X

Moyen Orient et Monde

L’Iran, meilleur allié de Damas

OLJ
06/10/2015

Position initiale
Pourtant plutôt favorable aux « printemps arabes », qualifiés de « réveil islamique », Téhéran a, dès le début des manifestations en Syrie, dénoncé « un complot » venu de l'extérieur. En août 2011, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad parle d'« ingérences malfaisantes de l'Occident et de certains pays arabes dans les affaires intérieures syriennes ». Pour l'Iran, la chute du régime profiterait aux Occidentaux et à leurs alliés turcs et arabes, particulièrement l'Arabie saoudite. Disposant de très bonnes relations avec Damas depuis le début des années 80 et l'éclatement de la guerre Irak-Iran, Téhéran va faire le choix de soutenir coûte que coûte le président syrien Bachar el-Assad, tout en reconnaissant la légitimité de certaines revendications populaires. Anticipant une possible chute du régime syrien, l'Iran va toutefois rentrer en contact avec une partie de l'opposition syrienne, de tendance « Frères musulmans ». Téhéran veut s'assurer que, quelle que soit l'issue de la crise, il ne perdra pas tous ses intérêts stratégiques en Syrie. Ceux-ci sont historiques et nombreux. La Syrie est une pièce essentielle, si ce n'est la pièce maîtresse, de la politique étrangère de Téhéran. La Syrie a été le premier pays arabe à reconnaître la République islamique après la révolution de 1979, et le seul, avec la Libye, à le soutenir durant la guerre Iran-Irak. Le fait que la Syrie soit dirigée par des alaouites (une branche du chiisme) a également certainement favorisé l'entente entre Damas et Téhéran, même si d'autres considérations semblent plus importantes : la Syrie donne à l'Iran un accès au Moyen-Orient arabe et à la Méditerranée. Damas est un chaînon indispensable de l'axe stratégique qui relie Téhéran au Hezbollah, appelé « axe de la résistance », contre Israël. Le gouvernement syrien est d'ailleurs présenté par Téhéran comme le « fer de lance de la lutte contre le sionisme ». Le soutien logistique de Téhéran au Hezbollah passe essentiellement par la Syrie. Le conflit dans ce pays est un enjeu géopolitique majeur pour Téhéran : ce dernier joue sa place de gendarme régional contre son rival saoudien, mais aussi sa capacité à défendre certains fondements de sa doctrine révolutionnaire, islamiste et anti-occidentale.

Engagement sur le terrain
L'engagement militaire de l'Iran en Syrie a été progressif. Dès le début de la crise, Téhéran envoie des conseillers à Damas, pour contrôler l'opposition. En 2012, il commence à envoyer des gardiens de la révolution en Syrie, certains d'entre eux seront capturés par l'Armée syrienne libre puis libérés en janvier 2013. La présence des pasdaran en Syrie a été dans un premier temps niée, puis admise sans toutefois préciser combien de combattants étaient mobilisés. Il s'agirait aujourd'hui de plusieurs milliers de combattants chargés d'encadrer et de former des milices comprenant des Syriens (essentiellement chiites et alaouites), des Irakiens, ou encore des Afghans et des Pakistanais.
En outre, entre 5 000 et 8 000 membres du Hezbollah se trouvent actuellement en Syrie. Le secrétaire général du parti chiite, Hassan Nasrallah, reconnaît la présence de ces combattants en avril 2013, au moment de la bataille de Qousseir. Parallèlement à son soutien militaire, Téhéran fournirait plusieurs milliards de dollars par an à Damas.

Position actuelle
Deux facteurs ont eu des répercussions sur la politique étrangère de Téhéran en Syrie. Un : la présence de plus en plus importante de jihadistes, foncièrement antichiites, au sein de l'opposition syrienne. Téhéran voit dans cette présence une manœuvre de l'Arabie saoudite visant à contrer son influence dans le monde arabe. Cette évolution va amener l'Iran à durcir sa position, à intensifier son soutien au régime et à se présenter comme un protecteur des minorités. Deux : l'accord nucléaire conclu en juillet 2015 à Vienne entre l'Iran et les 5+1. Cet accord ouvre la voie à des négociations entre Téhéran et les Occidentaux dans la mesure où il symbolise le retour de la République islamique dans le « concert des nations ». Mis à l'écart au moment des négociations de Genève I et de Genève II, l'Iran cherche depuis à s'imposer comme un acteur indispensable pour trouver une issue au conflit. Pour l'instant, Téhéran cherche, à l'instar de Moscou, à imposer son propre agenda qui vise à éradiquer la menace jihadiste dans un premier temps, avant de discuter du sort du président syrien dans un second temps. Les discours du président iranien Hassan Rohani laissent entendre que Téhéran ne se sent pas engagé envers Bachar el-Assad. Les Iraniens n'ont jusqu'à présent pas précisé quelles concessions ils seraient prêts à faire et quelles garanties ils souhaiteraient obtenir en cas de négociation sur une sortie de crise.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

L'Iran, hahahahaha, "meilleur" allié de Damas ! Pauvre Damas.... !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SOUVENT LES... ALLIÉS... DE-CI ET DE-LÀ... PARTAGENT LE DESTIN DE LEUR PROTÉGÉ ALLIÉ !!!

Halim Abou Chacra

Le régime du gang Assad "fer de lance contre le sionisme" ??!! C'est le plus gros mensonge et/ou la plus grande sottise jamais dite au Moyen-Orient.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants