Liban

La protestation dans la rue a fait trembler le pouvoir... qui veut reprendre l’initiative

Décryptage
01/09/2015

C'est un peuple en souffrance qui est descendu dans la rue samedi pour exprimer sa révolte. Chacun avait son problème et voulait l'exposer à sa manière. Que les raisons de la colère soient différentes pour chaque groupe ne change en rien la réalité de celle-ci, ni au fait qu'elle a atteint un stade inacceptable. Entre les jeunes chômeurs qui ne songent qu'à partir pour se trouver un avenir, le vieil homme de Tripoli venu avec toute sa famille, femmes et enfant, pour exprimer le malaise des Tripolitains, le handicapé venu dans son fauteuil roulant pour rappeler que presque rien n'a été fait pour l'inclure dans la société, l'épouse de Georges Rif venue crier sa révolte à la suite de l'assassinat de son mari, en plein jour et en pleine rue pour un conflit sur un droit de passage, les familles outrées par l'amoncellement des ordures dans les quartiers aisés comme dans les banlieues « en voie de développement », le vieux propriétaire offusqué par les loyers trop bas qui lui sont versés... C'était autant de visages libanais unis dans la même révolte contre un pouvoir incapable de résoudre les problèmes petits et grands.

Pour la première fois depuis des années, les Libanais sont donc descendus dans la rue sans y avoir été appelés par des partis politiques ou confessionnels ni par des leaders politiques ou confessionnels. Pour les pousser à participer à la manifestation, il n'y avait ni autobus loués, ni sandwiches et bouteilles d'eau distribués et encore moins des banderoles et des portraits préparés à l'avance ! Rien qu'une juste colère contre ceux qui, depuis des années, les privent de leurs droits élémentaires et surtout de la perspective d'un avenir, tant ils sont occupés soit à se disputer, soit à se partager le pouvoir et ses privilèges. Dans sa diversité et son côté hétéroclite, la foule des manifestants était unie sur un même refus d'être considérée comme un troupeau de moutons. Les plus intellectuels parmi les manifestants parlaient de l'incroyable capacité de la classe au pouvoir à transformer toutes les causes en parts de gâteau et les moins instruits parlaient des coupures d'eau et d'électricité et de l'accumulation des déchets en plein mois d'août. Chacun est venu avec son histoire, mais tous se rejoignent dans un même refus de la corruption actuelle qui se cache sous le vernis du confessionnalisme pour permettre à chaque leader confessionnel de s'approprier les ressources du pays sous prétexte de défendre une communauté face à la menace représentée par les autres. Et c'est justement cet aspect-là du mouvement de protestation populaire qui a fait peur à la classe politique, redevenue brusquement solidaire et unie face à un même danger, la colère du peuple. La peur s'est manifestée par un comportement hésitant et improvisé de la part du pouvoir, d'abord par l'instauration d'un mur qui a été rapidement enlevé, puis par des décisions aussitôt retirées, avant de décider d'une nouvelle tactique : absorber les manifestants, leur jeter quelques décisions pour les calmer, chercher à les diviser et à les discréditer pour reprendre ensuite l'initiative.

C'est ainsi qu'à peine la manifestation de samedi entamée, des chiffres ont commencé à circuler dans les médias sur le fait qu'il n'y aurait pas plus que quelques milliers de manifestants. Les sources sécuritaires ont parlé de 20 à 30 000 personnes, alors que pour les organisateurs, les manifestants étaient près de cent mille. Mais en réalité, le chiffre réel importe peu. Ce qui compte, c'est que les personnes qui sont descendues dans la rue l'ont fait de leur propre initiative pour exprimer leur ras-le-bol et s'il y avait des milliers place des Martyrs, il y en avait bien plus qui partageaient le même sentiment chez eux à travers le petit écran, ou par le biais des réseaux sociaux. C'est d'ailleurs parce qu'elle a pris conscience de l'ampleur du mouvement de protestation que la classe au pouvoir a aussitôt cherché à discréditer les figures qui en ont émergé ou à mettre l'accent sur la confusion dans les slogans. Ce n'est pas non plus un hasard si les ambassades occidentales sont intervenues pour presser le gouvernement de ne pas tirer sur les manifestants afin de ne pas radicaliser encore plus le mouvement.

L'idée aujourd'hui est donc de calmer le jeu, la priorité étant à sauver le pouvoir en place. Le ministre de l'Environnement a commencé par se retirer de la commission ministérielle chargée de traiter le dossier des déchets et le ministre de l'Intérieur avait annoncé l'ouverture d'une enquête sur les tirs dont les résultats devraient être communiqués aujourd'hui ou demain. Le président de la Chambre Nabih Berry est aussi intervenu donnant indirectement la possibilité pour la classe politique de reprendre l'initiative par le biais de la convocation d'une réunion de dialogue entre les chefs des principaux blocs parlementaires en présence du Premier ministre, avec pour ordre du jour le dossier présidentiel, le fonctionnement du gouvernement et du Parlement, le projet de loi électorale, le projet de loi sur la récupération de la nationalité et celui sur la décentralisation administrative. De la sorte, tous les mécontents seront satisfaits. Avec ce nouveau dialogue politique qui devrait commencer dans une dizaine de jours, puisque pratiquement la plupart des leaders politiques ont donné leur accord, le débat ne sera plus dans la rue, mais entre les lambris boisés du Parlement, c'est-à-dire sous le contrôle de la classe politique elle-même. Les discussions prendront leur temps, au rythme des développements régionaux, notamment le sort de l'accord sur le nucléaire iranien après le vote du Congrès américain suivi de celui du Parlement iranien. Mais les problèmes des Libanais, dus à un mélange de corruption et d'incompétence, seront-ils pour autant réglés ?

 

Lire aussi
Vertiges, l’édito d’Émilie Sueur

Beaucoup d'interrogations et quelques pistes..., l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Face à l'ultimatum de la rue, la classe politique s'agite et tâtonne

Chehayeb à la tête d'une commission d'« experts » pour une solution rapide

Trois questions au romancier Élias Khoury sur la crise des déchets

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE REPREND AVEC REGRET MON COMMENTAIRE SUR LES ORGANISATEURS DES MANIFESTATIONS... INFILTRÉS PROVOCATEURS ET SUBVERSIFS Y SONT TOUJOURS PRÉSENTS... ON EN A VU ASSEZ AUJOURD'HUI... QUI VEUT FAIRE CHUTER LE GOUVERNEMENT ( ENTENDRE LES SUNNITES DU GOUVERNEMENT ) DANS LA RUE ? CELUI QUI A INITIÉ LES MANIFESTATIONS CONTRE L'AVIS DE TOUT LE MONDE !

Emmanuel Ramia

Mais évidemment l'auteure pense que les aounistes ne font rien pour tuer le mouvement de contestations populaires... Le général est Dieu n'est ce pas?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE COMMENCE À CHANGER D'AVIS SUR LES ORGANISATEURS DES MANIFESTATIONS QUI... SEMBLE-T-IL... SE SONT DÉBARRASSÉ DES INFILTRÉS PROVOCATEURS AUX SLOGANS PARTISANS... CONTINUEZ AINSI... NE PERMETTEZ PLUS LES INFILTRAGES D'ÉLÉMENTS SUBVERSIFS.... RÉCLAMEZ L'ÉLECTION IMMÉDIATE D'UN PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE... SUIVI DE LA CONSTITUTION D'UN NOUVEAU GOUVERNEMENT... SUIVI D'ÉLECTIONS LÉGISLATIVES... ET LE RENOUVEAU VIENDRA ! CERTES PRIORITÉ À LA SANTÉ PUBLIQUE SANS AUCUN RETARD...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Mais les problèmes des Libanais, dus à un mélange de corruption et d'incompétence, seront-ils pour autant réglés ?". Qu'en pensent le héZébbb et le "Courant d'Air", SVP ? Car, vous n'analysez point ici leur "avis" ! Wâââï ?

CBG

En lisant cet article....On dirait que les journalistes sont complices de la classe politique....
La colère n'est pas seulement dans la rue ou réseaux sociaux , elle est surtout dans le cœur des gens...il y a un sentiment de haine envers les politiques et leurs complices... les valeurs habituelles qui retenaient les gens et citoyens normaux (malheureusement ils ne sont pas majoritaires en présence des troupeaux de moutons suiveurs des "ordures" politiques) ces valeurs sont devenues caduques...
La seule initiative qu a la classe politique est de se tirer une balle ds le pied à défaut d'avoir une tête

Pierre Hadjigeorgiou

C'est vrai que cette fois le peuple a fait trembler les politiques qui participent au gouvernement et de tout bord. J’espère que cela se fera chaque fois qu'ils feront des bêtises mais il faudra aussi que le peuple les pénalisent une fois que nous aurons la possibilité d’élire les prochains législateurs et donc le prochain gouvernement. Ce mouvement doit grandir en ampleur pour forcer le parlement a élire un President au plutôt, former un gouvernement qui fera passer une nouvelle loi électorale et organisera des élections en conséquence. Ce n'est qu'en respectant la constitution que nous nous en sortirons au plus vite. Sinon, en focalisant sur un sujet a la fois le peule finira par avoir raison de leurs manigances et permettra de remettre le train sur les rails. Toutes la question et de savoir comment réagirons les partis politiques qui ont, semblent-ils, déjà commencé a miner certaines initiatives.

Le Faucon Pèlerin

"Ils manifestent contre ceux qui les privent de leurs droits élémentaires...
Mais enfin, on en a marre des "ils" des "on" et de "ceux". Ayez l'audace de nommer ceux qui les privent de leurs droits. Ce sont les ministres du CPL et leurs alliés qui bloquent toute l'activité de l'Etat et du gouvernement en particulier et ce, pour soumettre tout le monde à une Constituante qui transformerait le Liban libre et indépendant en une colonie de l'Empire perse. Toute autre analyse est nulle et non avenue.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE ANALYSE CYCLOPIENNE HABITUELLE CAR : PAS LA CORRUPTION ACTUELLE... TRÈS CHÈRE MADAME SCARLETT HADDAD... MAIS LA CORRUPTION GÉNÉRALE, VIEILLE, ÉTERNELLE ET LÉGENDAIRE ! MAIS ON N'A PAS VU DE PANCARTES AUX MANIFESTATIONS... NI DE MENTIONS DANS VOTRE ARTICLE CONTRE CEUX QUI SEMBLE-T-IL ENCAISSENT À LA PLACE DE L'ETAT DES DROITS À L'AÉROPORT ET AUX PORTS ETC... DES RESPONSABLES DES TRAFICS DE CAPTAGON ET DES ALIMENTS ET DENRÉES POURRIES ETC... DES EXACTIONS COMMISES LOCALEMENT ET AILLEURS ETC... PUISQUE FAISANT PARTIE DU GOUVERNEMENT DONT ON DEMANDE LA TÊTE... TOUT COMME ON EN A VU CONTRE LES CONTRATS DES DÉCHÊTS ET DE L'ÉLECTRICITÉ ! LES MANIFESTATIONS SONT SEMBLE-T-IL MAGISTRALEMENT ET PROGRAMMÉES ET DIRIGÉES !
QUAND À CERTAIN PROJET AVANCÉ MAINTENANT... ET AUQUEL VOUS VOUS RÉFÉREZ... CE N'ÉTAIT QUE POUR DYNAMITER LA RÉUNION AU SOMMET DE TOUS LES RELIGIEUX Où LES PRESSIONS POLITIQUES ET LES BOYCOTTAGES NE POURRAIENT PAS PASSER SANS RÉVÉLER DES NOMS !
BONNE JOURNÉE... ET OUVREZ LES DEUX YEUX S.V.P. MERCI.

NAUFAL SORAYA

Très bien et bien vu! Merci! Attendons l'initiative maintenant...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants