Rechercher
Rechercher

Liban - Décryptage

Le « hasard » sécuritaire qui fait bien (ou non) les choses

Après « le séisme judiciaire » de lundi provoqué par l'arrestation à l'aéroport d'un prince saoudien, Abdel Mohsen ben Walid ben Abdel Aziz, les milieux politiques et diplomatiques sont en émoi. Les interprétations et les pronostics vont bon train et le tapage médiatique autour de cette affaire, qui constitue une première, rend compliquée la possibilité de la régler « à la libanaise », dans la plus grande discrétion.
La visite de l'ambassadeur d'Arabie saoudite au ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, s'inscrit ainsi dans la volonté de minimiser l'impact de l'arrestation du prince, tout en affichant une attitude saoudienne sereine et respectueuse de la justice libanaise. Mais il est clair que cette affaire embarrasse tout le monde. D'autant qu'elle arrive à un moment où le Hezbollah, par la voix de son secrétaire général, Hassan Nasrallah, ne mâche plus ses mots à l'égard du royaume wahhabite et de ses dirigeants, alors que le slogan « Mort aux Saoud » est désormais clamé régulièrement par la foule dans les manifestations et les rassemblements populaires organisés par cette formation.


Dans certains milieux du 14 Mars, on commence à dire qu'il s'agit d'un piège tendu au prince pour pouvoir l'arrêter et discréditer, à travers cette affaire, la famille royale saoudienne. Ces mêmes milieux soulèvent des interrogations sur l'identité de la partie qui a remis à l'émir et ses gardes du corps les paquets contenant les pilules de Captagon pour qu'ils soient transportés à bord de l'avion privé loué par le prince à destination de l'Arabie saoudite.
Mais des sources sécuritaires affirment au contraire que la découverte du lot de pilules s'est faite tout à fait par hasard par un officier des FSI qui a été alerté par le nombre (40) de paquets bien emballés qui étaient emmenés avec les bagages de l'émir et de son escorte.
Jusqu'à présent, les sources sécuritaires refusent de révéler le nom de cet officier, assurant qu'il n'a fait que son travail, sans aucune arrière-pensée. Les mêmes sources ajoutent qu'aucune précaution n'avait été prise pour tenter de cacher la cargaison, et l'attention d'un officier consciencieux ne pouvait qu'être attirée par tous ces paquets soigneusement ficelés, portant la mention et le nom de l'émir. S'il s'était agi d'une valise ordinaire ou de deux paquets, l'officier n'y aurait sans doute pas prêté attention ou aurait pu faire semblant de ne rien voir, mais là, le coup était trop gros et ne pouvait pas passer inaperçu.


Les sources sécuritaires précitées précisent que le prince, qui avait loué le petit avion privé pour venir au Liban le 24 octobre, ne pouvait pas avoir de gros bagages pour un séjour de quelques jours, et il était clair que tous ces paquets identiques ne pouvaient que cacher un trafic quelconque. Pour se protéger d'éventuelles foudres politiques, les officiers de l'aéroport ont aussitôt alerté les autorités judiciaires, et le juge Dany Chrabieh a recueilli les premiers aveux du prince et de ses gardes du corps. En même temps, les médias ont été mis sur le coup pour éviter toute contestation ou pression politique ou diplomatique. Les sources sécuritaires précitées estiment à cet égard que ce genre de trafic doit être malheureusement courant, et ce n'est pas la première fois qu'un chargement de Captagon est découvert alors qu'il devait être envoyé dans les pays du Golfe, mais, cette fois, les convoyeurs n'avaient pas jugé bon de prendre des précautions, estimant que les bagages d'un émir saoudien ne pouvaient pas être fouillés. Manque de chance, ils sont tombés sur un officier zélé et consciencieux qui a voulu faire son travail, et, finalement, il n'était plus possible de revenir en arrière ou d'étouffer l'affaire.


Selon des sources proches de l'enquête, il y aurait beaucoup de contradictions entre les déclarations de l'émir et celles de son escorte devant le juge Chrabieh, qui devraient s'éclaircir au fur et à mesure du progrès de l'enquête. Mais les responsables sécuritaires et judiciaires connaissent l'existence de réseaux pour la fabrication et le trafic de drogue à partir du Liban. Si, jusqu'à présent, les autorités libanaises avaient surtout arrêté des personnes anonymes, cette fois-ci la prise est importante et pourrait donc leur permettre d'aller plus loin dans le démantèlement des réseaux. Concernant le sort de l'émir, qui, en dépit des affirmations contraires de l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Beyrouth, inquiète au plus haut niveau, un avocat spécialisé dans la juridiction libanaise devrait lui être désigné et c'est lui qui devrait régler le cas avec habileté, en déclarant que les aveux faits sans la présence d'un avocat ne peuvent pas être retenus. Il y aura donc un nouvel interrogatoire dans lequel l'émir pourrait probablement affirmer qu'il n'est au courant de rien et que c'est un de ses hommes, qui, à partir d'Arabie saoudite, aurait ordonné à son escorte de prendre en charge les paquets, sans préciser leur contenu. Les sources sécuritaires et judiciaires sont d'accord pour dire qu'il n'y a ni plan ni piège, juste un « hasard » qui a poussé l'officier à faire cette prise. Cette affaire n'aurait donc aucune portée politique, puisque le Hezbollah n'a pas attendu l'arrestation de l'émir pour s'en prendre à la famille royale saoudienne. Ses griefs déclarés contre le régime saoudien vont bien au-delà des frasques d'un émir (il y a d'ailleurs d'autres exemples dans d'autres pays, où des émirs ont été arrêtés pour des implications dans des affaires différentes, et les relations entre les autorités de ces pays et le royaume wahhabite n'en ont pas pour autant été perturbées), et cette affaire n'ajoute rien à ses revendications. Elle ne peut donc pas faire l'objet d'une exploitation politique quelconque. La justice devrait donc suivre son cours, avec toutefois moins de médiatisation...

 

Lire aussi

Assiri « a confiance » dans la justice libanaise


Après « le séisme judiciaire » de lundi provoqué par l'arrestation à l'aéroport d'un prince saoudien, Abdel Mohsen ben Walid ben Abdel Aziz, les milieux politiques et diplomatiques sont en émoi. Les interprétations et les pronostics vont bon train et le tapage médiatique autour de cette affaire, qui constitue une première, rend compliquée la possibilité de la régler « à la...

commentaires (10)

BLANC EN NOIR... ET NOIR EN BLANC... L'OEIL DE CYCLOPE Y VOIT TOUJOURS...

L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

18 h 35, le 28 octobre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • BLANC EN NOIR... ET NOIR EN BLANC... L'OEIL DE CYCLOPE Y VOIT TOUJOURS...

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 35, le 28 octobre 2015

  • Obssedes sexuels , pervers , megalos et pedophiles par moments , histoire de tuer le temps qui parait trop long pour les desoeuvres ( princes ou roturiers bourrés aux as ) du royaume Mais de lá a s aventurer en toute suffisance dans des trafics de stupefiants au vu et au su des responsables de la securite a l aeroport de BEYROUTH . C est beaucoup .. Le liban devient un pays nihiliste , un pays passe partout où n importe qui se permet de faire n importe quoi . On l aura bien merite .

    Hitti arlette

    14 h 14, le 28 octobre 2015

  • certains prennent leurs reves pour une realite, j'avais ecris ici mais malheureusement on m'impose le BAILLON (ce qui n'est pas democratique) les fonds souverains de l'AS est de 4000 milliards ... meme avec la baisse du prix du baril (car c'est l'AS qui le fait, l'opep lui a demander de reduire plusieurs fois mais l'AS n'a pas obtempérer) VOUS CROYEZ QUE VOTRE PROPAGANDE MARCHERA? NOUS NOUS VOYONS LA DECHEANCES DE LA RESISTENCE ..

    Bery tus

    13 h 52, le 28 octobre 2015

  • Au Liban, les forces de l'ordre n'osent même pas arrêter un vendeur ambulant de Chiklet's de crainte qu'il ne soit membre d'un parti ou d'une organisation politique quelconque.

    Honneur et Patrie

    11 h 41, le 28 octobre 2015

  • Enfin du serieux , Scarlett prend la plume . Au dela des faits divers mondains de trafic de drogue , de viols , pederastrie de prince delure a la recherche de sensation forte etc... on se demande comment ce royaume dirige par une famille repugnante , incompetente et corrompue peut encore avoir du credit aupres des grands de ce monde ? Oui la reponse sera le fric sale après lequel court les mendiants occicons , mais alors qu'on arête de nous bassiner les oreilles avec ces lecons de morale a 2 balles le quintal avec lesquels ils nous soulent matin midi et soir quand on nous parle du droit des peuples des femmes des minorites etc... En Amerique du sud , on a ete jusqu'a extirper du pouvoir un agent de la cia au Panama, Noriega , on a ete assassiner Escobar et des parrains des mafias a travers le monde , et on ne peut pas nous debarasser de cette famille qui donne son nom a toute une population ??? Allez je vais pas faire l'hypocrite , ca sent un mauvais parfum de fin de reigne dans la monarchie de cocagne ( cocaine) , avec les faillites economiques a venir . Encore une chose , si ce royaume tombe , il ne sera pas le seul , dans sa chute sera entrainee une autre entite bien mise a mal en ce moment .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 30, le 28 octobre 2015

  • Voilà, pour nous changer des éternels épisodes du théatre des MARIONNETTES-IRRESPONSABLES-INCAPABLES concernant les " bloquages et débloquages", une nouvel épisode bien croustillant et après tout amusant, et dont nous devinons à l'avance la fin...heureuse ?! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 35, le 28 octobre 2015

  • C'est quoi tout ce charabia Per(s)cé de ce matin ? Une copie de la déclaration future "officielle" du héZébbb à ce sujet ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    09 h 15, le 28 octobre 2015

  • Mais vous oubliez une chose principale qui est responsable du trafic de drogue au Liban et qui tire ses bénéfices de ce trafic, j'imagine que je n'ai pas besoin de vous dire qui c'est tous les Libanais et les pays Européens le savent

    yves kerlidou

    08 h 31, le 28 octobre 2015

  • Conclusion de votre article : Cet emir sera bientot relache !

    Cadige William

    08 h 15, le 28 octobre 2015

  • Oui, émir ou pas émir, que la justice suive son cours. Mais enfin où se trouve cette fabrique de captagon, qui ne cesse de fabriquer cette drogue, dans un pays mouchoir de poche ? Est-ce toujours la fabrique du frère du député du Hezbollah Hussein Moussaoui ? Et, à propos, ce frère du député est-il toujours en fuite ?

    Halim Abou Chacra

    04 h 42, le 28 octobre 2015

Retour en haut