Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Un chef des gardiens de la révolution iraniens tué en Syrie

Un haut commandant des gardiens de la révolution iraniens a été tué jeudi en Syrie « lors d'une mission de conseil dans la région d'Alep », selon un communiqué de cette armée d'élite du régime islamique publié hier. Le général Hossein Hamedani a été tué « par les terroristes de Daech », un acronyme en arabe de l'organisation jihadiste État islamique (EI), affirme le texte publié sur le site des gardiens de la révolution, sans préciser exactement dans quelles circonstances. Selon le communiqué, le général Hamedani « a joué un rôle important pour (...) renforcer le front de la résistance islamique dans la guerre contre les terroristes ».
Le secrétaire du Conseil suprême de la Sécurité nationale, le contre-amiral Ali Shamkhani, a affirmé que la mort du général Hamedani était « une grande perte pour le front de la résistance » aux groupes jihadistes armés en Syrie. Mais sa perte « sera vengée » par « la destruction totale » de ces groupes, a-t-il ajouté, cité par l'agence de presse officielle Irna.
À la télévision d'État, le général Ramezan Sharif, porte-parole des gardiens de la révolution, a pour sa part affirmé que le général Hamedani avait été « ces quatre dernières années l'un des conseillers militaires les plus influents ayant joué un rôle déterminant » en Syrie. Le porte-parole a annoncé que ses funérailles auraient lieu demain à Téhéran et lundi dans sa ville natale de Hamedan où il sera enterré. L'Orient-Le Jour faisait état, la semaine dernière, de rumeurs concernant un possible remplacement du général Hamedani en Syrie en raison de ses échecs successifs.

Un haut commandant des gardiens de la révolution iraniens a été tué jeudi en Syrie « lors d'une mission de conseil dans la région d'Alep », selon un communiqué de cette armée d'élite du régime islamique publié hier. Le général Hossein Hamedani a été tué « par les terroristes de Daech », un acronyme en arabe de l'organisation jihadiste État islamique (EI), affirme le texte...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut