Rechercher
Rechercher

Économie - Conférence

La criminalité financière en augmentation au Liban

L'Association des examinateurs certifiés de fraude au Liban (ACFE) a organisé hier une conférence sur la criminalité financière sous le patronage du gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, représenté par le chef de la Commission d'enquête spéciale Abdel Hafiz Mansour.
« Le crime organisé est devenu un crime transfrontalier par excellence. Certaines opérations de crimes organisés évoluent plus rapidement que les moyens qui visent à les contrecarrer, nous plaçant devant de grands défis », a déclaré Abdel Hafiz Mansour, citant le discours du gouverneur.
« Le blanchiment d'argent est un crime visant à dissimuler la provenance d'argent acquis de manière illégale, à travers la falsification ou la fraude fiscale, notamment. Plus de 37 % des opérations de blanchiment d'argent sont liées à la falsification, 26 % au détournement de fonds publics et privés, le reste étant lié à d'autres facteurs tels que les spéculations illégales et l'extorsion », a-t-il ajouté.
Le discours de Riad Salamé a par ailleurs mis l'accent sur l'importance de l'avancée technologique et les échanges d'informations pour le secteur bancaire dans la lutte contre la criminalité financière. « L'avancée technologique a cependant eu quelques désagréments quand elle a été détournée dans le cadre de la cybercriminalité et de la cyberfraude. Le nombre de cas recensés au Liban a atteint 51 en 2014 contre un seul en 2011. Nous avons recensé 58 cas à la fin du troisième trimestre de 2015 », a-t-il dit.

L'Association des examinateurs certifiés de fraude au Liban (ACFE) a organisé hier une conférence sur la criminalité financière sous le patronage du gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, représenté par le chef de la Commission d'enquête spéciale Abdel Hafiz Mansour.« Le crime organisé est devenu un crime transfrontalier par excellence. Certaines opérations de crimes...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut