X

Moyen Orient et Monde

Comment l’Iran peut combattre Daech sans tomber dans une guerre sunnito-chiite ?

Commentaire
02/12/2015

La guerre civile syrienne a conduit au revirement spectaculaire de l'Iran en Orient arabe. Le principal mécène du Hamas et des Frères musulmans s'est finalement retourné contre ses poulains fréristes et salafistes du monde arabe, quand ils ont menacé de faire tomber le gouvernement nationaliste laïc de Damas, qui montrait pourtant sous Hafez el-Assad de sérieuses réserves à l'encontre du nécessaire allié perse. C'est que Damas est l'articulation indispensable entre l'Iran et la côte méditerranéenne du Levant, où le Hezbollah est le pion principal du jeu iranien en Orient arabe.
Tombé dans le panneau des mouvements fréristes et salafistes palestiniens, l'Iran a cru trouver en eux les intermédiaires indispensables de la réconciliation entre sunnites et chiites, qui devait sceller la direction perse de l'Orient, sous le régime khomeyniste de la wilayat al-faqih : le Gouvernement des clercs. Ainsi, les Iraniens ont soutenu les groupes armés extrémistes (palestiniens) dans les camps de réfugiés au Liban. Ils ont parrainé le Hamas et se sont servis de la Syrie pour faire avorter l'ambitieux projet de paix arabe avec Israël, proposé par feu le roi saoudien, Abdallah II. Quoiqu'Israël l'ait lui-même saboté.
Sauf que les Frères musulmans et leur progéniture salafiste pratiquent aussi la tawqiya. À l'affût de la bonne occasion, ces partisans d'Ibn Taymiya se sont retournés contre leurs parrains syriens et iraniens, en participant à la rébellion armée contre Bachar el-Assad et son gouvernement, le Hamas ayant rallié le Qatar au même moment. Seul le président Mohammad Morsi en Égypte préserva prudemment les relations de la confrérie avec l'Iran.
Si bien qu'on peut rire aujourd'hui des discours réclamant une alliance avec la Perse islamique pour combattre les jihadistes. Certes, il y a une crise extrêmement dangereuse de la pensée religieuse sunnite, qui a accouché des idéologies meurtrières et nihilistes qui ensanglantent l'Orient depuis le siècle dernier. Mais le courant khomeyniste est une déviation du chiisme classique aussi fasciste que sont totalitaristes les Frères musulmans, les salafistes et Daech (acronyme arabe de l'organisation État islamique).
Faut-il rappeler que ce sont les attentats d'el-Qaëda, dont certains cadres ont trouvé refuge en Iran, et les expropriations par les milices chiites qui ont conduit au premier épisode de l'exode des chrétiens irakiens ? De même, l'abaissement de l'âge légal du mariage des jeunes filles à 9 ans a été proposé par un parti chiite et validé par le Conseil des ministres irakien.
La monstruosité islamiste a deux têtes, lesquelles ont de multiples facettes. Ses deux visages sont les Frères musulmans et le khomeynisme d'État. Parmi leurs facettes, on compte el-Qaëda, Daech et les milices chiites irakiennes.
L'unique raison qui a conduit l'Iran à combattre Daech et el-Qaëda, c'est la menace existentielle qu'ils font peser contre elle. Ces mouvements (c'est moins vrai pour el-Qaëda) souhaitent l'extermination totale des chiites. L'Iran est-elle allée à la guerre pour les chrétiens arabes et autres chrétiens d'Orient, en cours d'extermination par Daech ?
Certes, le chiisme connaît une tradition exégétique et philosophique bien supérieure au sunnisme. Mais le potentiel social de sécularisation des sociétés sunnites, qui ont été, autrefois, partisanes du communisme (athée) et du nationalisme, conjugué à l'effort inédit de réforme entrepris par al-Azhar (à la demande du président égyptien Abed al-Fattah al-Sissi), nous rappellent que l'État le plus engagé contre l'islam politique est l'Égypte ; pas du tout l'Iran. Les autres pays qui peuvent offrir l'appui nécessaire à la réussite du projet égyptien sont : les Émirats arabes unis, le Bahreïn et la Jordanie.
Il faut néanmoins insister sur la nécessité que ces États tout relativement progressistes (en fait, progressistes par rapport à l'extrémisme d'État de l'Iran, de l'Arabie saoudite et du Qatar) devront in fine trouver l'équilibre entre leur nécessaire politique sécuritaire à l'intérieur, et l'indispensable ouverture aux libertés d'opinion et d'expression, sans lesquelles la réforme religieuse, qui engage aussi à la réforme sociale, échouera sans aucun doute.
Si l'on devait travailler pour l'émergence d'une coalition efficace contre Daech (et tous les autres groupes armés jihadistes), nous devrions certes y faire participer l'Iran, puissance incontournable, mais il serait impossible de réussir en l'absence de la coalition des forces arabes progressistes : l'Égypte, les Émirats arabes unis, Bahreïn et la Jordanie. Par ailleurs, cette coalition serait inefficace si elle se concentrait exclusivement sur l'islamisme sunnite.
La défaite de Daech et des autres groupes armés sunnites devra s'accompagner immédiatement de la dissolution des milices chiites en Irak et de la branche armée du Hezbollah au Liban et en Syrie. C'est pourquoi nous devons refuser, contrairement à la demande formulée récemment par l'ancien Premier ministre français François Fillon, d'impliquer le Hezbollah dans la coalition contre Daech. La coalition devra détruire Daech et les groupes armés sunnites, et elle devra aussi dissoudre tout mouvement chiite armé dans la région. Les seules forces armées acceptables devront être les armées régulières nationales.
Si bien que la normalisation des relations de la communauté internationale avec l'Iran est possible à ces conditions seulement : la dissolution des milices chiites en Irak, la dissolution de la branche armée du Hezbollah (une fois Daech et el-Qaëda en Syrie vaincus) et le respect absolu par l'Iran de la souveraineté de Bahreïn.
Cette dernière condition est extrêmement importante. De la souveraineté de Bahreïn sont dépendantes la stabilité de la péninsule et de l'Irak. Bahreïn est, en outre, la deuxième force progressiste du Golfe, derrière les Émirats arabes unis, et peut jouer un rôle considérable dans la promotion dans le Golfe et la péninsule de la réforme engagée par al-Azhar.
C'est à ces conditions que nous éviterons de tomber irrémédiablement dans les pièges de la guerre de religion sunnite-chiite.

Nader ALLOUCHE
Journaliste spécialiste du Moyen-Orient
Twitter : @nader_allouche

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Henrik Yowakim

1 :C’est la haine de l’Arabie Saoudite sunnite qui oriente tous les comportements de l’Iran Chiite . L’ennemi de son ennemi étant son ami, normal donc que le « mécène » iranien ait supporté le Hamas ennemi du Fatah ami de l’Arabie Saoudite et les Frères Musulmans qui considèrent les pétromonarchies arabes comme des régimes impies. Tout aussi normal que l’Iran chiite se détournât d’eux quand ils se sont alliés a la Rébellion syrienne contre le régime « laïc » des gangsters alawito/chiites du Baas Syrien.

2 : Tout aussi normal qu’après le 9/11 l’antisaoudien AlQaidiste AlZaaawahiri ait trouvé refuge chez ses amis Iraniens. Quand a Daech , ennemie de la Révolution syrienne et du régime saoudien, il était normal qu’elle soit promue par le régime terroriste du Baas syrien.

Henrik Yowakim

3 :Bien avant Daech et comme le mentionne bien l’article ,ce sont « les expropriations par les milices chiites qui ont conduit au premier épisode de l'exode des chrétiens irakiens ». Et que l’on ne parle plus de la protection des minorités chrétiennes par les milices iraniennes.

4:Normal aussi que l'État arabe fasciste « laïc » le plus engagé contre l'islam politique sunnite soit le régime de Sissy le Baltagy ,qui avec le régime terroriste syrien a entre autres le même ennemi//concurrent :en l’occurrence la confrérie des Frères Musulmans . Mais la ou l’affaire se complique c’est quand l’Arabie saoudite soutient financièrement et simultanément et la Révolution syrienne et son ennemi juré, le « maréchal » baltagy Sissy .

5 : Le gentil et civilisé Occident doit comprendre que comme Janus Bifrons, le terrorisme islamiste a deux visages qu’il faudrait combattre simultanément:le salafisme sunnite qu’ incarne Daech et le fakihisme chiite incarnée par les milices iraniennes. Toute la question reste de savoir comment le Liban pourra se protéger de ces 2 terrorismes. Dans tous les cas et sûrement pas en portant a la présidence de la république un candidat pantin de l’axe de la terreur syro iranienne. Candidat synthétique de la conspiration américaine et de la légendaire naïveté/stupidité politique saoudiennes.

Bery tus

qui a dit que la guerre était finit?

Merci pour cet article de valeur significative qui contextualise les évènements d'aujourd'hui

la Perse c a d l'Iran n'a jamais cesser de lorgner sur les terres ARABES !! pourtant le contraire n'est pas vrai ..

Allez les jeunots allez faire votre propagande a 2 balles ailleurs svp

ACE-AN-NAS

Un méli mélo de salade russe truffé de vers dégoutants !!

Comment alors lors de l'attaque par saddam contre l'Iran NPR , n'avait on pas en son temps de complot passé contre cette NPR , parlé de guerre chiite/sunnite ??

Les chiites irakiens étaient au 1eres loges pour se faire massacrer par des chiites iraniens !

IL SERAIT PLUS FACILE D'ADMETTRE SON ECHEC QUE DE LE COUVRIR DE CETTE FACON HONTEUSE , LES ENFANTS !

George Khoury

ils ne peuvent exister qu'a travers un/des combat. en perpetuelle guerre pour mobiliser le peuple et ne pas le laisser penser a autre chose.
Ont sait comment l'histoire syrienne s'est terminee, celle la se terminera aussi, peut etre de facon moins sanguinaire vu qu'il y a une grande population homogene mais tot ou tard elle se terminera.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES INTERVENTIONS DES IRANIENS ET DE LEURS COMPARSES DANS LES PAYS ARABES SONT À L'ORIGINE DES CONFLITS SUNNITO/CHIITE ET DE LA NAISSANCE DES ORGANISATIONS EXTRÉMISTES SALAFISTES...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Clair, net et précis. Merci.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué