Rechercher
Rechercher

Liban - Protestation

Nouveau blocage de route par les proches des otages militaires

« Nous continuerons notre mouvement jusqu'au bout », déclare le porte-parole des familles à « L'Orient-Le Jour ».

Les familles des otages lors de leur sit-in à Raouché. Photo « an-Nahar ».

Les parents des militaires otages depuis plus d'un an des groupes jihadistes de l'État islamique et du Front al-Nosra ont coupé hier la voie à Raouché dans les deux sens. Ils ont également manifesté devant la résidence du président de la Chambre, Nabih Berry, à Aïn el-Tiné.
« Nous irons partout où l'on nous aiderait éventuellement à résoudre notre dossier », a déclaré à L'Orient-Le Jour Hussein Youssef, porte-parole des familles et père du soldat Mohammad Youssef, otage de l'EI.
M. Youssef a indiqué que la manifestation à Aïn el-Tiné était « symbolique ». « Nous nous sommes déjà entretenus avec M. Berry, et il était compréhensif, au point d'avoir les larmes aux yeux. Nous voulons que ces larmes le poussent à déployer plus d'efforts pour la libération de nos enfants », a-t-il ajouté, avant de poursuivre : « Notre seule ligne rouge est le retour de nos proches. Nous continuerons notre mouvement jusqu'au bout, afin que chaque responsable s'acquitte de ses responsabilités. »
Commentant les négociations menées en vue de libérer les soldats et policiers otages, M. Youssef les a qualifiées de « négatives » car le dossier est « marginalisé depuis deux mois, c'est-à-dire depuis le début de la crise des déchets, dans la mesure où l'État s'est penché sur le règlement de cette crise, d'une part, et sur la conférence de dialogue, d'autre part, oubliant totalement ses fils détenus depuis plus d'un an ». Il a affirmé qu' « en ce qui concerne les militaires otages de l'EI, les négociations sont totalement interrompues depuis longtemps. Il est du devoir de l'État de nous tenir informés de la situation de nos enfants (même si les nouvelles sont atroces), car ce que nous endurons depuis 14 mois est insupportable ».
Alors que, sur les derniers mois, il avait été fait état de « points positifs » pour ce qui est des militaires détenus par al-Nosra, M. Youssef a ajouté : « Nous n'avons encore rien vu concrètement, et donc nous ne reconnaissons pas ces points positifs. »
Le porte-parole des familles des otages militaires a présenté ses excuses à « tous ceux dont nous avons entravé l'activité à travers les manifestations et les blocages des routes ». Mais il a appelé à « soutenir cette cause car le sang versé au Sud et aux frontières (par l'armée et les Forces de sécurité intérieure) mérite quelques sacrifices ».


Les parents des militaires otages depuis plus d'un an des groupes jihadistes de l'État islamique et du Front al-Nosra ont coupé hier la voie à Raouché dans les deux sens. Ils ont également manifesté devant la résidence du président de la Chambre, Nabih Berry, à Aïn el-Tiné.« Nous irons partout où l'on nous aiderait éventuellement à résoudre notre dossier », a déclaré à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut