Focus

De muscles et de neurones...

Le candidat Samir Abi Antoun qui a proposé aux responsables de descendre ramasser les sacs d’ordures pour les ranger chacun dans sa maison et mettre ainsi un terme à la crise des déchets.

Une comparaison essentielle s'impose aujourd'hui.
Quels sont les plus petits dénominateurs communs de la jeunesse libanaise ? Entre ces jeunes garçons qui appartiennent plus ou moins à la même tranche d'âge et qui ont monopolisé le petit écran la semaine dernière, chaque groupe à sa manière et chaque groupe avec un objectif très précis ?
Le premier groupe est composé de jeunes hommes particulièrement beaux, au physique impeccable, les cheveux lissés, des smokings taillés sur mesure, des mensurations de rêve, des jambes et des pectoraux musclés et un abdomen parfaitement compartimenté. Parfumés et pomponnés, ils se sont dandinés dans un théâtre aux rideaux en velours, dans une mise en scène 100 % hollywoodienne.

Les jeunes du deuxième groupe sont parfois mal rasés et mal coiffés, dépendamment du temps qu'il fait place Riad el-Solh, ils ressemblent à Monsieur Tout-le-monde. Leurs vêtements sont ordinaires, souvent froissés par les bousculades, leurs yeux sont cernés, ils ont des voix de ténors, un regard perçant, un front déterminé, des jambes fermes, des mains ouvertes, un cœur solide, un cerveau souvent bien fait, un estomac vide et ils revendiquent dans un théâtre chaud, humide, bruyant et parfois même violent, encadré par des policiers.

Chacun des deux groupes a ses points forts et ses points faibles ; chacun a une mission bien précise à achever : le premier est censé représenter le Liban-beauté, l'autre se veut porte-voix des causes sociales et économiques dont souffre l'immense majorité de leurs compatriotes.

Tout semblait normal et chacun était soigneusement installé, debout ou accroupi dans son champ d'action, jusqu'au moment où l'un des jeunes du premier groupe, celui des Mr Lebanon, s'est porté volontaire lors des questions censées départager les étalons, pour donner son avis sur les mouvements de « la société civile ».
Le fameux candidat a estimé samedi dernier, tout sourire, que toutes les manifestations qui ont secoué la scène libanaise ne servaient strictement à rien et que lui, oui lui, des dizaines de kilogrammes de muscles avec une tête bien cirée pour les orner, a la solution idéale qui peut mettre un terme à la crise des déchets. « Ce que vous faites n'est pas la bonne solution, chacun de nous devrait descendre dans la rue et remonter des sacs-poubelle pour les garder chez lui. C'est comme cela que tout sera réglé. »

La réaction était unanime : les téléspectateurs, le soir même du couronnement de monsieur beauté, sont restés totalement ahuris. Le lendemain, réseaux sociaux aidant, le reste de la population a pu mesurer l'ampleur des dégâts. Cette lumière des lumières qui a réussi à éclipser les réponses non moins lumineuses de ses camarades, a juste eu le toupet de remettre en question tout le parterre de spécialistes, d'activistes et d'intellectuels, ainsi que les dizaines de milliers de manifestants contre la corruption et le laxisme de l'État ! Comme quoi, trop de protéines pour les biceps, triceps, quadriceps et autres trapèzes, tue la protéine – et les neurones, surtout.

Il aurait été bien plus heureux que ce monsieur, ne serait-ce que par pitié pour lui-même (et ses proches), garde bien rangé le muscle le plus puissant de son anatomie : sa langue. Bien plus heureux qu'il se contente d'afficher le reste de ses muscles, dans un silence d'or. Parce que ce qu'il a à offrir au pays, au vu de ses réponses, ne dépasse pas un regard, très furtif...
À chacun ses muscles !

 

Lire aussi
Étudiants libanais en révolution


Une comparaison essentielle s'impose aujourd'hui.
Quels sont les plus petits dénominateurs communs de la jeunesse libanaise ? Entre ces jeunes garçons qui appartiennent plus ou moins à la même tranche d'âge et qui ont monopolisé le petit écran la semaine dernière, chaque groupe à sa manière et chaque groupe avec un objectif très précis ?
Le premier groupe est composé de...

commentaires (1)

Cette réponse est un produit brut notre système éducationnel, nos universités, nos écoles, nos médias etc..

Bahijeh Akoury

10 h 50, le 19 septembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Cette réponse est un produit brut notre système éducationnel, nos universités, nos écoles, nos médias etc..

    Bahijeh Akoury

    10 h 50, le 19 septembre 2015