois, on les invite à venir ici. Nous sommes comme une grande famille », explique Joe Taoutel.


Rifaq el-Darb est ainsi souvent le dernier compagnon de route de ces vieilles personnes. L'association qui survit grâce aux donations de particuliers peine toutefois aujourd'hui à joindre les deux bouts. « Chaque année, nous organisons un repas de Noël qui réunit plus de 900 personnes dans le besoin. Cette année, la vente de nos calendriers n'a rapporté que 48 % de ce qu'elle avait rapporté l'année dernière. Or, ce sont ces ventes qui nous permettent principalement de financer le repas de Noël. Aujourd'hui, nous ne savons pas si nous devrons refuser des personnes à cause du manque de moyens », souligne-t-il.
Si un repas chaud et convivial autour d'une table familiale à Noël semble un acquis pour certains, il se révèle extraordinaire pour d'autres...
Pour plus d'informations, appeler au 03/624645-03/522058.

ou sur Facebook

 

Lire aussi

Faire rimer magie de Noël et solidarité sociale le temps d'un marché

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué