Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Turquie : les députés prokurdes interdits d'entrée dans Cizre sous couvre-feu (ministre)

Les députés prokurdes de Turquie qui marchaient sur la ville frontalière de Cizre (sud), sous couvre-feu depuis une semaine après de violents incidents entre forces de sécurité et rebelles kurdes, ne seront pas autorisés à y entrer, a déclaré jeudi le ministre de l'Intérieur.

"Par souci d'assurer leur sécurité (...) nous ne permettrons pas qu'ils se rendent à Cizre", a indiqué Selami Altinok devant la presse à Ankara, précisant que le couvre-feu y serait maintenu. Des élus et des militants du principal parti kurde de Turquie, le Parti démocratique des peuples (HDP), emmenés par son chef Selahattin Demirtas, ont entamé mercredi une marche pour rallier Cizre, une ville de 120.000 habitants située à la frontière irakienne, afin de rompre le "blocus" imposé selon eux par les autorités sur la ville.

Bloquée une première fois mercredi en voiture, la délégation a poursuivi sa route à pied jusqu'à une vingtaine de kilomètres de la ville, où les forces de l'ordre l'ont contrainte jeudi après-midi à rebrousser chemin, selon les médias turcs. Selon le ministre de l'Intérieur, "entre 30 et 32" combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont été abattus par les forces de l'ordre à Cizre depuis le début des affrontements il y a une semaine.
Un civil a également été tué lors de ces heurts, a ajouté M. Altinok.
Le HDP a de son côté affirmé dans un communiqué que 21 civils, dont des mineurs, ont été tués dans les combats.

Depuis la fin juillet, des affrontements meurtriers font rage entre les forces de sécurité turques et le PKK dans le sud-est à majorité kurde du pays. Ils ont mis un terme aux discussions engagées en 2012 par le gouvernement d'Ankara avec les rebelles pour mettre un terme à un conflit qui fait 40.000 morts depuis 1984.


Les députés prokurdes de Turquie qui marchaient sur la ville frontalière de Cizre (sud), sous couvre-feu depuis une semaine après de violents incidents entre forces de sécurité et rebelles kurdes, ne seront pas autorisés à y entrer, a déclaré jeudi le ministre de l'Intérieur.
"Par souci d'assurer leur sécurité (...) nous ne permettrons pas qu'ils se rendent à Cizre", a indiqué...