Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Syrie

Profitant des raids russes, l’EI se pointe aux portes d’Alep

L'armée syrienne, revigorée par les frappes de son allié russe et l'appui du Hezbollah, a intensifié sa chasse aux rebelles dans des régions du nord-ouest où les combattants de l'État islamique ne sont pas présents.

Une photo relayée par l’agence de presse syrienne Sana montre des combattants prorégime dans l’ouest du pays. AFP Photo/HO/Sana

Le groupe État islamique (EI) a pris position hier à la lisière d'Alep, deuxième ville de Syrie, grâce à une percée éclair contre les rangs des rebelles déboussolés par les frappes russes qui les visent principalement. Profitant des frappes russes sur les rebelles, l'EI a avancé rapidement en direction d'Alep, sans être visé par les raids, après avoir chassé des groupes insurgés rivaux de localités au nord de cette ville, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Il y a eu des dizaines de morts, a ajouté l'ONG. « L'EI a profité de la confusion dans les rangs rebelles frappés par les Russes. Les jihadistes sont désormais près de la ligne de front avec les troupes du régime de Bachar el-Assad », a ajouté le chef de l'OSDH.
Dans un communiqué, l'EI a affirmé avoir « pris le contrôle de vastes régions au nord d'Alep » et être « aux portes d'Alep ». Le groupe ultraradical, qui s'est emparé de la moitié du territoire syrien et sévit également en Irak voisin, se trouvait à un peu plus de 10 km de la périphérie nord de la ville et à 3 km de la zone industrielle de Cheikh Najjar, aux mains du régime, selon l'OSDH. L'ancienne capitale économique de Syrie est divisée depuis juillet 2012 entre des secteurs ouest aux mains du régime et est sous contrôle de plusieurs groupes insurgés, dont le Front al-Nosra, ses alliés islamistes et des rebelles locaux.
Ces derniers sont maîtres de la plus grande partie de la province d'Alep. L'EI n'est présent que dans le nord et le régime contrôle dans l'est une route-clé reliant Alep à Homs. Pour Thomas Pierret, spécialiste de la Syrie à l'université d'Édimbourg, « les Russes concentrent leurs attaques sur les rebelles et ne frappent que très marginalement l'EI ».
La coalition internationale dirigée par Washington et qui frappe les jihadistes depuis plus d'un an en Syrie « n'est pas non plus très active contre l'EI dans cette région (d'Alep). Cette coalition a annoncé hier avoir mené un raid sur Alep et un autre sur Raqqa la veille. La réactivité de l'EI est due à l'efficacité de sa chaîne de commandement et au dévouement de ses combattants », estime M. Pierret.

Sahl al-Ghab
Sur un autre front, l'armée syrienne, revigorée par les frappes de son allié russe et l'appui du Hezbollah, a intensifié sa chasse aux rebelles dans des régions du nord-ouest où les combattants de l'EI ne sont pas présents. Forte des bombardements russes, mais aussi de l'appui crucial du Hezbollah, l'armée du régime a lancé mercredi une vaste offensive pour reprendre le territoire perdu, avançant dans des secteurs des provinces de Hama et de Lattaquié. Le Kremlin a assuré que l'opération russe « se poursuivra tout au long de l'offensive des forces syriennes ». « Cette campagne vise en premier lieu à protéger le territoire du régime (à Hama et Lattaquié), puis de contre-attaquer pour reprendre la province d'Idleb (entièrement conquise par une coalition composée d'al-Nosra et des rebelles islamistes) en remontant vers le nord », selon l'OSDH. L'un des enjeux est Sahl al-Ghab, une plaine stratégique à Hama où les insurgés avaient avancé, menaçant Lattaquié. Ces derniers sont actuellement bombardés par les Russes.
L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch a demandé hier une enquête sur des « frappes apparemment russes » qui auraient tué 17 civils près de Homs le 30 septembre dans une zone qui ne comptait pas d'objectif militaire. « Selon les lois de la guerre, une distinction doit être faite entre civils et combattants », a rappelé l'ONG.

(Source : AFP)


Le groupe État islamique (EI) a pris position hier à la lisière d'Alep, deuxième ville de Syrie, grâce à une percée éclair contre les rangs des rebelles déboussolés par les frappes russes qui les visent principalement. Profitant des frappes russes sur les rebelles, l'EI a avancé rapidement en direction d'Alep, sans être visé par les raids, après avoir chassé des groupes insurgés...

commentaires (4)

Il est notable que la Russie frappe les ennemis du petit Hitler ce qui aide Daech qui se rapproche dangereusement d'Alep C'est cela la grande concertation à Moscou avec un "grand" général iranien pour définir les cibles. La vérité et le bluff , difficile à discerner La coalition menée par les USA n'ose plus effectuer des raids de crainte de s'opposer aux SU russes Est-ce voulu pour laisser le bourbier à Poutine? Hypothèse possible ! On parle maintenant d'espace aérien syrien ... Il en a été question en 2011 !!!! Potine est devenu très populaire en Irak. La comparaison avec les USA démontre la mollesse d'Obama. Ce dernier n'a que faire des opinions arabes.

FAKHOURI

00 h 52, le 11 octobre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Il est notable que la Russie frappe les ennemis du petit Hitler ce qui aide Daech qui se rapproche dangereusement d'Alep C'est cela la grande concertation à Moscou avec un "grand" général iranien pour définir les cibles. La vérité et le bluff , difficile à discerner La coalition menée par les USA n'ose plus effectuer des raids de crainte de s'opposer aux SU russes Est-ce voulu pour laisser le bourbier à Poutine? Hypothèse possible ! On parle maintenant d'espace aérien syrien ... Il en a été question en 2011 !!!! Potine est devenu très populaire en Irak. La comparaison avec les USA démontre la mollesse d'Obama. Ce dernier n'a que faire des opinions arabes.

    FAKHOURI

    00 h 52, le 11 octobre 2015

  • Ils vont les écraser aux Nains poutiniens Mongolo-sibériens comme auparavant en Afghanistan ! Sans oublier, bien évidemment, le Restant des fakîhdio-bääSSyriens....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    16 h 01, le 10 octobre 2015

  • LA SYRIE N,EST PAS L,IRAK... LES OCCIDENTAUX NE PEUVENT PAS FRAPPER L,E.I. CAR ILS SERONT LES SAUVEURS DU TYRAN... D,OU LOGIQUEMENT IL DEVRAIT Y AVOIR CONNIVENCE ENTRE EUX ET L,AYATOLLAH POUTINE ! IL RESTE A VOIR ET ANALYSER LES DEVELOPPEMENTS PROCHAINS...

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

    13 h 12, le 10 octobre 2015

  • Mais alors que fait la "coalition " qui voit cela et qui ne bouge pas depuis 1 an et demi ???????? Les chasseurs russes ont pris pour cible la chambre d'opération des chefs des groupes terroristes au sud de la province d'Idlib en Syrie et ont tué un certain nombre d'entre eux. Les chasseurs bombardiers de la Russie ont poursuivi leurs frappes contre les positions des bacteries armés en Syrie. Les chasseurs russes ont visé, vendredi soir à quatre reprises, la principale base et le lieu de rassemblement des bacteries dans la région de "Khan Cheykhoun" au sud de la province d'Idlib. Suite à ces frappes, un bâtiment de 5 étages, principal fief des pourritures, ainsi que des munitions stockées et plusieurs chars et véhicules blindés ont été totalement anéantis. Des dizaines d'éléments nefastes dont plusieurs commandants de haut rang, présents dans cette base, ont été tués ou blessés. La région de "Khan Cheykhoun" se situe au sud de la province d'Idlib et à la frontière des régions septentrionales de la province de Hama. Les frappes aériennes des chasseurs russes dans cette région sont d'une grande importance, d'autant que l'armée syrienne entamera, dans les prochains jours, son opération d'envergure pour la libération de "Khan Cheykoun".

    FRIK-A-FRAK

    12 h 36, le 10 octobre 2015

Retour en haut