X

Liban

Le Canada fête 60 ans de présence diplomatique au Liban

Anniversaire

Les relations diplomatiques entre le Liban et le Canada remontent à 1954 et les rapports consulaires à 1946.

14/11/2015

Soixante ans, cela se fête ! C'est dans le somptueux palais Linda Sursock à Achrafieh que l'ambassadrice du Canada, Michelle Cameron, a organisé une imposante réception pour célébrer le soixantième anniversaire de l'établissement de relations diplomatiques avec le Liban, en présence d'un grand nombre d'officiels. Les présidents de la Chambre, Nabih Berry, et du Conseil, Tammam Salam, étaient représentés respectivement par le ministre Sejaan Azzi et le député Yassine Jaber.
Dans son discours devant ses convives, Mme Cameron a d'emblée présenté ses condoléances aux victimes du double attentat-suicide de Bourj Brajneh, dans la banlieue sud de Beyrouth. Il s'était produit moins d'une heure avant la réception.
Elle a ensuite retracé l'historique des relations diplomatiques entre le Liban et le Canada, établies en 1954. Le Liban, lui, avait ouvert un consulat au Canada dès 1946, a rappelé la diplomate. « C'est une véritable amitié qui lie le Liban et le Canada. Une amitié approfondie par des décennies d'immigration, d'histoires familiales, de relations officielles et personnelles, et d'échanges commerciaux fructueux », a-t-elle poursuivi, après avoir rappelé que son pays avait été édifié par des émigrés venus des quatre coins du monde, « créant ainsi une société diverse et tolérante, avec des racines qui s'étendent au-delà des frontières canadiennes ». « L'identité du Canada a été façonnée par cette diversité », a insisté Michelle Cameron, qui a mis en relief les valeurs défendues par son pays, à savoir la liberté, la démocratie, les droits de l'homme et le règne de la loi.
L'ambassadrice a ensuite raconté que son pays a établi des relations diplomatiques avec le Liban en 1954, « lorsqu'il a dépêché un » envoyé extraordinaire « à Beyrouth, et y a envoyé son premier ambassadeur en 1958 ». Le consulat ouvert par le Liban au Canada en 1946 a été remplacé par un consulat général en 1949, puis Beyrouth y a ouvert une ambassade en 1958.

Les premiers immigrants
L'ambassadrice canadienne a par la suite insisté sur la coopération entre les deux pays et sur l'importance de leurs relations. « Les premiers immigrants libanais sont arrivés à Montréal en 1882. Pendant la guerre civile de 1975-1990, le Canada a accordé l'asile à des milliers de Libanais touchés par la guerre. Au recensement de 2006, on évaluait la communauté libanaise à 165 000 personnes, ce qui en faisait le plus important groupe ethnique arabe au Canada. L'évacuation des Canadiens du Liban, en 2006, était la plus importante opération de ce genre dans l'histoire du Canada et témoigne de l'importance de cette diaspora », a-t-elle affirmé, avant d'ajouter : « Les relations bilatérales entre le Canada et le Liban prennent appui sur ces liens très solides entre l'importante communauté libanaise au Canada et la grande diaspora canadienne au Liban. D'ailleurs les deux pays partagent la même vision de la paix et de la sécurité au Liban et dans les régions avoisinantes.
Tant au Liban qu'au Canada, les Libano-Canadiens occupent des postes de leadership dans différents domaines. Plusieurs ministres et députés libanais ont la nationalité canadienne, alors qu'au Canada, lors des dernières élections fédérales qui ont eu lieu il y a deux semaines, au moins deux élus sont d'origine libanaise. »
Michelle Cameron a évoqué les points communs entre les deux pays, particulièrement en termes de brassage culturel : « Comme le Canada, le Liban regroupe plusieurs communautés qui coexistent ensemble sur un même territoire et participent ensemble à une vie démocratique commune. Et tout comme au Canada, les différentes composantes du peuple libanais reconnaissent la nécessité de coexister sur la base des principes fondamentaux d'égalité et de dignité de tous et de chacun. Cette diversité représente une force pour nos deux pays, sur laquelle bâtir une société ouverte et stable, et présente un grand avantage dans un contexte de mondialisation. »

La crise syrienne
Les efforts humanitaires du Canada au Moyen-Orient ont également été rappelés par la diplomate, avec plus 707 millions de dollars débloqués pour faire face la crise syrienne dont 118,4 millions investis directement au Liban. Le 9 novembre 2015 le ministre canadien de l'Immigration John McCallum avait annoncé la création d'un comité ad hoc exclusivement chargé de l'aide aux réfugiés syriens au Canada ainsi qu'à l'accueil de 10 000 Syriens.
Enfin Michelle Cameron n'a pas manqué d'insister sur la nécessité de l'élection d'un président au Liban. « Le Canada continue à encourager l'épanouissement de la démocratie au Liban puisque de solides institutions démocratiques constituent le pilier essentiel de la stabilité et de la prospérité du pays. À cet égard, le Canada encourage les efforts de la société civile pour l'amélioration continue du processus démocratique », a-t-elle dit.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!